• Inconscient, désir, pulsions, mais aussi psychométrie, troubles en tous genres... Voici l'essentiel des notions de psychologie, pour tous ceux qui souhaitent découvrir la discipline dans une démarche professionnelle ou personnelle.
    La psychologie est une science humaine qui a beaucoup évolué ces vingt dernières années. L'objectif : l'aborder sous les notions les plus modernes, en laissant une part limitée aux approches psychanalytiques, dont les concepts principaux et la grille de lecture sont essentiels à la compréhension de plusieurs notions mais qui ne peuvent plus résumer la pratique du psychologue. Ariane Calvo aborde les approches cognitives, comportementales, les neurosciences, et la grande évolution du traitement des traumatismes psychiques. Elle s'intéresse également à la psychométrie et aux courants de la psychothérapie.

  • Apprenez à respirer mieux, ici et maintenant !
    Respirer est si naturel que nous n'y prêtons pas attention. Et pourtant, notre respiration est le baromètre de notre bienêtre ! Grâce aux principes de l'art de vivre aïki, Jean-Philippe Desbordes vous guide à la découverte des ressources inouïes de la pratique respiratoire, qui permet de développer son écoute intérieure, de nettoyer son corps et d'apaiser son esprit.
    Au fil d'un récit lumineux et au travers d'exercices pratiques simples, vous découvrirez qu'il est possible de se préserver de la peur, de la violence, de gérer les refoulés profonds, et tout ce qui
    pourrait vous déstabiliser. Ainsi vous apprendrez à vous libérer de ce qui vous empêchait d'être pleinement vous-mêmes.
    Le souffle est médecine, il est aussi puissance.
    " J'inspire la terre, j'expire le ciel.
    Tout au fond se trouve une sensation, celle d'être au centre de soi.
    C'est là que réside la puissance de notre liberté. "

  • La psychologie pour les nuls en 50 notions clés

    ,

    lu par Odile COHEN; François HATT
    • Lizzie
    • 11 Avril 2019

    Inconscient, désir, pulsions, mais aussi psychométrie, troubles en tous genres... Voici l'essentiel des notions de psychologie, pour tous ceux qui souhaitent découvrir la discipline dans une démarche professionnelle ou personnelle.
    La psychologie est une science humaine qui a beaucoup évolué ces vingt dernières années. L'objectif : l'aborder sous les notions les plus modernes, en laissant une part limitée aux approches psychanalytiques, dont les concepts principaux et la grille de lecture sont essentiels à la compréhension de plusieurs notions mais qui ne peuvent plus résumer la pratique du psychologue. Ariane Calvo aborde les approches cognitives, comportementales, les neurosciences, et la grande évolution du traitement des traumatismes psychiques. Elle s'intéresse également à la psychométrie et aux courants de la psychothérapie. Dans ce livre audio, vous apprendrez notamment que Sigmund Freud a conceptualisé le complexe d'OEdipe, qu'entre 45 000 et 50 0000 psychologues exercent à ce jour en France ou encore que la méthode clinique a été définie en France pour Daniel Lagache, qui fait alors rentrer la psychologie à l'université...

  • Que le rêve soit le seul lien, par delà l'oubli, avec l'enfance, éclaire d'un jour nouveau un fait étrange : que le refoulement de l'affect, lié au deuil en particulier, passe toujours par le refoulement de la fonction onirique. Sans rêves en effet, la situation de perte est tout à fait neutralisée, réduite. C'est précisément tout cet aspect de l'expérience humaine, qui touche si près à des impasses précoces, que le travail relationnel sur les rêves est en mesure de réactiver. Le thérapeute de l'adolescent est celui qui est en relation avec le rêve et l'affect, par rapport à lui-même et à l'autre. D'aucune manière, il ne cherche à neutraliser la relation en neutralisant ses propres affects. Ceux-ci doivent être là, mais libres, au cours d'un face à face à raison d'une fois par semaine. Or, c'est cette relation affective, que toute la technique psychanalytique s'emploie à éliminer, en laissant d'ailleurs en suspens toute la problématique de l'affect.
    Sami-Ali

  • Cet ouvrage interroge la fréquence comme la diversité des événements subjectifs mettant en jeu ou en scène souffrance et/ou dimension douloureuse.

    Qu'est-ce qui cause la souffrance de l'être parlant dont il est aisé de constater la présence quels que soient les temps, les civilisations ? Le contexte d'une époque influence-t-il la subjectivité des sujets qui l'habitent ? La souffrance s'impose de nos jours comme objet de réflexion et de recherche en tant qu'elle vient conjoindre en une expérience intime toute l'actualité du rapport entre corps et social.

