Sciences humaines & sociales

  • Faire l'histoire des États-Unis, le projet permet de lever un premier préjugé, celui d'un pays si « jeune » qu'il n'aurait pas d'histoire. Du jour de l'indépendance à la guerre de Sécession, de la conquête de l'Ouest à celle de la Lune, de la crise de 1929 aux attentats du 11 septembre 2001, cet ouvrage raconte le roman vrai de l'Amérique. Au-delà d'un simple récit chronologique, François Durpaire montre combien les États-Unis résistent à toute compréhension simpliste. Il nous invite à lire l'histoire de ce pays comme celle d'un dialogue ininterrompu entre l'unité et la diversité, qui sont les deux valeurs inscrites dans la devise originelle des États-Unis d'Amérique : e pluribus unum - « de plusieurs, un ».

  • Que signifie « l'exceptionnalisme » japonais ? Le pays est-il toujours une grande puissance industrielle ? Les traditions bloquent-elles les évolutions sociales ? Quelles sont les conséquences de la chute du taux de natalité ? Les relations sino-japonaises sont-elles vouées au conflit ? Le Japon peut-il être un acteur majeur sur la scène internationale ?

    Après avoir dominé la scène économique mondiale jusqu'à la fin du xxe siècle, le Japon semble céder la place au miracle chinois. Ses défis sont aujourd'hui multiples : croissance stagnante, population vieillissante, condition des femmes difficile, sentiment de déclin et d'entre-soi, loin d'un monde globalisé et pluriel.

    Pourtant, le Japon conserve une efficacité et une capacité de résilience hors normes héritées de ses multiples épreuves : bombardements atomiques en 1945, tremblements de terre, catastrophe de Fukushima... Terre d'innovations constantes, place financière incontournable, le pays le plus « occidental » d'Asie affirme ses valeurs libérales et démocratiques, son attachement à sa politique strictement défensive, tout en affichant une ambition plus importante en matière de sécurité.

    À l'heure où commence l'ère Reiwa (« Belle harmonie »), Valérie Niquet nous donne les clés pour mieux comprendre ce pays qui fascine autant qu'il déroute, ses spécificités, ses limites, mais aussi ses atouts qui prouvent qu'il est loin d'être hors course.

  • En 2050, il est fort probable que l'Inde aura pris la première place économique devant la Chine et les États-Unis. Pourtant, nous comprenons mal cet immense pays. Aussi le projet de ce livre simple, clair, nourri de travail de terrain, est-il de nous y initier. L'auteure saisit cette société vivante, diversifiée, tolérante et violente. Elle évoque les croyances, la morale, les habitudes, les normes mais aussi ce qui est caché : le rôle des castes et de la famille dans la mobilité sociale et dans les relations de travail, la religiosité quotidienne, la notion de temps, la ruralité en face des mégapoles, le monde des fêtes, le rapport au corps et à la sexualité, la place des femmes dans cette société patriarcale et le regard porté sur les Occidentaux...Une lecture aussi instructive que passionnante.

  • La guerre

    Eric Delbecque

    • First
    • 24 Janvier 2019

    Les guerres d'hier, d'aujourd'hui et de demain enfin décryptées !Depuis quelques années, le terrorisme met en péril l'équilibre des puissances : le faible est désormais capable de meurtrir le fort. Pour comprendre les enjeux de cette guerre asymétrique permanente, il est essentiel de revenir sur l'histoire de la guerre. Comment les forces armées, dotées de moyens de plus en plus sophistiqués, se sont professionnalisées au fil du temps ? Qu'est-ce qu'une guerre de l'information ? Que sont les nouveaux visages de la guerre Chronologiquement, ce livre fait la lumière sur l'univers de la guerre, qui, aujourd'hui plus que jamais, est un sujet incontournable.
    Découvrez :
    o L'homme " guerrier " depuis la préhistoire
    o La guerre, expression du nationalisme
    o Les grands conflits mondiaux
    o Les zones sous tension permanente

  • Le XXIe siècle est celui du choc des puissances. L'extension du domaine de la guerre aux nouveaux espaces économiques, virtuels ou cognitifs a ouvert une ère de conflictualité systémique.
    Cette rupture stratégique est encore mal appréhendée en France, où inhibitions et approches idéalistes faussent l'analyse des rapports de force et de leur évolution.
    Spécialiste des problématiques de puissance, Raphaël Chauvancy en définit le concept et le replace au coeur d'une analyse méthodique
    En remontant le fil des causalités, il éclaire l'arrière-plan des cas concrets dont il illustre sa démonstration. Il s'inscrit ainsi dans le temps long pour proposer une grille de lecture globale et accessible.
    Ouvrage de référence, LES NOUVEAUX VISAGES DE LA GUERRE ouvre la voie à une pensée stratégique alternative, adaptée au nouveau monde multipolaire.

