Les Presses de l'Université de Montréal

  • Segment essentiel de la documentation universitaire, les revues sont entrées depuis quelques années déjà dans le nouveau monde numérique. Dans le secteur des sciences humaines et sociales, les conditions de ce passage se posent en termes conceptuels, économiques, techniques et organisationnels.

    Les revues qui participent à des infrastructures nationales de diffusion de la recherche devraient pouvoir effectuer la transition vers le numérique selon un modèle qui réponde aux besoins du milieu. Il est ainsi possible de définir un espace où les revues qui ne sont pas dans le giron des oligopoles peuvent s'imposer comme formes stables et professionnelles de communication scientifique. Dans une toile encore dominée par l'anglais, le défi de la diffusion du document universitaire francophone se révèle particulièrement stimulant. Cet ouvrage en présente les grands enjeux et propose de les relever en faisant appel à une stratégie réseau.

    Avec des formations et des parcours distincts (professeur et directeur scientifique d'une maison d'édition universitaire, d'une part, bibliothécaire et spécialiste des sciences de l'information, d'autre part), Gérard Boismenu et Guylaine Beaudry ont été amenés à développer les premières structures de publications numériques à l'Université de Montréal. Leur réflexion s'inspire principalement du projet Érudit et de la réalisation d'un portail de revues francophones.

  • Voici l´histoire méconnue de cinq professions majoritairement féminines. Qu´elles s´attachent aux maux du corps ou aux plaies de l´âme, ces « paramédicales » jouent un rôle incontournable dans l´appareil des soins de santé québécois. Cette histoire est faite de pratiques changeantes, de rivalités parfois houleuses et d´un va-et-vient constant entre les secteurs public et privé. Dès la Seconde Guerre mondiale, refusant de travailler dans l´ombre des médecins, ces femmes entendent exercer leurs activités en toute autonomie. C´est seulement dans les années 1990 qu´elles réussiront enfin à faire reconnaître leurs territoires de pratique. On ne peut comprendre le système de santé québécois sans tenir compte du parcours de ces cinq professions désormais à part entière.

empty