• La vie devant soi raconte l'histoire, dans le quartier de Belleville, à Paris, d'un petit garçon arabe orphelin, Momo, et d'une dame juive, âgée, malade, Madame Rosa, qui garde dans son appartement des enfants dont les mères travaillent ou ont disparu.
    Dès la publication du livre d'Émile Ajar, Momo et Madame Rosa sont devenus célèbres, presque des personnages publics, et le roman a été aussitôt traduit dans une multitude de pays.
    C'est que ce roman, qui provoque constamment le rire et les larmes, porte en lui toutes les questions, tous les drames et tous les rêves du monde d'aujourd'hui.
    Lorsqu'à la fin du livre la police enfonce la porte de la cave où le petit Momo veille le corps de Madame Rosa qu'il n'a pas voulu laisser conduire à l'hôpital, ces deux protagonistes d'un immense amour atteignent une fois pour toute la dimension de Légende, parce que face aux oppressions et aux injustices ils ont lutté jusqu'au bout, par la lumière et l'intelligence et par la force du coeur.
    La vie devant soi a reçu le prix Goncourt en 1975.

  • Mexique, été 1902. Deux soeurs kidnappées aux États-Unis sont contraintes à la prostitution dans les ruines d'un temple aztèque caché au coeur des montagnes. Leur père, John Lawrence Plugford, ancien chef de gang, entame une expédition punitive pour tenter de les sauver, accompagné de ses deux fils et de trois redoutables acolytes. Il s'adjoint également les services d'un jeune dandy désargenté, attiré par la promesse d'une rétribution alléchante. Peu d'entre eux survivront à la sanglante confrontation dans les badlands de
    Catacumbas.

  • Ndien Crow d'adoption, Raynaud Shade est considéré comme le plus dangereux sociopathe des États-Unis et représente le cauchemar de tout policier. Finalement interpellé, il avoue avoir enterré un cadavre au beau milieu des Bighorn Mountains, dans le Wyoming, et c'est à Walt Longmire que revient la tâche d'escorter Shade, en plein blizzard, jusqu'au corps. Mais le shérif sous-estime peut-être les dangers d'une telle expédition. Car pour tenter de rétablir la justice, il va devoir braver l'enfer glacial des montagnes et tromper la mort avec, pour seul soutien, un vieil exemplaire de La Divine Comédie de Dante. Dans ce nouveau volet des aventures de Walt Longmire, Craig Johnson transforme le lumineux décor des Hautes Plaines en un inquiétant théâtre des ombres, dans un polar sous très haute tension.

  • L'ange de Pigalle

    ,

    • Xo
    • 11 Mars 2021

    " Je ne suis pas une pute, je suis une fillette des Ardennes qui s'est perdue, une femme, une mère, avec un coeur, une âme, qui s'est prostituée pendant plus de cinquante ans. " Linda a aujourd'hui soixante-dix-sept ans. Enfant, elle a grandi dans une maison sans eau, sans électricité... sans argent. Lorsqu'un garçon la séduit et la conduit dans sa Buick à Paris, l'innocente se rêve une autre vie.
    Mais en cet hiver 1963, Gérard l'oblige, à tout juste dix-neuf ans, à se prostituer. De morsures en caresses, il l'enchaîne à ce métier. Une plaie s'ouvre, qui ne se refermera jamais.
    À travers la voix de linda qui se livre à coeur ouvert, c'est le parcours de toutes les infortunées qui se raconte de l'intérieur - l'extrême violence des débuts, l'engrenage de l'argent, les avortements, les demandes sexuelles les plus effrayantes, mais aussi d'infinis moments de tendresse avec certains clients.
    Ce livre, Linda l'a écrit pour sa fille, à qui elle a toujours caché son métier. Une manière de se réconcilier avec elle-même et avec les siens.
    Elle l'a aussi écrit pour toutes les adolescentes à qui l'on promet, un jour, de l'argent facile. À ces dernières, elle dit : " On ne s'élève jamais en vendant son corps, au contraire, on descend toujours plus bas, parfois jusqu'aux ténèbres... "
    Le témoignage de Linda a été écrit avec jean Arcelin.