  • Faut-il avoir peur de la Corée du Nord ? Les dirigeants nord-coréens sont-ils fous ? Comment la Corée du Nord est-elle devenue la première dynastie communiste du monde ? Combien la famine a-t-elle tué de Nord-Coréens en 1995 ? Comment vit-on aujourd'hui en Corée du Nord ? Une économie de marché y est-elle née ? Comment les réfugiés nord-coréens sont-ils manipulés ? Derrière les menaces nucléaires, que veut vraiment Pyongyang ?La Corée du Nord défie le monde. L'intensification des essais nucléaires et des tirs de missiles balistiques menés par le jeune leader Kim Jong-un ravive plus que jamais les tensions en Asie du Nord. Systématiquement diabolisée, la République populaire démocratique de Corée reste pourtant une énigme pour les Occidentaux.Pour dépasser fantasmes et clichés, Juliette Morillot et Dorian Malovic lèvent le voile sur la réalité de cette puissance nucléaire qui inquiète chaque jour davantage la planète. En 100 questions, ils racontent l'Histoire ancienne pour éclairer le présent, décryptent l'impuissance de la communauté internationale face aux provocations de Pyongyang et nous révèlent une société traversant une mutation sans précédent.

  • Le pouvoir en Chine est-il si centralisé et tout-puissant ? Quel est le rôle de la propagande ? La lutte contre
    la corruption est-elle une illusion ? Que signifie la fin de la politique de l'enfant unique ? Pourquoi la censure se renforce-t-elle ? Que pèse la dette chinoise ? L'APL est-elle vraiment la deuxième armée du monde ? Quelles sont ses ambitions maritimes ? La Chine est-elle une puissance nucléaire responsable ?
    En quelques décennies, la Chine est devenue la deuxième puissance économique mondiale. L'ampleur de son marché, ses échanges, mais aussi ses choix stratégiques régionaux ou environnementaux, orientent l'avenir du monde. Pourtant, le ralentissement de la croissance économique constaté depuis 2015 a entraîné un brutal retour de balancier. Après avoir été encensé comme le « sauveur » de nos économies en crise, le modèle chinois se trouve soudain remis en cause.
    En 100 questions/réponses, Valérie Niquet dresse un tableau contrasté et parfois inquiétant de la puissance économique, culturelle, démographique, militaire que représente la Chine aujourd'hui. Elle éclaire le fonctionnement du système chinois et analyse la réalité d'un pays, objet d'une fascination sans recul. Avec ses promesses, ses signes de faiblesse et ses failles inéluctables.

  • Sept itinéraires, sept points de vue différents issus d'une longue confrontation avec l'Éthique, aboutissent à une nouvelle vision à la fois complexe et transparente de l'oeuvre.

  • Champ disciplinaire reconnu en tant que tel aux États-Unis et en Grande-Bretagne, les études stratégiques sont sous-représentées en France, où règne une méconnaissance mutuelle entre milieux militaire, politique et universitaire, entretenue par une structuration rigide des disciplines à l´Université. Pourtant, les études stratégiques sont un champ de recherche actif et riche de nombreux travaux complétant utilement les relations internationales ou la science politique.
    Unique en son genre, cet ouvrage rassemble les meilleurs experts français et étrangers pour offrir un panorama complet de l´état des savoirs dans le domaine. À l´heure où les crises menaçant la sécurité de la France et de l´Europe se multiplient à une échelle inédite depuis la fin de la Guerre froide, il permet aux chercheurs, aux décideurs politiques comme militaires et aux citoyens intéressés de disposer des outils intellectuels nécessaires à l´intelligibilité d´un monde où la guerre et les conflits de puissance restent les principaux facteurs structurants des relations internationales.

  • Richesse et pauvreté, prédation et sanctuarisation, sécheresse et blizzard, interventionnisme et isolationnisme : l'Amérique est le pays des contraires, le pays du « tout ou rien », qu'on a souvent tendance à peindre à grands traits, ou même à dédaigner pour sa jeunesse et son absence supposée d'histoire. Dans un style accessible et engageant, les deux auteurs nous entraînent dans l'histoire des États-Unis sous toutes leurs facettes : géographie, sociologie, culture, politique, économie, diplomatie, sécurité, armée... À l'encontre des idées reçues, ils expliquent de manière pédagogique la diversité et la complexité de la première puissance mondiale. Les élections présidentielles de 2016 et la fin de la présidence de Barack Obama, dont la politique étrangère fut l'une des plus fines et des plus complexes de l'histoire américaine, incitent à dresser un bilan de la position américaine dans le monde. Un monde à la fois plus pacifique et plus conflictuel, avec moins de pauvreté extrême et plus d'inégalités, oscillant entre internationalisme et populismes. Cet ouvrage permet de s'extraire du bruit médiatique et des slogans, et de réfléchir aux enjeux de long terme qui occupent et préoccupent les États-Unis.

  • Si chacun a le pouvoir de vivre selon la raison, comment se fait-il que si peu la suivent, alors même qu'un grand nombre s'en réclament ? Certains voient le meilleur, mais font le pire. D'autres font le pire en croyant qu'il est le meilleur. Tous font tout ce qu'ils peuvent, et se réjouissent finalement de ce qu'ils sont. La philosophie de Spinoza rend compte de ces paradoxes : toute puissance est en acte. Qui peut le plus s'efforce nécessairement de faire le plus et ne peut faire moins. Qui peut le moins fait le moins volontiers, sans pouvoir faire plus. Chacun est aussi parfait qu'il peut l'être, et agit de la façon dont il y est disposé, malgré lui mais de gré, si ce n'est de bon gré. Le concept de disposition, tel qu'il s'élabore dans l'Éthique, permet de saisir la pratique commune des hommes dans un cadre nécessitariste et actualiste, de l'inconstance affective à la régularité des coutumes, des obsessions passionnelles à l'éducation et à l'affranchissement de la servitude. L'existence humaine n'est pas une comédie, encore moins une tragédie. Avec Spinoza, il s'agit d'en produire l'intelligence.

  • La révocation en doute du monde sensible et intellectuel n'est-elle qu'une méthode ?
    Ce serait réduire les Méditations métaphysiques à un pur exercice. Ne s'agit-il pas plutôt d'une expérience fondamentale, offrant l'intuition de l'inconsistance de tout ce qui l'entoure ? Cette précarité n'est que relative car Dieu et l'être s'imposent au sujet comme une réalité incontestable, impossible à refuser. Au-delà de cette distinction de l'être et du mondain, cet ouvrage qui revisite toute l'oeuvre de Descartes découvre la toute-puissance de Dieu comme clé d'une nouvelle ontologie, empruntant des éléments au néoplatonisme renaissant.
    Au lieu de rechercher la nature du discours cartésien (est-il métaphysique ou non ?), Thibaut Gress croise histoire et spéculation, réintroduisant Descartes dans son temps, discutant en permanence avec de nombreux et célèbres commentaires, de Gouhier à Brunschvicg. Une relecture nourrie et subtile, éloignée de toute approche réductrice, en particulier heideggérienne. Un Descartes renaissant et humaniste.

  • Les effets de la crise accélèrent le déplacement du centre de l'économie mondiale vers l'Asie, qui, en 2030, comptera trois des quatre premières puissances au monde : Chine, Japon et Inde.
    Pékin et Tokyo s'y disputent le leadership dans une compétition apparemment inégale. Irrésistible ascension d'une Chine dynamique et conquérante, déclin inéluctable d'un Japon anémié et vieillissant ?
    Face à cette vision d'un avenir tout tracé, l'auteur analyse avec précision leur légitimité respective à revendiquer la suprématie économique et stratégique dans une Asie en voie d'intégration, puis esquisse pour les vingt prochaines années le scénario qui lui paraît le plus probable.
    Un essai rigoureux et stimulant pour un débat qui ne devrait pas laisser les Européens indifférents. Le destin de l''Europe, de ses industries et de ses universités se joue aussi à Pékin et à Tokyo, où s''ébauchent les contours d'une future Communauté asiatique.
    Claude Meyer enseigne l'économie internationale à Sciences Po et à l'étranger. Chercheur au GEM-Sciences Po et ancien directeur général adjoint d'une banque japonaise, il est docteur en économie, diplômé en philosophie, en sociologie et en japonais.
    ERRATUM / Les accords du Plaza, cités page 47 et page 81 (note 29) datent, non pas de 2005, mais de septembre 1985.

  • La réussite de la Chine est aussi fulgurante qu'inédite. Au rythme actuel, elle pourrait même devenir la première puissance économique mondiale dès 2022. Pourtant, les stigmates d'une croissance à marche forcée s'accumulent : des villes fantômes, des faillites en cascade, des révoltes de plus en plus fréquentes, des dérives issues de la politique de l'enfant unique, des scandales alimentaires à répétition, des aéroports paralysés par la pollution...

    À travers une analyse percutante, Jean-Luc Buchalet et Pierre Sabatier montrent que ces déséquilibres économiques, sociaux et environnementaux pourraient déboucher sur une crise majeure dans les années à venir. C'est toute l'économie mondiale qui serait alors entraînée dans le sillage du géant asiatique.

    Pour saisir la menace, les auteurs décrivent la spécificité du modèle de développement chinois, avec ses contradictions et ses zones d'ombre : un "socialisme de marché" qui mêle parti unique, capitalisme débridé, corruption, contrôle des prix, plan quinquennal, concurrence féroce... Reste à savoir si la crise de ce système sera simplement transitoire, ou mènera à son effondrement.

  • En 1964 s´ouvrait la première ambassade de France en Chine. Loin de faire l´unanimité, la courageuse décision du général de Gaulle provoqua des réactions passionnelles. Cinquante ans plus tard, où en sommes-nous avec la Chine ? L´avenir de la deuxième puissance économique mondiale est-il aussi rose que le laissent croire ses chiffres mirobolants ? Quel rôle joue réellement l´Empire du milieu sur la scène internationale ? Dans sa livraison de décembre la Revue des Deux Mondes s´est mise à l´écoute d´un pays complexe, difficile à appréhender.
    Pierre Morel, ambassadeur à Pékin entre 1996 et 2002, retrace huit siècles d´histoire franco-chinoise qui furent ponctués de rencontres, d´échanges, d´accords et de désaccords. Dans sa chronique diplomatique, François Bujon de l´Estang s´intéresse aux quatre dernières décennies qui virent passer la Chine d´un état humilié et déchu à une société fière et riche ; si les gouvernants restent discrets sur le plan international et se gardent bien de livrer un quelconque message à vocation universelle, ils multiplient en revanche les initiatives spectaculaires à l´intérieur du pays et dans l´environnement proche. Le philosophe et sociologue Yu Hai explique pourquoi la Chine ne souhaite pas devenir le numéro un mondial. Dorian Malovic, lui, nous fait part d´un point de vue réaliste et pragmatique : l´Empire du milieu doit se résoudre à aller au bout de ses réformes sinon il s´effondrera. Pour l´universitaire Wang Zhenmin, l´avenir se construira sur un état de droits ou ne se construira pas. L´économiste Li Wei analyse un problème crucial : le vieillissement de la population chinoise. Enfin Michel Crépu rend un bel hommage à Simon Leys, brillant sinologue qui dénonça avant tout le monde les exactions du régime maoïste et l´aveuglement de certains intellectuels occidentaux.
    Également au sommaire, un entretien exclusif avec Robert Silvers, le directeur de la célèbre New York Review of Books qui fête son cinquantième anniversaire.


  • D'une montagne à l'autre, l'homme a voyagé...



    Les années ont passé... Sportif de haut niveau il s'est challengé au contact des plus grands, affecté aux renseignements généraux, au coeur des enquêtes, il a sondé l'âme humaine, le chef d'entreprise devenu aujourd'hui coach formateur, président de sociétés, Franck ALEXANDRE vous transmets ses secrets pour délivrer votre puissance intérieure...



    Dépassez-vous, relevez-vous et changez de vie si nécessaire... la réussite est à portée de mains...