  • Cet ouvrage s'emploie à montrer pourquoi une théorie psychosomatique relationnelle est possible en psycho-motricité. Celle-ci doit cependant s'ouvrir pour inclure la pathologie organique s'inscrivant dans le corps réel et relevant de la psychomotricité relationnelle.
    Si la psychomotricité se singularise par l'intérêt qu'elle porte à la constitution des fonctions, sa démarche ne signifie pas qu'elle doit exclure de son champ des troubles instrumentaux dus à l'inhibition d'une fonction déjà constituée. Car souvent la symptomatologie est mixte, complexe, rétive aux réductions. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il n'existe réellement aucune coupure, aucune solution de continuité entre la psycho-motricité et certaines psychothérapies spécialisées avec de jeunes enfants présentant, à la lisière du psychique et du somatique, des perturbations massives des repères spatio-temporels. L'unité d'une conception conduit ainsi à concevoir ce qui peut unifier des pratiques différentes.

  • Les médiations thérapeutiques qui utilisent le corps comme vecteur d'expression sont-elles une bonne indication pour aider les adolescents qui vont mal ? A partir de son expérience clinique auprès d'adolescents en souffrance qui, par le biais de médiations telles que la danse, la psychomotricité ou la relaxation, ont trouvé des espaces thérapeutiques privilégiés, l'auteur élabore une réflexion approfondie sur les enjeux d'un travail thérapeutique à médiation corporelle. Un ouvrage théorico-clinique bienvenu sur un sujet encore peu exploré. Catherine Potel est psychomotricienne, thérapeute en ambulatoire (CMPP et pratique privée).

  • Pourquoi certains diabétiques ne parviennent-ils pas à respecter les prescriptions médicales impératives qui constituent le traitement actuel du diabète insulino-dépendant ? A cette question, l'auteur propose une réponse psychosomatique. La clinique originale présentée ici révèle un fonctionnement particulier où, chaque fois, des difficultés ont surgi dans la construction de l'identité du sujet. C'est la prise en compte de ces difficultés manifestes qui apporte avec elle l'espoir d'une efficacité nouvelle au niveau préventif autant que thérapeutique.

  • Par rapport à l'entrée directe dans la vie dite active, le cadre des études supérieures offre la possibilité d'un espace d'expérimentation et de mise à l'épreuve entre l'adolescence et l'âge mûr. Une période plus ou moins prolongée s'ouvre ainsi, durant laquelle peut s'organiser une aire de transition, « combinaison d'immaturité prolongée et de précocité provoquée » (E. Erikson, 1972).
    Si l'université est un cadre qui présente en apparence de nombreux attraits socio-affectifs, notamment en terme de liberté, ce sentiment peut se heurter à la difficulté de maîtriser les contours propres à ce nouvel univers; véritable « passage » au sens ethnologique, avec son « temps d'étrangeté », « d'apprentissage » des règles, voire des rites, l'étudiant devra en décrypter les contours, « s'affilier », et en faire transitoirement son « métier » (A. Coulon, 1997). Dans ce contexte, l'intégration sociale reste déterminante, et le risque d'isolement et de rupture toujours possible.
    Mais que peut-on dire, spécifiquement, du phénomène de mal-être chez les étudiants ? Essentiellement, qu'il se situe dans un entre-deux : entre les manifestations symptomatiques de l'adolescence, faites d'investissements et de désinvestissements massifs, et la psychopathologie de l'adulte. Ni tout à fait l'un, ni tout à fait l'autre.
    Si notre société offre aux adolescents et jeunes adultes la possibilité d'un sas aux limites aussi floues que de plus en plus étendues, dans le même temps, le droit à l'erreur académique est limité, tout échec pouvant conduire à une sortie du système sans grande possibilité de retour ultérieur. Ajouté à cela qu'aujourd'hui les jeunes vivent dans un climat de grande liberté, avec pour consigne : « Fais ce que tu veux mais sois performant ! », et nous avons là les ingrédients d'une situation anxiogène non négligeable.

