• La couvade désigne les manifestations physiques - prise de poids, nausées, etc. - de l'homme dont la compagne est enceinte. Ce phénomène qui suscite moqueries et questionnements témoigne des mouvements psychiques et hormonaux du devenant-père, longtemps méconnus, bien qu'au fondement des sociétés humaines.

    Les nouveaux pères sont en réalité biologiquement autant appelés à paterner que les mères sont prédisposées à materner, et nos ancêtres lointains le savaient. Comment avons-nous pu l'oublier ? Dans la plus riche observation anthropologique à ce jour, depuis les grands travaux classiques de Théodore Reik et Georges Devereux, Roberte Laporal retrace l'histoire et les avatars du syndrome ou rituel de la couvade. Elle montre le travail psychique important que le père doit effectuer pour prendre sa place auprès de son bébé, dans son couple et finalement assumer son rôle dans la société.

  • Autrefois absent du temps de la grossesse, de l'accouchement et parfois même des premiers mois de vie, l'homme a vu sa place changer. Il s'ouvre aujourd'hui à davantage de proximité avec son enfant. Cependant, l'intérêt porté aux pères par les professionnels du soin reste encore insuffisant. Travailler en périnatalité nécessite l'écoute du bébé, de la mère mais également du père, tout comme de la famille au sens large. L'homme doit être soutenu dans son accès à la paternalité, pour lui-même, et aussi pour les conséquences que des difficultés psychologiques paternelles peuvent avoir sur le couple et sur le développement de l'enfant à court et long terme.

    C'est dans cet objectif que ce livre a été conçu. Il rassemble historien, sociologue, chercheurs et nombreux cliniciens, experts dans le champ de la périnatalité. Il présente la clinique et ses pratiques actuelles mais aussi les travaux de recherche les plus actuels, afin de mieux penser la place des pères en période périnatale et ainsi de mieux les accueillir dans les différents lieux concernés par la naissance des bébés.

    Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la Société Marcé Francophone.

  • Dans une belle écriture, où se conjuguent savoir et expérience, psychanalyse et littérature, Laura Pigozzi mène une analyse rigoureuse sur les dégâts que provoquent l'évolution de la famille contemporaine et la place accordée à la mère exemplaire.

    Elle analyse et met en cause les nouvelles coutumes affectives et relationnelles au sein de la famille, où le besoin de dépendance, poussé à l'extrême, pervertit toute relation. Déclinant les diverses formes sous lesquelles cette dépendance s'exprime, elle décrit avec minutie ce qu'elle appelle les « familles claustrophiles » où ce qui prévaut c'est l'amour tourné vers l'espace clos de la famille au détriment de la rencontre et de l'ouverture. Dans ces temps incertains, promouvoir la famille comme l'ultime refuge entretient une attitude de peur vis-à-vis de l'étranger qui a des conséquences sur les plans social et politique.

    « J'ai écrit ce livre pour les enfants qui ont le besoin biologique, psychique et éthique de survivre au trop d'amour des parents. » L. P.

empty