• La ville est là, cachée derrière ces vers, cité précaire, peuplée de noctambules destinés à s'échouer sur son rivage. Quelques chiens qui rôdent et jouent à la bagarre, mais surtout des humains aux prises avec leurs désirs. Les amours brûlent et se succèdent, comme des clopes. Simon Johannin travaille ses obsessions poétiques avec rage. Certains motifs reviennent incessamment : un ressac d'urine, de sang et de boisson...

    Sa poésie avance le plus souvent sans ponctuation, à l'image de ces jeunes qui courent lacets défaits, sans trébucher. La sensualité se gorge d'ivresse, les lettres titubent, s'écrasent puis se relèvent. Avec ce premier recueil de poésie, Simon Johannin ouvre sur un monde peuplé d'anges meurtris aux ailes cramées : « Le mal est fait/ Le plaisir est partout ».

    Né à Mazamet dans le Tarn en 1993, Simon Johannin grandit dans l'Hérault. Il quitte le domicile parental à 17 ans et s'installe à Montpellier pour suivre des études de cinéma à l'Université, qu'il déserte rapidement. Il travaille ensuite en intérim, puis comme vendeur de jouets, avant d'intégrer l'atelier d'espace urbain de l'école de La Cambre à Bruxelles de 2013 à 2016. Il publie son premier roman L'Été des charognes en 2017, puis Nino dans la nuit en janvier 2019 avec Capucine Johannin.

  • Tous les soirs en couchant Emma, Papa se demande à quoi elle peut bien rêver. Est-ce qu'elle saute dans la rivière? Est-ce qu'elle hurle avec les loups? Est-ce qu'elle devient papillon?
    Une histoire de tendresse et de complicité entre un papa et sa toute-petite, où l'on se faufile, comme une souris, dans le monde des rêves enfantins.

  • Film et chanson jouissent d'une popularité durable et croissante auprès du public dans pratiquement toutes les sociétés modernes. Curieu¬sement, ils restent encore assez peu étudiés par le monde universitaire qui préfère généralement des genres plus traditionnels. Or c'est par leur relation avec la chanson ou le film que ces formes artistiques plus traditionnelles arrivent à survivre et à mieux se diffuser. Le fait que film et chanson soient des modes de création et de communication culturels souvent populaires et nécessairement commerciaux ne signifie nullement qu'ifs ne possèdent pas des qualités intrinsèques qui font leur force et méritent une attention accrue dans I'espace universitaire.

    Croisement de discours, ces deux genres sont fortement métissés; tandis qu'à des bandes sonores le cinéma allie l'image et la parole, la chanson, de son côté, est un mariage entre la musique, les paroles et la voix. La chanson, parente et ancêtre de la poésie, en a gardé des marques caractéristiques comme la rime et d'autres effets mnémoniques, et elle affiche nettement son oralité. Dans la même veine, ne se dégage-t-il pas souvent une poésie des images que le cinéma propose? Le cinéma et la chanson constituent deux genres hybrides qui jouissent d'un fort pouvoir d'attraction. Ils offrent une variété de points d'entrée pour leur étude de même que de nombreuses possibilités d 'exploitation pédagogique.

    Cet ouvrage regroupe des études des professeurs Stéphane Hirschi, Pamela Johanson, Carlo Lavoie, Johanne Melançon, Irene Oore, Robert Proulx, Bruno Roy, Larry Steele et Robert Viau.

  • Clin d'oeil est une collection qui aborde le quotidien et les petits riens qui le composent. Grand vent, petit vent raconte aux tout-petits la brise qui chatouille le visage et ébouriffe les cheveux. Chaque vent a sa personnalité. Il suffit de le regarder transformer le paysage pour le découvrir tour à tour coquin, sage ou parfois en colère.

  • Clin d'oeil est une collection qui aborde le quotidien et les petits riens qui le composent. Mon parc présente aux enfants tout ce qui définit ce lieu de jeux et de plaisirs partagés. Une lecture qui donnera invariablement le goût de chausser ses souliers et de courir au parc du quartier.

empty