  • Cet ouvrage montre comment l'énergie, encore aujourd'hui abondante et peu onéreuse, contrôle le développement mondial.
    Ce livre est écrit par trois auteurs de différentes origines : deux professionnels du secteur de l'énergie avec leur expertise industrielle et un professionnel universitaire avec son expérience d'enseignant et ayant déjà de nombreux livres à son actif. Il ne s'agit donc pas d'un plaidoyer pro domo ni d'un pamphlet alarmiste mais d'un tour d'horizon sur un sujet dont les implications sont importantes.
    La vision légèrement décalée présentée ici, des étapes importantes qui ont conduit à notre civilisation actuelle, donne quelques clés pour mieux comprendre comment le développement rapide et la demande croissante en énergie de grands pays comme la Chine, l'Inde ou le Brésil auront un impact profond sur notre façon de vivre et encore plus sur celle de nos petits-enfants.
    Ce sujet nous concernant tous, les auteurs ont résolument souhaité le rendre accessible au plus grand nombre par une présentation simple, étayée d'exemples, d'anecdotes et d'événements dont chacun a entendu parler, sans pour autant prendre le temps ni de les analyser, ni de mesurer leurs conséquences.

  • Depuis cinquante ans, Michel de M'Uzan occupe une place à part dans la psychanalyse française. Grand clinicien, chercheur infatigable, théoricien de la pensée freudienne, cofondateur de la psychosomatique, il n'a cessé de remettre en question les données freudiennes de base, tout en restant strictement et rigoureusement freudien. Notre ouvrage, actes d'un colloque qui a eu lieu à l'Université de Paris Ouest Nanterre La Défense en 2009, présente l'état des derniers débats sur les questions qui l'animent. Son texte inaugural reprend ses derniers renouvellement, tout à la fois révolutionnaires et controversés, de la métapsychologie, dont la proposition de réserver la notion de pulsion au seul ordre psychosexualité / « vital-identital », ou bien encore l'idée que la pulsion « s'invente » par l'intermédiaire de la séduction de l'infans.
    Les thèmes abordés ici (pulsion de mort, psychosomatique, organisation des névroses et des psychoses, science des limites indéfinies, etc.), se présentent sous la forme de réponses de psychanalystes d'orientations variés au texte inaugural de Michel de M'Uzan, réponses auxquelles celui-ci à son tour répond, le tout constituant, sur un mode tout à la fois familier et rigoureux, une discussion des avancées théoriques proposées par Michel de M'Uzan et le débat que ces avancées produisent chez ses collègues. Sorte donc de « work in progress » de la psychanalyse d'aujourd'hui où s'articulent clinique et métapsychologie.

  • Puisqu'elles permettent de véhiculer de l'information à la vitesse de la lumière et qu'un ordinateur semble tellement moins polluant qu'une voiture ou qu'un avion, les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC), qui sont au coeur du développement économique et social des sociétés contemporaines, sont parées de toutes les vertus écologiques.
    Cette perception est renforcée par leur image « immatérielle ». Les inconvénients éventuels sont gommés du fait que leurs effets négatifs ne trouvent pas l'écho qu'ils méritent face à l'engouement qu'elles suscitent.

    Ce livre propose une analyse précise et étayée des impacts écologiques de ces équipements et services numériques (Internet notamment), et ce de l'extraction des ressources au traitement des déchets. Un double regard est proposé : celui de la planète et du monde du vivant, et celui sous l'angle des usages qui sont faits de ces technologies. Il puise pour cela dans des informations chiffrées publiées essentiellement dans des revues académiques et n'omet pas d'offrir une présentation critique des différents outils de mesure des impacts écologiques des TIC afin d'en comprendre les limites méthodologiques et dans l'interprétation des résultats. Une dernière partie élargit les perspectives en explorant les facteurs sous-jacents à ces impacts : les aspects technologiques, comportementaux, organisationnels et structurels y sont abordés sans concession.

  • Quelle que soit la maladie qui touche le corps réel, allant des affections légères comme le rhume saisonnier aux pathologies cancéreuses par exemple, il paraît impossible d'établir une relation directe entre les variables en question, puisque, partout, on constate que la maladie peut s'associer au rêve autant qu'à son absence, à l'affect autant qu'à la difficulté de s'exprimer.
    Comment le rêve et l'affect s'intègrent-ils dans la relation thérapeutique elle-même ? Celle-ci reste entièrement axée sur la situation conflictuelle évoluant vers l'impasse, qui implique précisément l'impossibilité de sortir de l'enfermement. C'est ici que la théorie relationnelle déploie ses richesses car il ne s'agit pas désormais de « résoudre » l'impasse mais de la « dissoudre », en découvrant au fur et à mesure d'un travail patient et continu, comment elle se constitue réellement, parfois au cours de toute une vie. Cela implique impérativement que le refoulement du rêve et de l'affect soit levé, et que la libération de l'un et de l'autre finisse par modifier tout le fonctionnement subjectif, corps et âme, amenant la modification des termes mêmes de l'impasse, et entraînant du même coup l'amélioration de la pathologie organique, qui reste constamment relationnelle.
    Le lien que le thème de cet ouvrage établit entre la pathologie organique d'une part, et le rêve et l'affect d'autre part, s'impose dans son évidence.

  • Ce qui est malade ce n'est pas le corps, ce n'est pas l'esprit, c'est la personne. Un être humain n'est pas non plus divisé selon l'âme et le corps. L'âme et le corps ne sont pas deux réalités , ce sont deux concepts que nous vous inventons pour rendre compréhensible l'unité. On est toujours obligé de faire des divisions, de distinguer des choses, alors que dans la réalité tout cela est uni. Et toute la théorie relationnelle est en fait une pensée de l'unité. Le corps peut donc traduire des conflits en montrant un dysfonctionnement. Le conflit ne reste pas dans les sphères psychiques mais il est traduit en terme de dysfonctionnement corporel. Il n'y a pas de fonctionnement sans situation relationnelle, ni situation relationnelle sans fonctionnement. On peut bien sûr scinder les deux et c'est comme cela que la psychanalyse a développé une théorie du fonctionnement sans relation, c'est-à-dire ramenée à des processus mentaux : comme s'il y avait des processus internes et des pulsions à l'intérieur du sujet sans relation.

  • L'espace, le temps et des mots pour désigner les choses suffisent pour constituer les fondements du monde dans lequel nous vivons. Sans doute faut-il aussi ajouter les liens affectifs qui donnent à ce monde sa dimension proprement humaine. Et c'est précisément tous ces repères essentiels qui se trouvent frontalement attaqués par la maladie d'Alzheimer dans laquelle tout peut finir par s'effacer, sauf peut-être l'attachement.
    Considérée comme une pathologie neurologique à l'étiologie mystérieuse, la maladie d'Alzheimer est traitée exclusivement à coup de psychotropes qui s'avèrent parfois excessifs, voire dangereux, au détriment d'autres options possibles dont, en premier lieu, la psychosomatique relationnelle qui déplace l'intérêt de la maladie au malade.
    C'est cette démarche novatrice que Leila Al-Husseini a choisi, envers et contre tout, pour acquérir finalement une longue expérience clinique de cette pathologie dont le texte « Mémoire de l'oubli » rend compte. Et c'est encore ce travail très spécial, qui place tout le processus de création dans la relation, qui se retrouve dans la très belle observation que Chantal Gombert rapporte ici. Il s'agit d'une femme poète et écrivain de langue bretonne qui émerge d'un long silence se confondant avec la perte inéluctable de la langue. Fins dernières d'un poète qui vont au-delà de la mort pressentie, qui traverse le silence ultime.

  • L'affect est une relation à l'autre qui passe par le corps, par le langage et par la projection. Relation et affect ont un fondement biologique qui ramène au psychosomatique.
    Cet ouvrage met l'accent sur ce fait psychosomatique fondamental qu'est l'affect.
    À partir de l'affect refoulé et de l'affect libéré, il souligne l'envers et l'avers du même phénomène. Il situe son importance pour la psychosomatique relationnelle. Il montre également qu'il n'y a pas d'affect sans représentation, ni de représentation sans affect et place l'affect - son refoulement ou sa libération - dans une réalité relationnelle et corporelle.

  • La psychosomatique psychanalytique a développé une théorie de la pratique clinique avec des patients présentant des pathologies somatiques tant fonctionnelles qu'organiques. Inscrite dès le départ dans le corpus métapsychologique freudien en tant que domaine qui s'intéresse aux liens entre la psyché et le soma du corps, elle n'a pris son essor qu'après la mort de Freud, en dehors des travaux de Groddeck ou Ferenczi. Dans les années cinquante, Alexander, puis Marty, Fain, de M'Uzan, David et par la suite McDougall, Sami-Ali, Dejours, Smadja, Szwec, Kreisler, Soulé, Guyotat, Abraham et Trk la développèrent. Les contributions de ces auteurs se trouvent au croisement des interrogations des psychanalystes, des médecins et des biologistes. 
    Ce sont de ces modèles et de ces auteurs que l'auteur traite ici à la fois en les mettant en lien avec certains modèles théoriques psychanalytiques actuels mais également avec certaines données issues de la psychoneuro- immunologie, l'alexithymie ou celles biologiques décrivant le rôle de l'apoptose dans le cancer. 