  • Onze minutes

    Paulo Coelho

    La jeune Maria, comme toutes les jeunes filles, n'aspire qu'à l'aventure, au grand amour, et rêve de vivre un conte de fées... Mais la réalité est souvent autre.
    Attirée en Suisse par un homme qui lui promet monts et merveilles, le retour à la réalité est terrible. Maria en vient à se prostituer, apprenant à bien séparer l'esprit de la chair et s'interdisant de tomber amoureuse. Mais le sexe, comme l'amour, reste pour elle une énigme.
    Onze minutes est le parcours initiatique d'une jeune prostituée brésilienne qui passe par la réconciliation de l'âme et du corps, et s'achève par un retour aux valeurs romantiques qui leur sont liées.


    « Cette édition est publiée avec l'accord de Sant Jordi Asociados, Agencia Literaria, S.L.U., Barcelone, Espagne. » © Paulo Coelho, 2003 (tous droits réservés) Pour la traduction française : © Édition J'ai Lu, 2010 VO : ONZE MINUTOS Couverture : Ernesto Rios Lanz/Sexto Sol © Getty

  • Premier jour de l'an 1970. Smokey Dalton n'est pas malheureux de voir une nouvelle décennie s'ouvrir, pourtant sa bonne humeur sera de courte durée. Son fils, Jimmy, l'appelle à l'aide. Il s'est mis en mauvaise posture en voulant protéger son amie et "cousine" Lacey, terriblement en danger... et c'est ainsi que Smokey va découvrir un sordide réseau de kidnapping de jeunes filles, d'esclavage et de prostitution. Il mettra toute son énergie à empêcher de nuire ces criminels dénués de la moindre humanité, et à faire fermer les hôtels qui les abritent. Cette nouvelle enquête est haletante de bout en bout, et lève à nouveau le voile sur les terribles travers d'une société américaine pas si éloignée, en l'occurrence sur le sort réservé aux jeunes filles par des hommes sans scrupules.

    Kris Nelscott est une auteure américaine prolifique récompensée par de nombreux prix prestigieux, et traduite dans une quinzaine de langues. Elle a déjà publié, à l'Aube, La Route de tous les dangers, À couper au couteau, Blanc sur noir, Les faiseurs d'ange, Que la guerre soit avec nous ! et Quatre jours de rage.

  • "P .A.T. : Parti Au Texas". En cette sanglante journée d'été 1845, Edward Little grave ces mots sur une souche près de sa maison
    calcinée. John, son frère aîné, a tué leur père d'un coup de fusil pour le
    protéger ; leur mère, à moitié folle, s'est enfuie ; Maggie, leur soeur chérie, a disparu. Désormais, John et Edward rêvent de partir
    s'installer sur les terres encore désertes du Texas. Mais le hasard les
    sépare brutalement, et les deux frères suivent chacun de leur côté la route
    brutale de l'Ouest, dans l'espoir vacillant que leurs vies de meurtres et de sang se croiseront aux confins désolés de la Frontière.

  • à la trace

    Deon Meyer

    Chacun des protagonistes de ce roman aux intrigues apparemment distinctes laisse des traces. Toutes, à un moment donné, vont se croiser.
    Milla, mère de famille qui plaque son foyer et rejoint l'Agence de Renseignement Présidentielle au moment où un groupuscule islamiste s'agite de manière préoccupante.
    L'aventurier Lemmer qui protège le transfert à la frontière du Zimbabwe de deux inestimables rhinos noirs. Lukas Becker, l'archéologue aux prises avec les gangs de la plaine du Cap. L'ex-flic Mat Joubert, devenu détective privé, chargé d'enquêter sur la disparition d'un cadre de l'Atlantic Bus Company.
    Comparée à l'univers du polar américain (corruption, drogue, prostitution), la matière romanesque de À la trace, qui allie « le monde animal, inhérent à notre culture », des contrebandes pittoresques, l'émancipation des femmes, la culture gangsta des villes, frappe par sa richesse et sa diversité.

    Deon Meyer est un des rares auteurs qui, tout en maîtrisant avec brio les règles du genre, ouvre grand le champ des problèmes contemporains de son pays.

