• En exergue du chapitre premier, l'auteur inscrit cette pensée de Fontenelle : « Avant d'expliquer les faits, il est nécessaire de les constater ; on évite ainsi le ridicule d'avoir trouvé la cause de ce qui n'est pas. » C'est ce que démontre Maurice Colinon au long de ce livre sérieux, objectif et passionnant sur le spiritisme. Il naît d'une imposture, d'une énorme farce inventée par deux jeunes Américaines, les soeurs Fox, dans la maison prétendue hantée de Hydesville, où un fantôme dénommé Pied-fourchu secoue les portes, cogne les murs à longueur de journée et ameute la population. Devant le succès, les enfants, à l'instigation de leur soeur aînée, améliorent leurs procédés : les coups correspondent aux lettres de l'alphabet, les « esprits » peuvent ainsi se faire connaître et parler de l'au-delà. Des millions de tables tournent en Amérique... et en Europe. Des millions de personnes adhèrent au nouveau « spiritualisme » que les jeunes Fox exploitent durant des années. Las ! elles finiront par avouer publiquement leur supercherie, ce qui ne refroidira pas pour autant la crédulité des adeptes. C'est tout. Presque un canular d'étudiants. Et pourtant, des savants authentiques : Zollner, Lombroso, Lodge, William Crookes, Richet ont cru, au moins pour un temps, à ces calembredaines, alors que des médiums honnêtes niaient, eux, l'intervention des esprits. Des illuminés, Allan Kardec, Léon Denis ont voulu créer une religion spirite. Dans un chapitre magistral, « Catholicisme ou spiritisme ? » Maurice Colinon en fait justice. Et son livre est utile et bienfaisant en un temps où, la foi ayant disparu chez un trop grand nombre, sévit un besoin de croyances extraordinaires, de fois inédites si saugrenues et enfantines qu'elles puissent être.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Nés en France, dans la seconde moitié du XIXe siècle, sous l'impulsion d'Allan Kardec, le spiritisme et ses médiums connurent une vogue extraordinaire. Non seulement auprès des foules, mais aussi des scientifiques et des esprits progressistes, puisque la doctrine spririte jouera un rôle non négligeable dans la pensée socialiste de l'époque. C'est au Brésil que le spiritisme trouva son épanouissement le plus éclatant, au point de rassembler aujourd'hui près de vingt millions d'adeptes. Introduit et propagé par des hommes comme Francisco Xavier, "le médium-prodige", il a pris les dimensions d'une nouvelle religion, avec ses hôpitaux, ses écoles et ses oeuvres de bienfaisance. C'est la médecine et l'art spirites qui en offrent les manifestations les plus spectaculaires et les plus déconcertantes : guérisons "miraculeuses", toiles "impressionnistes" peintes par des artistes en transe... Marion Aubrée et François Laplantine ont étudié ces phénomènes sur place, avec rigueur et objectivité, et nous en livrent la première étude historique et socio-anthropologique.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty