• Il est maintenant prouvé que le bien-être au travail contribue à la performance professionnelle ! C'est pourquoi salariés comme dirigeants souhaitent l'encourager au sein des entreprises.
    Toutefois, le bien-être au travail ne se décrète ni ne s'improvise. Il doit être suscité par une politique de qualité de vie au travail qui s'appuie sur des socles théoriques solides et des pratiques adéquates.
    En effet, le plus souvent, le bien-être est mal compris : se sentir bien n'est pas être bien. Le bien-être est une mécanique complexe, liée à la santé mentale positive. On ne peut donc le promouvoir à la légère au sein des entreprises.
    Aussi, il convient de se départir des mises en pratique naïves, voire contre-productives : ce n'est pas avec un baby-foot ou des massages seuls que l'on contrebalancera les sollicitations négatives qui menacent la performance et la santé des salariés.
    D'où la nécessité d'adopter une méthode qui s'appuie sur la psychologie, la sociologie, la gestion des RH...
    En conjuguant ces approches via une méthode éprouvée qui cadre avec les obligations légales, l'auteur démontre comment le bien-être peut bénéficier aux entreprises comme aux salariés.

  • Les risques psychosociaux (RPS) trouvent leur origine dans l'organisation du travail et sont étroitement liés aux pratiques managériales destinées à renforcer la rentabilité dans le secteur privé, ou à réduire les coûts dans la Fonction publique.

    Ils se sont amplifiés avec la crise sanitaire et son cortège de fermetures d'entreprises, de licenciements et de remises en cause des acquis sociaux.

    Plus que jamais, les RPS sont donc à l'ordre du jour !

    Ce livre résolument pratique aborde cette problématique sous différents angles : celui de la victime potentielle, celui du salarié qui s'efforce d'assister ses collègues en détresse et celui de l'élu du personnel dont l'objectif est de protéger la santé au travail.

    Rédigé simplement et accessible à tous, cet ouvrage propose des outils, des conseils, des repères, et s'appuie sur des exemples concrets pour placer les bonnes pratiques au coeur des débats et inciter à l'action.

    Son principal objectif : permettre aux salariés fragilisés de passer d'un statut de victime à un statut d'acteur.

  • "Alors que le bonheur de travailler - ou cette nécessité d'être impérativement heureux au travail - n'a jamais été autant proclamé, c'est le mal-être et la souffrance qui s'accroissent statistiquement dans la réalité des entreprises, mais aussi des services publics. Probablement parce que le bonheur prescrit n'est qu'une coquille vide masquant un délitement des conditions de travail et surtout de la définition même du travail.

    La perte de sens de son travail, l'invisibilité progressive de ce qui constitue le coeur de son métier reviennent comme des arguments forts dans quasiment toutes les études en sciences sociales sur les liens entre santé et travail."

  • Situations sociales liées à la précarité, à la monoparentalité, à des vulnérabilités humaines... Des causes personnelles peuvent être à l'origine des risques psychosociaux.

    Cependant, les entreprises sont de plus en plus souvent mises en cause dans des affaires de RPS, au niveau de l'organisation du travail et du manque de prévention.

    La souffrance au travail fait désormais partie de la vie de l'entreprise ! Et en ces temps troublés, l'effort d'adaptation du management et le besoin d'accompagnement sont devenus cruciaux.

    Ce livre a pour objectif de repréciser ce que sont les RPS aujourd'hui et quelles solutions fonctionnent. Il propose des conseils concrets aux managers, responsables RH, salariés et toutes personnes concernées par les RPS.

    Agrémenté d'interviews de professionnels et à l'aide d'explications psychosociologiques, l'auteur espère vous aider à mieux contrôler les dangers réels des RPS et faire émerger des actions concrètes.

    Alors, sortez du cercle vicieux des RPS, pour dessiner un cercle vertueux, porteur de vie !

  • Lire l'entretien de l'auteur (propos recueillis par Audrey Minart)

    Comment dire le mal-être au travail ? Que faire des émotions ressenties au travail, celles qu'on ne peut pas exprimer parce qu'on se révèlerait « trop sensible », ou pas suffisamment « performant » ni « professionnel » ? Comment dire la peur, celle qui est jugée « irrationnelle » ? Considérés comme des « ressources humaines », les travailleurs n'arrivent plus à donner du sens à ce qu'ils vivent.

    Nourri d'une recherche socio-anthropologique, cet ouvrage présente une analyse du langage utilisé dans le management en articulant les registres de la pensée, de l'éprouvé et de l'action. Avec des illustrations saisissantes et des références théoriques diversifiées, l'auteur analyse les dévastations qu'occasionne le management moderne en toute tranquillité, en toute impunité :celui-ci ne provoque pas seulement du mal-être au travail. Par l'utilisation de sa novlangue, il participe aussi et surtout au corsetage des imaginaires, au façonnage des univers symboliques, au formatage des émotions, à l'écrasement des intelligences individuelles et collectives.

    Agnès Vandevelde-Rougale ne se contente pas de démonter le processus d'intériorisation du discours dominant, elle souligne le potentiel de résistance de l'individu et les voies qui s'offrent à lui pour se dégager de ces entraves langagières et faire face à la violence plus ou moins ordinaire à l'oeuvre dans les organisations.

  • Du fait des transformations du travail (intensification, individualisation, précarisation...), nombreux sont ceux qui utilisent des substances psychoactives pour être en forme au bureau, traiter des symptômes gênants ou encore pour se détendre après une journée difficile. Devant ces nouveaux usages et la multiplication des produits utilisés (alcool, tabac, amphétamines, cannabis, cocaïne, héroïne, caféine, psychostimulants, analgésiques, médicaments psychotropes), les auteurs, universitaires, chercheurs, syndicaliste et acteurs du soin et de la  prévention s'attachent à comprendre les fonctions de ces consommations en milieu de travail.

    Pour eux, il est aujourd'hui important de se déprendre des représentations sociales qui externalisent les sources du problème, comme les jugements moraux, et d'engager un travail réflexif sur les actions et les pratiques concrètes.

    Alors que les politiques publiques tendent à prescrire ou interdire, cet ouvrage ancre la prévention des addictions dans l'analyse du travail réel et des usages tels qu'ils existent et non tels qu'ils sont fantasmés. Il met à l'épreuve de la recherche et de l'action les liens multiples entre travail, santé et usages de substances psychoactives qui peuvent être, dans certaines conditions, des instruments de la production et prévenir d'autres risques au travail.

  • Stress, absentéisme, turnover, tensions internes, conduites addictives, burnout... expriment la montée en puissance des risques psychosociaux dans les entreprises, tous secteurs confondus.

    Mais ces risques sont difficiles à identifier : les entreprises ne disposent pas toujours d'outils d'évaluation adaptés, et conservent généralement une approche individuelle du stress, traitant au cas par cas les situations délicates.

    Quel est le rôle des managers, des représentants du personnel, du service santé au travail ? Quelles sont les obligations de l'employeur et des RH ? Comment définir les indicateurs et outils RH à mettre en oeuvre pour lutter contre les RPS ? ...

    Agrémenté de fiches pratiques, cet ouvrage simple et accessible à tous intègre la toute dernière actualité en matière de RPS.

    Dirigeants, RH, managers, IRP, service santé au travail... ce guide vous accompagnera dans l'identification et la prévention des RPS avec l'objectif d'améliorer le bien-être des salariés au travail.

  • Certains milieux de travail connaissent une véritable inflation des normes. Leurs finalités sont multiples : instaurer de la transparence, garantir au « client » un service de qualité, orienter et contrôler les comportements, responsabiliser les acteurs et les inciter à « l'excellence », mieux évaluer le personnel. En constituant un véritable corset, voire un carcan, ces normes peuvent empêcher les salariés de réaliser un travail de qualité, être une source de démotivation -  voire de souffrance au travail - et fragiliser les collectifs de travail en place. Elles peuvent aussi générer des actions de résistance, individuelles et/ou collectives.

    Damien Collard invite le lecteur à un véritable voyage au centre des organisations. A travers trois univers professionnels différents (les agents d'ambiance ou d'escale à la SNCF, les agents au contact avec les usagers d'une préfecture, les enseignants-chercheurs de l'université), il essaie de comprendre pourquoi et comment de nouvelles normes ont été instaurées. Sur la base d'exemples concrets, il en analyse les effets induits, pointe les risques de dérive potentielle pour la société toute entière et esquisse quelques pistes de réflexion pour repenser la question de l'évaluation du travail.

  • Les médecins hospitaliers n'ont pas l'habitude de se plaindre. Leur vocation est de soigner les autres et non de se préoccuper de leur propre santé physique et psychique. Et pourtant burn-out, suicides et accidents professionnels ne sont pas rares dans la communauté médicale.

    Au CHU de Montpellier, à la suite de la mort tragique d'un jeune médecin, un groupe « bien-être au travail » s'est créé dans l'objectif de valoriser l'expression du vécu du métier plutôt que de rechercher les coupables. Les difficultés relationnelles au sein des équipes médicales et le sentiment de non-reconnaissance sont apparus comme facteurs principaux de souffrance. Ce changement de représentation sociale du médecin à l'hôpital a conduit à des actions concrètes : amélioration des relations médecins /directeurs, ouverture d'une consultation spécifique pour les médecins, rédaction d'une charte des relations en équipe... 

    À l'ère d'un management centré sur la performance et l'inflation des messages électroniques, cette expérience, qui se poursuit aujourd'hui, montre combien les échanges « en chair et en os » entre collègues sont les garants d'une coopération efficace et de la santé au travail. Médecins et directeurs en témoignent. Une bande dessinée illustre quelques aspects de leur vie dans l'hôpital du XXIe siècle.

  • Le Calme après  la tempête Nouv.

    Le Calme après la tempête

    Lou Amalya

    Lou est responsable en ressources humaines et travaille en milieu hospitalier depuis plusieurs années.
    Investie, ambitieuse, engagée et passionnée par son poste, elle se réalise dans son travail mais souhaite encore progresser.
    En 2015, elle reprend une formation de master en ressources humaines dans le but d'améliorer la gestion des ressources humaines de son établissement. Elle mènera de front son rôle de maman, d'épouse, son poste de RRH et sa vie d'étudiante.
    Soucieuse de faire changer les choses dans son établissement, elle consacre son année de master à l'étude de la souffrance des soignants.
    Mais en mars 2017, en sortant d'une réunion, elle s'écroule littéralement et sa vie bascule : rien ne sera plus jamais comme avant.
    Lou vous raconte son épuisement professionnel au coeur du milieu hospitalier, son combat de responsable RH, sa descente, sa convalescence et sa reconstruction.
    Un témoignage poignant pour alerter, sensibiliser et donner de l'espoir aux personnes victimes d'épuisement professionnel.

empty