  • Depuis des siècles, l'Asie du Sud-Est constitue un carrefour de cultures, de commerce et de religions. Sa centralité géographique se traduit maintenant en centralité économique, puisque la région est parvenue à s'imposer comme un maillon essentiel de la production commerciale en Asie. Comment comprendre et anticiper son émergence en tant que pôle de croissance économique majeur non seulement au coeur de l'Asie, mais également dans le monde ?

    Certains politicologues affirment que la rivalité sino-américaine annonce le retour de la bipolarité ; d'autres voient plutôt l'avènement d'une multipolarité avec les nouveaux joueurs que sont l'Inde, la Russie, le Japon et même le Canada. Une chose est sûre : plus de 60 % du commerce mondial maritime émanent de l'Asie, le tiers du commerce transocéanique international transite par la mer de Chine méridionale et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) négocie actuellement la plus grande entente commerciale au monde incluant seize pays, dont les plus populeux : l'Inde et la Chine. Tous les points de vue sont exprimés dans ce livre qui, lui, rassemble les plus grands spécialistes de la question pour donner un portrait à jour du contexte géopolitique, social et historique de cette région tout à fait fascinante et complexe.

  • Il peut sembler à première vue surprenant de rechercher chez un auteur disparu il y a trois siècles des précisions ou des distinctions pertinentes pour clarifier les enjeux et les formulations des discussions contemporaines portant sur la notion de disposition. Qu'il s'agisse des concepts, des méthodes ou de l'état des connaissances, nous sommes en effet plutôt enclins à voir dans l'univers que décrit la philosophie leibnizienne un ensemble de conceptions relativement étrangères aux questions d'interprétation soulevées par la réalité physique en général et par les pouvoirs qui s'y manifestent en particulier. En quel sens le recours à une métaphysique teintée de considérations théologiques et ancrée dans des débats liés à la naissance du Mécanisme largement tranchés aujourd'hui peut-il nous être de quelque utilité ? Le but de cette étude consiste à montrer que, contrairement aux apparences, il est possible de trouver chez cet acteur de la naissance des sciences modernes un certain nombre de pistes relatives à la manière dont nous devons définir les pouvoirs auxquels se trouve confrontée la science, ainsi que ceux qui nous entourent au quotidien. Il consiste à montrer que les difficultés d'interprétation auxquelles donne lieu aujourd'hui la notion de disposition tiennent peut-être à la manière dont nous concevons aujourd'hui la notion de puissance et aux définitions que nous établissons à partir de ces conceptions. En proposant une confrontation des arguments portant sur les problèmes sémantiques, épistémologiques et ontologiques soulevés par les dispositions aujourd'hui, avec les analyses proposées en son temps par Leibniz de la notion de force, il nous a paru possible de retrouver chez lui des enjeux conceptuels et des stratégies de réponses qui peuvent contribuer à clarifier le débat contemporain. Réciproquement, les formulations contemporaines de ces enjeux philosophiques nous ont semblé permettre une lecture féconde de la philosphie leibnizienne en la soumettant à l'épreuve de questions qui ne s'y trouvent pas formulées de manière explicite, et obligent parfois à reformuler et à évaluer la pertinence mais aussi les limites éventuelles de ses propres options philosophiques. Ce mouvement d'aller-retour, loin de se réduire à une confusion anachronique, nous a donc semblé susceptible de mettre utilement en perspective à la fois les positions discutées aujourd'hui et celles de Leibniz. Ce livre est issu d'une thèse thèse soutenue le 20 mars 2009 à l'université Paris IV-Sorbonne. Les membres du jury étaient : Jacques Bouveresse (Collège de France), Pascal Engel (directeur de thèse, Paris IV), Richard Glauser (Neuchâtel), Jean-Baptiste Rauzy (Aix-en-Provence) et Claudine Tiercelin (Paris XII). Elle a obtenu la mention très honorable et les félicitations du jury.

  • Personne ne connaît réellement ces hommes en noir qu'un hélico vient de déposer aux abords d'un petit village d'Afghanistan. Et ces autres qui sortent d'un marais pour abattre un criminel de guerre en Croatie; qui assurent la garde protégée d'un général canadien au Rwanda; qui sévissent contre des preneurs d'otages au Pérou ou qui font mentir le président Milosevic, en faisant la preuve, sur place, du non-désarmement de la Serbie.