  • " Mortka songea que toutes les barres d'immeubles de toute la Pologne avaient le même aspect : des logements vieillots, étroits, qui sentaient le bouillon de poule. "
    " Le polar polonais a désormais sa star. Mortka, un nom à ne pas oublier. " Le Figaro magazine
    L'inspecteur Mortka, dit le Kub, a été envoyé par sa hiérarchie dans la petite ville de Krotowice, au coeur des Monts des Géants. Officiellement, il est là pour un échange de compétences avec la police locale. Officieusement, il y est pour se mettre au vert après ses frasques varsoviennes. Mais s'il pense être tranquille et avoir le temps de réfléchir à l'état de sa vie personnelle, il se trompe lourdement. Quand la petite Marta, onze ans, disparaît, un pédophile est rapidement arrêté, qui reconnait le viol et le meurtre d'une jeune femme. Ces aveux amènent Mortka et les flics locaux à une macabre découverte : dans les tunnels d'une mine d'uranium désaffectée, on retrouve des cadavres de jeunes femmes émaciées et mutilées que personne ne cherche.
    Il faudra toute la perspicacité du Kub pour déjouer les pièges de trafiquants qui semblent bénéficier de complicités au sein même de la police...
    Outre une intrigue au cordeau qui s'attaque au trafic d'êtres humains, Chmielarz dresse le portrait d'une petite ville de province, une communauté repliée sur ses haines recuites qui voit d'un mauvais oeil l'arrivée d'un flic de la capitale venu fourrer son nez dans les petits arrangements locaux.
    L'auteur a reçu le Prix du Gros Calibre récompensant les meilleurs polars polonais

  • Dealer du tout Paris

    Gérard Faure

    Dernier survivant des grands voyous qui ont tenu le haut du pavé dans les années 1970-1980, Gérard Fauré a décidé de parler. Le film de sa vie dépasse toutes les fictions. Né au Maroc d'un père officier français et d'une mère berbère, il s'initie au trafic sur le port de Tanger et devient contrebandier. En Espagne, il s'associe avec des anciens de l'OAS pour commettre hold-up et trafic de drogue. Il côtoie la French Connection et développe une organisation criminelle aux Pays-Bas avec le parrain marseillais Gaëtan Zampa. À Paris, il devient dans les années 1980 le « prince de la cocaïne », fournisseur préféré du show-biz, qu'il reçoit dans un hôtel particulier pour des fêtes nocturnes très privées. Sa chute en 1986 provoque bien des angoisses et tractations en coulisses dans le Bottin mondain. Actrices vedettes, mannequins, princesses, animateurs télé, stars d'Hollywood : Gérard Fauré porte avec le recul un regard cruel sur les vices des stars dont il fut le fournisseur privilégié et le compagnon des nuits parisiennes et cannoises. Il évoque également les politiques de haut niveau qui furent ses clients, tout en réclamant publiquement que l'on durcisse la lutte contre la drogue. Il avoue enfin les liens troubles du Milieu avec le SAC (Service d'Action civique) de l'époque Pasqua et les « contrats » d'assassinats réalisés sur commande pour des objectifs politiques. Un témoignage unique et détonant !

  • Mars 2011. La campagne présidentielle bat son plein, plus d'un an avant les élections. Le capitaine Gabriel Prigent débarque à la brigade criminelle de Paris après avoir vécu un drame à Rennes. Obsédé par l'éthique, il croise sur son chemin le lieutenant Christian Kertesz de la brigade de répression du proxénétisme, compromis avec la mafia corse et tourmenté par un amour perdu.Alors qu'éclate une sordide histoire d'assassinats de prostituées mineures, ils plongent tous les deux dans une affaire qui rapidement les dépasse, entraînant dans leur chute une ribambelle d'hommes et de femmes qui cherchent à sauver leur peau -  flics dépressifs, politiciens salaces, médecins corrompus, gangsters imprévisibles et macs tortionnaires.Poursuivis par leurs propres obsessions et les fantômes qui les hantent, Prigent et Kertesz vont se livrer un duel sans merci, au coeur de la barbarie et des faux-semblants du monde contemporain.  Préface de Caryl Férey  Lauréat du Prix découverte polar Sang-froid, Benjamin Dierstein signe ici son premier polar. Dans le civil il est agent de musiciens et directeur artistique d'un label spécialisé dans les musiques électroniques.

