• Mal de pierres

    Milena Agus

    En quête de l'amour idéal, l'héroïne tarde à trouver un mari. À trente ans, déjà considérée comme une vieille fille dans une Sardaigne qui connaît les affres de la Seconde Guerre mondiale, elle finit par épouser un homme taciturne, plus âgé qu'elle, parce que sa famille le lui impose. L'amour n'est pas au rendez-vous. Elle le rencontrera beaucoup plus tard, lorsqu'elle ira sur le Continent faire une cure thermale pour soigner son «mal de pierres», des calculs rénaux. Un rescapé de la guerre, qui souffre du même mal qu'elle, aura raison de son «mal d'amour». C'est à sa petite-fille qu'elle racontera quelques décennies plus tard ses émotions, ses cheminements, tout en laissant des zones d'ombre. Mais quelle est au juste la vérité ? Elle ne se recomposera que beaucoup plus tard, de façon inattendue, lorsque la dernière pièce du puzzle tombera entre les mains de la narratrice.

  • Ross et Margaret roulent sans but précis dans les collines du Vermont que l'automne pare d'une beauté enveloppante. Grisés par cette journée parfaite, ils s'engagent sur un chemin peu passant, qui ne semble plus mener nulle part. Cette campagne ancienne paraît abandonnée de tous. Et pourtant, d'une vieille ferme surgissent une femme, puis sa fille, étrange créature qui entraîne Margaret vers un verger magnifique empli de pommes sauvages.

  • L'histoire de Francis Paudras et Bud Powell semble exceptionnelle, romancée. Et pourtant ce récit qui nous plonge dans le milieu du jazz à la fin des années cinquante à Paris est bien réel. Comment ne pas être séduit par ce jeune illustrateur passionné de jazz qui, découvrant petit à petit l'enfer que vit Bud Powell, son maître, décide de le sauver. S'en suit le récit de longues années, où la générosité côtoie le génie, pour le meilleur et pour le pire, à la rencontre de grandes figures du jazz et des clubs et bars qu'ils ont hantés des années durant.

    Tantôt solaire, tantôt cru dans la réalité qu'il dépeint, ce récit et également l'occasion de revenir, articles et témoignages à l'appui, sur l'évolution d'une musique qui était, à cette époque, à un tournant essentiel de son histoire.

    Né en 1935 et mort en 1997, Francis Paudras étudia le piano classique dès l'âge de cinq ans et joua lui-même en amateur. Après des études d'arts graphiques, il crée un studio et réussit une carrière d'illustrateur à Paris.
    Il a collaboré à des revues de jazz, des émissions radio et télé, dans un seul souci : faire entendre et connaître cette musique.

  • Intermède

    Owen Martell

    « Scott était stupéfiant - aussi beau à entendre qu'à voir. Bill, d'un autre côté, eh bien, on l'entendait avancer à tâtons. On voyait, en tout cas, la façon dont cela le troublait, la façon dont il se courbait en deux sur le piano, sa tête touchant presque les notes, ses doigts semblables à des tiges de saule se laissant traîner dans le courant. »

    Bill, jeune pianiste dont la célébrité commence à dépasser la scène new-yorkaise, est dévasté par la mort de son bassiste, Scott. Ses pas l'entraînent la nuit vers Harlem et ses tentations. Son frère, ses parents tentent de le protéger de cette dérive. Mais c'est comme s'il ne voulait plus qu'on l'aide. Il ne leur reste qu'à veiller sur lui.
    Inspiré de la vie de Bill Evans (1929-1980), Intermède bouleverse par sa vision romanesque d'une rare intensité. Owen Martell s'y impose avec une force littéraire exceptionnelle.

  • Faites le plein d'idées pour un enfant épanoui ! Mandalas, jeux de mémoire, d'écoute, d'observation, dessins, massages..., 35 exercices ludiques et tout simples pour apprendre à votre enfant à mieux se concentrer.Distraits par les jeux vidéo, le téléphone portable, la télé..., les enfants ont de plus en plus de mal à fixer leur attention. Avec des activités faciles à faire à la maison, ils prennent conscience de ce qu'ils sont, de ce qui les entoure, ils apprennent à se mobiliser, à être disponibles et ainsi à mieux se concentrer. Pour chaque activité, deux parties distinctes : d'abord l'enfant lit les étapes du jeu et ses variantes ; puis les parents découvrent les bienfaits apportés à l'enfant.

