Sciences humaines & sociales

  • Emmanuel Kant (1724-1804), le philosophe des Lumières, de la raison, de l'universel et de la liberté, le solitaire de Königsberg (Prusse), a révolutionné durablement la philosophie en lui donnant un tour critique.

    Le geste critique consiste à diriger l'attention non pas sur les objets de la connaissance mais sur les conditions de leur constitution, ce à quoi Kant s'est employé méthodiquement dans la Critique de la raison pure (1781-87), la Critique de la raison pratique (1788) et la Critique de la faculté de juger (1790).

    Philosopher, pour lui, ce n'est pas parvenir à une nouvelle définition du savoir, du juste ou du beau, mais s'interroger sur ce qui nous permet de parler du savoir, du juste ou du beau. Comment pouvons-nous penser ce que nous pensons ? Quelles sont les règles que nous suivons dans nos jugements et nos actions, et dans quelle mesure sont-elles légitimes ? C'est ce mode de questionnement qui autorise Kant à se réclamer de Socrate quand il évalue les discours et pratiques de son temps.

    Cet ouvrage se propose d'introduire à la cohérence mais aussi à l'actualité de la pensée de Kant, en exposant la signification de l'entreprise critique: revenant sur les conditions de l'activité philosophique, Kant découvre l'importance du jugement, de la réflexion et du sentiment. Il replace l'exercice de la raison dans la perspective concrète d'un sujet de sentiment, libre et sensible à la fois. On montre comment, à partir de là, il élabore une nouvelle conception de la subjectivité - legs de la philosophie kantienne à la pensée contemporaine.

  • Emmanuel Kant (1724-1804), le philosophe des Lumières, de la raison, de l'universel et de la liberté, le solitaire de Königsberg (Prusse), a révolutionné durablement la philosophie en lui donnant un tour critique.
    Le geste critique consiste à diriger l'attention non pas sur les objets de la connaissance mais sur les conditions de leur constitution, ce à quoi Kant s'est employé méthodiquement dans la Critique de la raison pure (1781-87), la Critique de la raison pratique (1788) et la Critique de la faculté de juger (1790).
    Philosopher, pour lui, ce n'est pas parvenir à une nouvelle définition du savoir, du juste ou du beau, mais s'interroger sur ce qui nous permet de parler du savoir, du juste ou du beau. Comment pouvons-nous penser ce que nous pensons ? Quelles sont les règles que nous suivons dans nos jugements et nos actions, et dans quelle mesure sont-elles légitimes ? C'est ce mode de questionnement qui autorise Kant à se réclamer de Socrate quand il évalue les discours et pratiques de son temps.
    Cet ouvrage se propose d'introduire à la cohérence mais aussi à l'actualité de la pensée de Kant, en exposant la signification de l'entreprise critique: revenant sur les conditions de l'activité philosophique, Kant découvre l'importance du jugement, de la réflexion et du sentiment. Il replace l'exercice de la raison dans la perspective concrète d'un sujet de sentiment, libre et sensible à la fois. On montre comment, à partir de là, il élabore une nouvelle conception de la subjectivité - legs de la philosophie kantienne à la pensée contemporaine.

  • Dans une entreprise profane et laïque, les auteurs s'attachent à traiter de la transformation du réel de l'existence par la psychanalyse. Cet ouvrage rassemble quatre séminaires tenus par les auteurs de 2005 à 2010. Les questions abordées sont décisives au progrès de la psychanalyse, tant sur le plan épistémique que sur celui de la pratique et de la clinique. Elles montrent que la psychanalyse, au-delà de son effet thérapeutique sans égal, peut et doit permettre à chacun de répondre à la question de l'existence humaine.

  • L'Introduction à la bébéthique avait ouvert une réflexion sur la Donation infinie qui s'attache à la naissance d'un bébé. L'Introduction à la sexéthique s'inscrit dans cette continuité.

    Elle montre comment, en prenant appui sur l'oblativité primitive du bébé, une relation sexuée se constitue chez l'adulte.

    Bien entendu, cette disposition de base s'associe à d'autres nécessités qui fondent le « bloc éthique » de toute relation amoureuse associant érotisme et visée transcendantale.

    La sexéthique est un exercice rafraichissant permettant de s'affranchir du dogmatisme et du « prêt-à-penser » qui gangrène trop volontiers le débat et occulte les vrais enjeux de la sexualité.

    La sexéthique est le résultat d'une approche transdisciplinaire associant, psychologie, philosophie, psychanalyse, transgénérationnel. 

    Bernard Greppo a été psychiatre des hôpitaux, il a travaillé longtemps dans le domaine de la psychotraumatologie et dans le secteur de la protection de l'enfance. Il a été expert judiciaire. Depuis plus de trente ans, il est thérapeute familial et thérapeute de groupe. Dans le cadre de son activité professionnelle, il s'est particulièrement intéressé à la psychogénéalogie et aux états modifiés de conscience.

  • « La philosophie n'avait pas encore commencé. C'est fait. »
    M. C.

empty