Sciences économiques

  • Guide d'aïkido stratégique pour exister face aux GAFA

    Les GAFA sont nés avec le XXIe siècle et, en une vingtaine d'années seulement, ils ont révolutionné notre quotidien. Ils ont également changé les règles de l'économie et les équilibres en place, au point d'être parfois assimilés à de "nouveaux barbares".

    Entreprise installée ou start-up, comment réagir face à la menace permanente de disruption ? Ce livre met en lumière les 7 "super-pouvoirs" qui ont permis aux GAFA de s'imposer aussi rapidement, et qui tracent les contours du changement de modèle en cours :


    #1 Le client gratuit : tout le monde est client, même ceux qui ne payent pas

    #2 La conception inversée : les problèmes comme source de création de valeur

    #3 Le management pirate : un nouveau mode de gestion des talents

    #4 L'entreprise magnétique : l'agrégation de portions de valeur

    #5 L'entreprise temps-réel : l'adaptation instantanée

    #6 L'entreprise infinie : la croissance à coût nul

    #7 L'entreprise intime : la personnalisation à grande échelle


    Surtout, ces super-pouvoirs permettent d'agir. Chacun trouvera ainsi des exemples et des tactiques ayant prouvé leur efficacité dans l'art difficile de l'aïkido stratégique avec les GAFA. Car, pour jouer à armes égales avec eux, mieux vaut utiliser leurs forces à son propre profit.

    GAFAnomics est né pour aider les entreprises à penser comme des start-up : comprendre leurs facteurs-clés de succès et décrypter leurs modèles pour encourager les talents à innover. GAFAnomics, une collection pour explorer le monde qui vient... et y trouver sa place.

  • D'Est en Ouest et du Nord au Sud, les observateurs curieux peuvent découvrir en franchissant les limites de l'espace national, les contrées du mimétisme technologique. L'identité nationale s'efface, alors que s'étendent des procédés, qui reproduisent des produits similaires. Le danger de l'asservissement technologique est à long terme celui de l'uniformisation des modes de vie. Le mimétisme technologique est identifié en trois dimensions : effets pervers du nationalisme économique, attraction des hautes densités économiques et méconnaissance des contraintes d'environnement. Ces tendances sont illustrées par de nombreux schémas et tableaux statistiques, présentant l'émergence des nouvelles puissances économiques et scientifiques. Le plaidoyer en faveur de techniques appropriées aux besoins de base de la population, aux contraintes d'environnement et au niveau de chômage découle de l'observation des échecs et demi-échecs du transfert des technologies avancées. La critique du « maximalisme technologique » du Moyen-Orient pétrolier ou celle de la « nationalisation technologique » [Algérie, Amérique Latine] est aujourd'hui illustrée par la déstabilisation et les ruptures du tiers-monde [révolution iranienne, atermoiements de la Chine, crise financière mexicaine] et celles des économies socialistes européennes [Pologne, Roumanie].

  • Ce livre va choquer. Dans un style très polémique, il critique les partisans de la technologie appropriée, faite sur mesure pour les besoins des pays en voie de développement. Pour Arghiri Emmanuel, il s'agit non pas d'une technologie spécialement conçue pour ces pays, mais d'une technologie appauvrie. Elle ne fait qu'accroître leur retard et leur dépendance par rapport aux pays développés. L'important, pour l'auteur, c'est, en première analyse, le montant des biens produits, qui détermine le bien-être social et l'indépendance économique et politique, et non pas le nombre des emplois créés pour produire ces biens. Sa démonstration repose sur l'argument que les technologies les plus modernes, intensives en capital, sont plus productives que les technologies anciennes ou appropriées, intensives en travail. Une version de la première partie de ce livre a servi d'introduction au Colloque sur le transfert de technologie aux pays en voie de développement organisé à Paris par l'I.E.D.E.S. (Université de Paris I), le 10 octobre 1980. Parmi les critiques, dont certaines étaient aussi acerbes et polémiques que le texte d'Arghiri Emmanuel, l'IRM en a sélectionné deux. Leurs auteurs ont bien voulu qu'elles soient reproduites dans la deuxième partie du livre. Le Professeur Emmanuel leur apporte également une réponse. Le Professeur Celso Furtado critique la méthodologie polémique d'Arghiri Emmanuel, et son manque d'intérêt pour les structures sociales, qui sont primordiales pour comprendre les questions économiques. Le Professeur Elsenhans montre que tout développement ne peut se faire qu'à la suite de la création d'un marché de masse ; c'est l'action des gouvernements et non des sociétés multinationales, qui est seule susceptible d'être assez puissante pour aboutir à ce résultat.

  • Assurer la stabilité des prix qui se forment sur les marchés internationaux, maîtriser les changements technologiques en cours, voilà deux conditions impératives d'un progrès économique mondial. Les hommes parviendront-ils, au cours de cette décennie à maîtriser l'effet sur leur propre vie de marchés qu'ils gèrent, de technologies qu'ils produisent, telle a été au fond la question centrale des deux journées du Séminaire de réflexion sur l'économie mondiale, dont cet ouvrage retrace les débats marquants.

  • Les débats sur l'énergie nucléaire, l'informatique, les manipulations génétiques divisent aujourd'hui jusqu'à la communauté scientifique elle-même. C'est que les choix faits dans ces domaines sont des choix profondément politiques. Les orientations de la recherche autant que ses applications déterminent pour longtemps et de manière irréversible la structure de la société, les instruments et la nature du pouvoir. Alliant leur pratique de chercheur (physique, psychologie, sociologie) et leur souci de philosophes, les auteurs de cet ouvrage montrent comment le pouvoir coopte ses experts et leur fait légitimer au nom de la science des choix qui en réalité sont politiques. Ils retracent l'histoire des luttes technologiques qui ont marqué l'emploi des machines à des fins de domination politique et sociale. Ils suggèrent une stratégie qui évalue les choix technologiques selon des critères politico sociaux et en assure le contrôle démocratique.

  • Comment commercer avec la Chine ? Faut-il nécessairement avoir recours à la compensation ? Dans quels cas est-il intéressant de fonder une joint-venture ? Qui sont les décideurs dans une affaire d'importation en Chine ? Quels sont les canaux d'approche du marché chinois ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles répond ce livre. Partant de l'analyse de faits concrets et s'attachant à l'explication des mécanismes du commerce extérieur chinois, ce livre est un guide raisonné. Il ne se contente pas de décrire les méthodes d'approche du marché chinois, il explique le comment et le pourquoi de chaque étape. Il donne le point de vue chinois sur chaque méthode employée par les industriels et commerçants occidentaux et indique les chances de réussite dans chaque cas pour aboutir en fin de compte à l'élaboration d'une véritable stratégie commerciale tenant compte aussi bien des objectifs poursuivis par la partie occidentale que des impératifs de la partie chinoise.

empty