  • Jusque-là sa vie était routinière, prévisible et rassurante. Un bon job, un modeste pavillon de banlieue, une gentille famille. Mais la mondialisation frappe à Los Angeles comme ailleurs et Marcus refuse d'assumer la direction de Wazoo Toys en Chine. Son compte en banque vire au rouge cramoisi tandis que la bar mitsvah de son fils approche. Sans compter les petits bobos d'une belle-mère à demeure. C'est alors que la mort de son frère mal-aimé semble le tirer d'affaire: Marcus hérite d'un pressing qui pourrait lui permettre de redresser la barre. Ce legs inespéré est pourtant loin de lui apporter la tranquillité, car cette petite entreprise s'avère n'être qu'une façade pour une activité extrêmement lucrative mais fort répréhensible... «Quand nos amis américains empoignent la société, la décortiquent et la critiquent, ils cognent dur, sans remords, et avec jubilation.» Télérama «Un roman moderne, léger, un peu coquin, et fort habilement construit.» Le Monde des livres «Seth Greenland a le don des répliques qui font mouche et le sens du détail incongru.» Le Figaro Littéraire «Ce livre, l'un des plus drôles de l'année, soutient la comparaison avec les films de Quentin Tarantino ou la série télé Les Soprano.» Le Magazine Littéraire «Dans son genre, un maître.» Figaro Magazine

  • Avant-propos C'est ici que ça va se passer ; chapitre 1 Éthiopie - Turbulent paradis de la bière ; chapitre 2 L'histoire - La conquête de l'Afrique ; chapitre 3 Nigeria - Intégration à tous égards ; chapitre 4 Vente et marketing - Guerres de la bière ; chapitre 5 Sierra Leone - Le mystérieux ange gardien ; chapitre 6 Impact - Créativité comptable ; chapitre 7 Afrique du Sud - Bataille pour les townships ; chapitre 8 Commerce socialement responsable - Alcool et philanthropie ; chapitre 9 Burundi - Les dictateurs vont et viennent, Heineken reste ; chapitre 10 Travailler chez Heineken - On violait ces femmes ; chapitre 11 Congo - C'est ici qu'on apprend les ficelles du métier ; chapitre 12 Zones de conflit - Éthique en temps de guerre et de dictature ; chapitre 13 Rwanda - Brasser de la bière pour des génocidaires ; chapitre 14 Et Heineken ? - Réactions et stratégie ; chapitre 15 Mozambique - Avantages fiscaux en échange de propagande ; Conclusion Une île de perfection dans un océan de misère ; Épilogue de la version française le patron et la promotrice

  • Un ancien escort témoigne" J'ouvre les yeux. Je suis allongé et le plafond blanc, immaculé - inconnu - m'éblouit un peu. J'ai du mal à bouger, mes bras et mes jambes sont entravés. Je veux parler ; je ne peux pas. J'ai ce tube dans la gorge qui m'empêche d'émettre le moindre son. "
    À son réveil sur un lit d'hôpital, la sentence tombe : overdose. La drogue fait partie des risques du métier, Clément le sait.
    Clément est escort. Il vend son temps, monétise sa compagnie, loue son corps. Ses clients sont des hommes aisés qu'il rejoint dans des lieux cossus de la capitale. Mais le sexe n'est qu'un ingrédient de ces soirées : l'alcool coule à flots, la drogue accompagne la prostitution. Il devient vite impossible de s'en passer, comme de cet argent rapidement gagné, qui paie les études, le loyer, les vacances, les loisirs.
    Ce livre est un témoignage inédit sur un phénomène de société qui se déroule à l'abri des regards. Il raconte un engrenage pernicieux et lève le voile sur une réalité sombre, derrière les illusions de la fête et du luxe.

  • Sous la forme d'un récit à 4 voix, Julie Chaboud raconte sa rencontre avec trois personnes bousculées par la vie, comme elle : Dany, 70 ans, vit seul depuis un divorce douloureux ; Osas, jeune nigériane, est victime d'un réseau de prostitution ; Florence, religieuse contemplative, a rencontré Dieu à la suite d'un très grave accident. L'auteur, jeune mère de famille, a découvert tardivement la trisomie de son deuxième enfant et se bat avec son mari pour protéger leur petit garçon des préjugés. Au fil des chapitres aux voix différentes, on découvre petit à petit l'histoire de chacun, leurs blessures, leurs combats, leurs espérances avant qu'ils se retrouvent lors d'une tournée avec une association qui vient en aide aux prostituées. Plus rien ne sera comme avant..."Ce petit livre est comme un conte qui ouvre à une réalité nouvelle où la lumière est tendresse." Jean Vanier, fondateur de l'Arche

  • Ils ont dix-sept ans et pas grand chose de plus. Jeremy n'a jamais eu de papiers, il est né en France, sur le matelas d'un squat de migrants et a vécu en marge de tout. Esther a eu une famille dans l'Est, mais a fui loin de sa violence et de sa morosité. Ils sont ensemble parfois, parce qu'ils se ressemblent finalement. On leur apprend qu'en passant la frontière avec des capsules de drogue dans le ventre, ils pourront gagner de quoi vivre un peu mieux. De l'argent facile. Rien ne peut leur arriver. Rien de bien grave. Rien de pire. Alors, est-ce qu'il faut tenter sa chance vers la terre promise ?