  • Piano chinois

    Etienne Barilier

    Au cours d'un festival d'été, dans le sud de la France, une jeune pianiste chinoise joue Scarlatti, Brahms et Chopin. Subjugué, un critique musical salue en elle la plus grande pianiste d'aujourd'hui. Un autre critique, ironique et distant, dénonce chez la même interprète un jeu sans âme, fait d'artifice et d'imitation.Les deux journalistes se disputent à grand renfort de blogs et de courriels. Ils se connaissent de longue date, et leur querelle esthétique se double d'un conflit plus intime.

  • Faites le plein d'idées pour un enfant épanoui ! Respiration, yoga, jeux de rôle, mimes, gymnastique, massages, Taï-chi..., 35 exercices ludiques et tout simples pour apprendre à votre enfant à se relaxer.Face aux événements qui les touchent, les enfants ne savent pas toujours prendre du recul, ils sont inquiets, parfois mêmes stressés. Avec des activités faciles à faire à la maison, ils apprennent à ne pas céder à la violence physique et verbale, ou à l'entêtement. Pour chaque activité, deux parties distinctes : d'abord l'enfant lit les étapes du jeu et ses variantes - puis les parents découvrent les bienfaits apportés à l'enfant.

  • Jazz palace

    Mary Morris

    Chicago, années folles. Les Noirs débarquent de La Nouvelle-Orléans, le jazz dans leurs bagages. La ville, besogneuse le jour, s'encanaille la nuit dans les quartiers sud, où Louis Armstrong et King Oliver font naître des vocations. C'est là que Benny Lehrman, livreur de casquettes et pianiste doué, aime s'évader d'un morne quotidien et s'initier à cette nouvelle musique. Un soir, dans un club noir, il rencontre Napoleon Hill, trompettiste inspiré, prêt à braver les préjugés racistes et la mafia pour se faire connaître. Tous deux se produisent bientôt sur la scène du Jazz Palace, un speakeasy tenu par Pearl, jeune femme secrète. Silencieuse, elle observe les doigts de Benny courir sur le clavier pendant qu'Opal, sa jeune soeur, danse sans tabous... Une saga musicale et rythmée.

  • « Je ne m'intéresse pas aux individus pour leur agitation stérile, mais pour la petite musique qu'ils ont gardée au fond d'eux-mêmes. Un vestige de l'ancienne innocence qui brille malgré eux lorsque l'orchestre démarre. »
    Saison III - Arianna la Musicienne Rebelle, Arianna souffre de migraines qui s'aggravent au point de nécessiter une intervention chirurgicale après un malaise en pleine représentation. À l'occasion de sa convalescence, elle retrouve la mémoire et des souvenirs difficiles qui la mettent en danger. Elle fait la connaissance d'un chef d'orchestre qui l'encourage à venir à Paris pour se préparer à un concours pianistique où son indiscipline sera à l'origine d'un scandale. À plusieurs occasions, elle démontre une originalité musicale qui ne plaît pas à tous. Devenue une des coqueluches des réseaux sociaux grâce à ses interprétations originales, son imprudence inquiète ses amis et ses anges gardiens. Arriveront-ils à la protéger de la Légion Rouge ?

  • Recueil de nouvelles. Nouvelles à la fois poétiques et évocatrices. Elles sortent de l'ordinaire tout en venant de l'ordinaire. Ses textes parlent de sensualité, une sensualité qui implique tous les sens et toute la gamme des émotions. L'auteure sait raconter une histoire et tenir en haleine.