    DENIS MORISSET a fait partie des seize premiers membres de la Deuxième Force opérationnelle interarmées (FOI2 ou JTF2) de 1993 à 2001. Sa formation et son parcours stupéfiant en secoueront plus d'un et il tient du miracle qu'il soit encore là pour tout raconter. Sept de ses compagnons ne peuvent en faire autant.

    Plus encore et pour cause, le Canada ne rendra jamais hommage à ces combattants anonymes dont les vraies médailles de bravoure se résument aux nombreuses marques encore visibles sur leur veste pare-balles.

  • Le management des organisations est devenu libéral : il promeut la responsabilité individuelle, la délégation, la coopération, l'initiative décentralisée, l'autonomie ... Dans ce nouveau paysage, il n'y a plus de place pour les figures désormais détestées du pouvoir hiérarchique et de la bureaucratie. C'est dorénavant l'acteur qui s'impose comme figure centrale après trente ans de "débureaucratisation". C'est du moins ce qu'affirment à grands renforts d'enquêtes, la plupart des approches sociologiques contemporaines qui s'intéressent aux organisations. Plutôt que de dénoncer une "honteuse domination" qui serait à l'oeuvre dans les organisations, cet ouvrage cherche à analyser en profondeur les mécanismes qui conduisent les gouvernants à concentrer toujours plus le pouvoir politique entre leurs mains. SOMMAIREPréambule : Qui doit gouverner ? -- La question du pouvoir à l'heure du libéralisme organisationnelIntroductionI -- L'héritage anglo-saxon, défense de la bureaucratieII -- Les sociologies françaises de l'organisation. Le refus du déterminismeIII -- La réhabilitation de l'idée de domination. Sociologie de l'acteur contraintIV -- La domination comme dynamique politiqueV -- Modernisation bancaire et expériences individuelles. Une politique centralisée d'évolution des professions commercialesVI -- Principe de compétence et principe de projet. Management libéral et contrainte soupleVII -- Risque et communauté dans l'organisation libéraleVIII -- Instrumentation et domination IX -- Les régimes politiques de l'organisation. Théorie sociologique du management libéralConclusion -- Bibliographie -- Index

  • Analysant l'attitude de Washington à la suite de l'attaque du 11 septembre, cet ouvrage s'interroge sur la pertinence des mesures adoptées et sur les risques qui pourraient affecter l'empire.

  • Alors que les citoyens des États membres de l'Union européenne (UE) sont à nouveau appelés à choisir leurs députés européens au printemps 2019, cet ouvrage interroge la signification et la pertinence d'un concept fréquemment mobilisé dans les débats politiques et académiques européens : L'Europe puissance. Tensions avec la Russie, interrogations sur les relations transatlantiques et l'autonomie stratégique européenne à l'heure de l'administration Trump, incertitudes sur l'aptitude de l'UE à défendre ses intérêts et sa propre vision d'un monde multilatéral à travers des enjeux comme le multilatéralisme et le nucléaire iranien, questionnements permanents sur le rôle d'une UE éventuellement amputée du Royaume-Uni dans le vaste monde, ont renouvelé des débats plus anciens. Pourquoi et comment parle-t-on d'Europe puissance alors que nombreux sont les sujets sur lesquels l'UE peine à faire entendre sa voix ? Comment rendre compte malgré tout de l'action et du rôle réels que joue l'Union sur la scène internationale ? En saisissant le concept d'Europe puissance comme un fragment de discours politique et médiatique mais aussi comme un objet universitaire étonnant, cet ouvrage étudie les liens complexes et parfois contradictoires entre la construction européenne et la puissance, invitant à repenser l'une et l'autre dans le monde incertain d'aujourd'hui. Finalement, l'Europe puissance apparaît comme un concept malléable dans le champ académique, et utile en tant que mythe de la construction européenne comme fragment de discours politique et médiatique, ne décrivant pas une réalité (l'UE telle qu'elle existe), mais un horizon, un idéal vers lequel la construction européenne pourrait tendre selon ses partisans. Étudiants et enseignants en histoire et science politique, citoyens désireux de réfléchir à la place et au rôle de l'UE dans le monde et de mettre en perspective les débats politiques actuels trouveront en particulier matière à réflexion dans cet ouvrage.

  • De ce voyage au pays des gros mots doit subsister une idée de complexité. Complexité de la définition de l'objet lui-même dans la mesure où la notion de gros mot varie selon la perception des locuteurs.

empty