  • Quand l'amour tarifé et le plaisir se rejoignent...Maïna Lecherbonnier est belle, elle est libre et elle aime l'amour. De temps à autre, elle écrit un livre racontant ses aventures érotiques -; par exemple ses Exercices sexuels de style. Quelles aventures?
    Depuis plusieurs années qu'elle est " Escort ", elle a rencontré tous les spécimens d'humanité
    -; qu'ils cherchent de l'attention, de l'amour, ou simplement une prestation de qualité.
    L'Utile et l'agréable, raconte son entrée dans le métier, ses premiers pas, ses fidèles et ses occasionnels, et prouve qu'être escort est un métier requérant, outre un physique avenant,
    des capacités de communication, de compassion, de complicité. Les professions de ses clients sont diverses, leurs situations de famille aussi, et la thérapie est à chaque fois adaptée : c'est ce qui distingue l'escorting de la prostitution ordinaire. Experte dans l'art de plaire, s'adaptant aux désirs de chacun, ouverte à toutes les combinaisons, Maïna hésite, pour qualifier sa profession, entre "vocation" et "sacerdoce". C'est en tout cas une prestation de qualité, reconnus par bien des hommes devenus des amis, au fil du temps et des étreintes, qui témoignent également dans ce livre.
    Maïna Lecherbonnier appelle un chat un chat, et les mots crus ne lui font pas peur, et ceux
    qui ont lu ses premiers livres retrouveront le style très enlevé d'une femme libre et sincère. Mais sa réflexion sur le métier, qui est aussi une réflexion sur notre civilisation, donne à l'ouvrage une profondeur tout à fait inédite. L'Utile et l'agréable nous plonge dans cet univers et nous en fait comprendre toute l'importance.

  • Elle est couturière à Nancy, ouvreuse dans un théâtre à Paris, maîtresse d'un riche commerçant, aviatrice qui fut parmi les premières à s'imposer dans les démonstrations de pilotage. Puis espionne pendant la première guerre mondiale, épouse d'un dirigeant de la fondation Rockefeller, résistante, femme politique qui lutta pour les droits des femmes... Passionnée, aventurière, libre et courageuse, Marthe Richard retrace dans ce récit son destin de femme pas comme les autres qui embrassa son époque, ses chaos, ses rêves et ses révoltes.

  • Yunyeong est prête à tout pour conquérir une vie meilleure : elle doit porter à bout de bras un bébé, un compagnon bon à rien, une sour poursuivie par ses créanciers, un frère accro aux jeux d'argent ainsi qu'une mère étouffante. Elle a décroché un emploi de serveuse dans un restaurant, qui se révèle être une maison de passe clandestine.
    Un roman qui témoigne crûment de la brutalité des rapports sociaux et de la condition faite aux femmes en Corée - une réalité connue de tous mais qui reste soigneusement occultée. Yunyeong se débat contre la pauvreté et résiste à la violence et au mépris grâce à son insurmontable énergie qui, seule, lui permet de garder espoir.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Le prix de l'amour

    Axel

    Un triangle sexuel et amoureux, et une belle histoire sur le désir à l'épreuve de l'âge...
    La cinquantaine, un divorce, une carrière dévorante... Valérie a bien mérité ses quelques semaines de vacances sur cette île paradisiaque. Là, elle expérimente ce que de nombreuses femmes esseulées viennent chercher : le sexe avec de beaux et jeunes hommes. João, sur qui Valérie a jeté son dévolu, est à la fois tendre, viril, endurant. Auprès de lui, elle se sent belle et désirable. Mais le sexe ne rend pas aveugle, et Valérie n'est pas dupe : c'est l'argent et rien d'autre qui la lie à João. Auprès de Giorgio, Italien de son âge venu s'installer sur cette île, elle trouve un ami avec qui partager ses doutes et son expérience chaotique de la vie.
    Un triangle sexuel et amoureux, et une belle histoire sur le désir à l'épreuve de l'âge. Le trait sensible d'Axel s'épanouit ici dans la représentation de paysages splendides, aussi bien que de scènes érotiques puissantes

  • 39 rue de Berne

    Max Lobe

    A 16 ans, la mère de Dipita atterrit du Cameroun en Europe, où elle est brutalement plongée dans le monde de la prostitution. Depuis, elle se débrouille. Sa naïveté, sa générosité et sa beauté lui permettent de survivre, malgré un «camion de haine dans son ventre ».