  • À l'heure du concert, la chaleur pèse sur le cloître, conférant au lieu et aux gens une soudaine torpeur. Et la renommée de l'artiste, la qualité de son chant n'opèrent pas le charme attendu, l'assistance reste de marbre. Confronté à l'indifférence, désemparé, doutant de tout et de lui, il laisse l'initiative à sa pianiste, et d'interruption en interruption, de changement de programme en recours au répertoire facile, c'est avec des airs légers et humoristiques qu'il emportera l'enthousiasme. Le résultat est là, mais à quel prix ?

  • Ce livre est en deux parties : la première répond aux questions que l'on m'a posées de nombreuses fois tout au long de ma vie de pianiste. La deuxième est un agenda de le vie musicale de Zürich ayant pour but de faire découvrir de nouvelles oeuvres aux lecteurs et partager mon enthousiasme et mes anecdotes.

  • Attraction terrestre

    Hélène Vachon

    • Alto
    • 18 Juillet 2012

    L'un est embaumeur, fils de médecin qui, à défaut de pouvoir soigner les vivants, s'est engagé à soigner les morts. L'autre est un pianiste malade qui partage sa solitude avec les spectres d'une gloire passée. Le premier habite un immeuble où logent plein de choses tranquilles, des centenaires qui ont la manie de l'autobiographie. Le second se cloître dans une maison austère où même le soleil refuse d'entrer. L'un hésite entre deux femmes. L'autre, entre emphysème, polyarthrite rhumatoïde et parkinson. L'un rêve, l'autre tremble. La rencontre est inévitable.
    Le jour où notre croque-mort philosophe égare le mystérieux manuscrit d'un locataire, le pianiste le récupère de justesse. Commence alors un chassé-croisé qui les mènera du port au café, du café au parc, du parc à la maison sans soleil puis au piano où l'amour, la vie, la mort et tout le reste régleront leurs comptes.
    Pétri d'humour fin, d'absurde, d'une tendresse généreuse pour les vivants et les disparus, Attraction terrestre célèbre à sa façon le bonheur d'exister sur terre.

  • Lorsque la passion des vieilles pierres entraîne une famille dans l'aventure de la restauration d'un château en Anjou, toute sa vie s'en trouve bouleversée. Or cette famille n'est pas n'importe laquelle. Partagée entre la passion d'un père architecte et amoureux du patrimoine et celle tout aussi dévorante d'une mère pianiste, qui passe à un tout petit pas de la célébrité, elle se trouve un terrain commun dans la restauration du vénérable château, devenu dépendance de ferme. Chacun devra se définir une nouvelle place dans cette cellule où les sentiments essentiels s'expriment mal, frôlant parfois la rupture. Pendant que le vieil édifice reprend peu à peu sa force pour affronter de nouveau le temps, les comptes se règlent entre enfants et parents, à travers un récit d'une lucidité fendre, parfois cruelle. La Lettre de château, expression traditionnelle qui désigne le mot de remerciement adressé à son hôte au lendemain de son invitation, devient un roman dans lequel une artiste fragile et insaisissable lutte pour préserver son aura face à un amoureux de ses pierres, que sa passion épargne d'une tourmente qu'il a inconsciemment lui-même provoquée...

  • Nous sommes au cinéma et nous voyons Venise. Mais nous la voyons encore mieux en fermant les paupières - les oreilles, pas la peine car le film est muet. De toute façon, la Venise la plus vraie est celle qu'on invente. C'est à Venise que se croisent des touristes du monde entier et que s'entrecroisent des destins - comme celui de Jean-Pierre Loureau, bon père de famille et professeur de lettres, et de Mary Ramsay, américaine et riche. C'est à Venise que, même si on essaie de les prolonger indéfiniment, doivent finir les vacances. Qu'on ait pris goût à la liberté et qu'on veuille entretenir à jamais cette bienheureuse illusion d'être soudain devenu « autre », ne peut rien contre le cours des choses : il faut retourner à sa femme, à ses gosses et à son métier. Il faut dire adieu aux pigeons, aux jeunes filles belges ou canadiennes, aux amours ébauchées. Venise continuera bien de sombrer sans nous, et nous de mourir sans Venise. On va toujours trop tard là où on a toujours rêvé d'aller...

empty