  • Le tabagisme étudié ici, en rupture avec l'imaginaire, est non lié au plaisir mais au besoin. A l'origine de cette recherche, le constat des problèmes rencontrés lors de l'abstinence tant sur le plan psychique que somatique. Cette étude résulte d'une longue expérience auprès des fumeurs n'arrivant pas à rompre avec leur habitude, et du désir de comprendre ces difficultés, à l'arrêt. Autant que le fonctionnement, la nature du conflit est à interroger. C'est dans ce sens que le travail thérapeutique avec ces patients mérite d'être pensé autrement: Pourquoi cette impasse en particulier ? Comment fut-elle constituée ? Quels éléments sont entrés dans sa constitution ?

  • L'explication « c'est psychosomatique », a insidieusement envahi notre quotidien à tort. Alors qu'il y a seulement une ou deux générations, les médecins ricanaient presque lorsqu'on leur parlait de psychologie, aujourd'hui, ils voient des maux psychosomatiques partout : petits bobos du quotidien ou maux chroniques, c'est psychosomatique !Résultat : de nombreux patients promenés pendant des mois, voire des années, pour des maux dits « psychosomatiques », avant qu'on ne découvre chez eux une pathologie bien réelle et parfois très sérieuse, même si l'origine de cette pathologie grave a peut-être des aspects psychosomatiques.Le but de cet ouvrage n'est pas de déclarer la guerre aux médecins, mais de comprendre comment nous en sommes arrivés à la toute puissance du psychosomatique. L'auteur invite ensuite les lecteurs à se prendre en main, lorsqu'ils ont un doute sur la nature de leur souffrance, et leur explique les démarches à effectuer, que ce soit auprès des organismes de santé ou d'associations.

  • La prise de conscience de l'étendue d'une nouvelle classe d'âge a engagé de nombreux théoriciens sur la voie d'une prise en charge des personnes âgées conforme à la gérontologie, considérée comme une spécialité médicale. Une approche psychosomatique est parmi les différentes formes de prise en charge du patient âgé, celle qui intéresse le plus thérapeutes et travailleurs sociaux.

  • Pour accéder à la perspective théorique ici développée, il ne faut pas perdre de vue que la psychosomatique ne s'y définit pas comme une spécialité distincte de la psychanalyse, d'une part, de la médecine, de l'autre, mais comme la possibilité de penser simultanément le psychique et le somatique dans l'ensemble de la pathologie humaine, fonctionnelle et organique. La théorie relationnelle nous en donne les moyens, en nous permettant d'envisager autrement les différentes pathologies, en même temps que les méthodes thérapeutiques mises en oeuvre. Tel est en effet le dessein du présent ouvrage dont les contributions, par leur diversité même, font mieux ressortir l'unité d'une inspiration susceptible de renouveler toute réflexion concernant l'âme et le corps.

  • Très différents les uns des autres, appartenant à d'autres espaces et à d'autres temps, comme simultanément, à plusieurs champs de savoir, les thèmes traités dans le présent ouvrage, par leur convergence, s'emploient en fait à saisir la réalité humaine dans certaines de ces manifestations les plus significatives, à travers l'opposition fondamentale entre pathologie et création, imaginaire et banal, rêve et adaptation. Chaque thème se trouve alors exploré dans une perspective globale, alors que s'élabore une véritable pensée de la relation en prenant appui, dans le cas de la pathologie notamment, sur le passage du conflit à l'impasse, loin de la psychogenèse et de la causalité linéaire, afin de faire ressortir l'unité dans la diversité, selon une démarche formulée en ces termes par le grand peintre chinois Chi-Tao : Par l'Un, maîtriser la multiplicité ; à partir de la multiplicité, mâitriser l'Un.

  • Un livre essentiel pour comprendre le handicap et le traumatisme, leurs séquelles immédiates et médiates.
    Une première partie théorico-clinique aborde la manière actuelle de penser le traumatisme et ses effets et propose une autre modalité conceptuelle afin de définir une nouvelle méthodologie d'accompagnement des personnes en souffrance à la suite d'un traumatisme.
    La deuxième partie explore, toujours sur la base d'observations cliniques, la dimension sociale du traumatisme et la question difficile de la réinsertion professionnelle.
    Un des objectifs principaux de ces travaux est de montrer que le traumatisme et ses conséquences ne peuvent être pensés en dehors de la situation relationnelle à l'intérieur de laquelle ils vont s'inscrire.
    La personne entrant dans la catégorie du handicap doit affronter d'autres situations conflictuelles plus ou moins fermées, liées au contexte social et au parcours difficile d'une réinsertion professionnelle.
    Un ouvrage indispensable dans la collection « Recherche en psychosomatique » qui propose une nouvelle démarche d'aide aux personnes handicapées souffrant des troubles liés au traumatisme.

empty