    Elle raconte sa vie à Dipita, qui aime autant l'écouter que lui couper la parole pour continuer l'histoire lui-même. Dipita aime aussi son oncle et sa manière de vitupérer à longueur de journée les huiles de son pays, même si c'est lui qui a jeté sa mère dans les filets des « Philantropes-Bienfaiteurs ». Dipita aime encore celles qu'il appelle « ses mères » ; elles participent à son éducation, aux commérages et aux réunions de l'AFP (association des filles des Pâquis) et elles accepteront de manière déconcertante que leur petit Dipita devienne comme ça.

    Dans une langue haute en couleurs et inventive, le narrateur décrit avec finesse aussi bien la réalité des Africains sans papier que les paradoxes et les souffrances d'un tout jeune homme noir et homosexuel.

    Max Lobe, né en 1986 à Douala au Cameroun, vit en Suisse depuis 8 ans, où il a fait des études de communication et de management. Il travaille à Genève.

  • Issus d'une quinzaine d'ouvrages majeurs de Charles Virmaître, les textes réunis dans cette édition forment une saisissante anthologie du Paris du vice et du crime au XIXe siècle. Dans une capitale en pleine métamorphose, vice, délits et crimes s'organisent sur les trottoirs, dans les demeures cossues ou les tripots. Observateur de la pègre et de ses combines comme des salons feutrés, Charles Virmaître porte un regard quasi documentaire sur les moeurs de son époque. On côtoie dans ce tableau pittoresque toute une galerie de personnages insolites : "cocottes", tireuses de cartes, indicateurs, "truqueurs"... Et c'est aussi toute la richesse de l'argot parisien que l'on retrouve dans ce recueil truculent.
     
    Charles Virmaître (1835-1903) était historien, journaliste et lexicographe. L'un des auteurs les plus productifs et les plus doués de sa génération, il a notamment publié Paris police, Paris escarpe, Paris galant et Trottoirs et lupanars. Laurent Portes est conservateur en chef du département Philosophie, histoire, sciences de l'homme de la Bibliothèque nationale de France.
     

  • Elle est arrivée de Bénin City pour profiter de l'argent suisse et payer les dettes de sa famille. Elle vit sous la coupe d'une proxénète qui détient son passeport et son juju, cette figurine sacrée qui lui permet de la contrôler. Il conçoit des jeux vidéo fun-gore qui ont fait de lui une star. Il voyage à travers le monde d'hôtel de luxe en festival de geeks, ivre de drogues et vivant dans un univers parallèle où la fiction prend le pas sur la réalité. Le soir où elle s'asperge de White spirit et s'immole par le feu pour mettre fin à tout, c'est lui qui la sauve. Il devient à ses yeux l'homme qui peut l'arracher à ses démons. Les voici liés pour le meilleur et pour le pire, unis par leurs folies et leurs obsessions, associés pour se sortir du guêpier où ils se sont fourrés...

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Sale histoire

    Agathe Catherine

    • Blanche
    • 19 Mars 2020

    Jusqu'où peut-on aller pour survivre ?
    Parce que la faim lui tenaille le ventre, la narratrice de Sale histoire va travailler dans un bar à hôtesses de Montpellier.
    Cette histoire est le témoignage d'une jeune étudiante solitaire et affamée qui découvre un univers qui lui était totalement inconnu : le milieu de la nuit et du sexe déguisé.
    L'histoire débute le jour de son recrutement et se termine quelques jours après son départ.
    Le récit est à la première personne afin de rendre compte de l'état d'esprit dans lequel se trouve le personnage qui oscille constamment entre curiosité, fascination, mépris et dégoût.
    Le ton est volontairement acerbe et cherche à traduire les émotions contradictoires qui traversent la narratrice de dix-neuf ans confrontée à une situation nouvelle et pathétique.
    Les événements dérangeants vont se succéder à travers les chapitres et le malaise ressenti va s'intensifier jusqu'à provoquer le départ précipité de la narratrice.
    Le livre n'est pas à proprement parler un récit " érotique " puisqu'il ne cherche pas à susciter le désir. Cependant, le sexe y trouve une place de plus en plus prégnante et participe de l' expérience initiatique de la jeune femme.

empty