La Joie de lire

  • Le petit Bernie et ses amis Félix, Pierre, Simon et Hugo, ont un gros problème : une autoroute doit se construire près du village et passer en plein milieu de leur cabane dans les bois. Pour éviter cette catastrophe, toutes les idées sont bonnes à prendre. La cause écologiste semble être une piste. Et si ça ne suffit pas, ils en découdront avec les bulldozers !

    Jean-Claude Lalumière est né en 1970 à Bordeaux. Il a d'abord écrit des fictions radiophoniques pour Radio France. Son roman Le Front russe (Le dilettante), paru en 2010, a reçu un accueil favorable de la critique et des lecteurs. Dans le Figaro Littéraire, Christian Authier le compte parmi « les héritiers d'Antoine Blondin « et un journaliste de Marianne le compare à Alphonse Allais... Il collabore à la revue Shnock. La cabane est son premier ouvrage pour la jeunesse.

  • Mo, vache basque née juste à la fin de la guerre civile espagnole, écrit ses mémoires. Sa première déconvenue est de naître vache, mais elle finira par s'accommoder de cet état de fait, aidée en cela par sa voix intérieure, surnommée Pénible, sorte de conscience amicale au discours fleuri empreint de sagesse mais... pénible. Mo vit à Balanzategui, une ferme étrange tenue par Genoveva et placée sous la surveillance de deux jumeaux aux grandes dents sous les ordres d'un tueur étranger surnommé Lunettes vertes. Lors d'absurdes festins de fourrage, Genoveva sépare les noires et les rousses. Mo découvrira en développant son esprit de déduction et d'observation, que ce système est un moyen de communication entre les montagnards (qui combattent encore les fascistes) et la ferme, qui leur sert de base de ravitaillement. Hélas, Lunettes vertes finit par découvrir le subterfuge... Bernardo Atxaga aime donner la parole aux animaux. Après la chienne Shola, c'est au tour de la vache Mo. Elle conte ici une des périodes les plus noires de l'histoire espagnole. Un texte drôle, subtil, un personnage profond et attachant.

empty