• La ville est là, cachée derrière ces vers, cité précaire, peuplée de noctambules destinés à s'échouer sur son rivage. Quelques chiens qui rôdent et jouent à la bagarre, mais surtout des humains aux prises avec leurs désirs. Les amours brûlent et se succèdent, comme des clopes. Simon Johannin travaille ses obsessions poétiques avec rage. Certains motifs reviennent incessamment : un ressac d'urine, de sang et de boisson...

    Sa poésie avance le plus souvent sans ponctuation, à l'image de ces jeunes qui courent lacets défaits, sans trébucher. La sensualité se gorge d'ivresse, les lettres titubent, s'écrasent puis se relèvent. Avec ce premier recueil de poésie, Simon Johannin ouvre sur un monde peuplé d'anges meurtris aux ailes cramées : « Le mal est fait/ Le plaisir est partout ».

    Né à Mazamet dans le Tarn en 1993, Simon Johannin grandit dans l'Hérault. Il quitte le domicile parental à 17 ans et s'installe à Montpellier pour suivre des études de cinéma à l'Université, qu'il déserte rapidement. Il travaille ensuite en intérim, puis comme vendeur de jouets, avant d'intégrer l'atelier d'espace urbain de l'école de La Cambre à Bruxelles de 2013 à 2016. Il publie son premier roman L'Été des charognes en 2017, puis Nino dans la nuit en janvier 2019 avec Capucine Johannin.

  • Ne vous y trompez pas : Berner Lerner est lui-même poète ! Et le prouve dans ce récit aux allures de manifeste. Plein d'esprit et engagé, Lerner défend l'idéal de la poésie : non nécessairement politique, essentiellement personnelle et capable de s'adresser à quiconque. D'où son désir de mettre à plat, avec brio et un humour constant, les contradictions qui entourent cet art et, surtout, sa réception. Les anecdotes sont légion, les références, capitales. Car, entre l'idéal poétique et la réalité du vers reporté sur la page blanche, difficile de se départir de sa part d'humanité. Goguenard, tendre et intraitable, Lerner invite le lecteur à prendre parti, à se rebiffer contre le regard interrogateur des uns et les critiques des autres. À bas ceux qui méprisent la poésie et les poètes !

    Né en 1979 à Topeka dans le Kansas, Ben Lerner enseigne la littérature au Brooklyn College. Il est l'auteur de recueils de poèmes et de deux romans, parus en français chez l'Olivier : Au départ d'Arocha (qui lui a valu aux États-Unis le Believer Book Award) et 10 : 04.

  • COT COT COT !!!
    Des poules dans le jardin ? Quelle excellente idée ! C'est du bonheur au quotidien... sans compter les oeufs frais !Pour bien démarrer l'aventure, voici le mode d'emploi de la poule avec toutes les informations indispensables et plein de conseils pour mener à bien ce beau projet : choix des races, poulailler, enclos, alimentation, soins, poussins...
    Vous verrez, les poules, ce sont des bêtes drôles, curieuses et attachantes !


  • Le jardin est un univers fabuleux où vivent de nombreuses petites bêtes, que ce livre t'aidera à mieux connaître. Pour qu'elles se sentent comme chez elles, fabrique des abris où elles viendront s'installer. Amuse-toi à les observer.
    Tu regarderas autrement les vers de terre, tu n'auras plus peur des perce-oreilles, mais tu seras toujours émerveillé par les papillons !

  • maintenant dans les allées, avec les arbres, et la foule autour les pierres, la terre jetée

    seul le bruit du vent

    rouler cette pierre,
    d'un point à l'autre ne se dissout pas mais nous est utile

    à force d'être dispersé

    sur toutes les surfaces
    et tous les coins de la terre

    sans direction

  • Qu'il écrive court comme dans ses derniers recueils ou qu'il tente comme ici un vers plus ample et d'une texture plus dense, la tonalité de Richard Rognet est élégiaque et son champ d'application celui que lui fournit la nature. Mais comme elle, il ne cesse de renouveler son art par une observation quotidienne qu'enrichissent les souvenirs et une réflexion sur la vie, le temps qui passe, la mort. Son poème est discret, d'une sensibilité aiguë, toujours 'entre abandon et veille' comme le souffle qui le traverse.

  • Retrouvez dans ce livre tous les conseils de notre expert pour accueillir chez vous des volailles (poules, oies, dindes et dindons, canards, pintades...). Apprenez comment fabriquer votre propre poulailler grâce à nos pas-à-pas illustrés. Sélectionnez vos races grâce aux 40 zooms, préparez votre parcours extérieur et aménagez votre poulailler pour que vos animaux se sentent bien.Fruit de nombreuses années d'expérience, ce livre répondra à toutes vos questions et vous permettra de mettre facilement en place votre propre poulailler.

  • MONSIEUR JOURDAIN.
    Qu'est-ce donc que je parle en ce présent moment ? 
    MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.
    De l'excellente prose, incontestablement ! 
    MONSIEUR JOURDAIN.
    Quoi ? quand je dis : « Nicole, apportez mes pantoufles Et mon bonnet de ski, mes après-ski, mes moufles ! » C'est toujours de la prose ? 
    MAÎTRE DE PHILOSOPHIE. 
    Hé oui, monsieur.

  • En août 1914, les puissances européennes s'engagent dans un conflit d'une ampleur inconnue jusqu'alors. Dès les premiers mois, le nombre de victimes et la nature même de cette guerre marquent les esprits. La Première Guerre mondiale constitue une rupture profonde avec le passé. Elle marque l'entrée dans un XXe siècle plus sanglant que les précédents et amorce une évolution vers un nouveau type de conflit : la guerre totale. Sur le champ de bataille, les innovations techniques et scientifiques repoussent les limites d'une violence qui atteint une intensité inouïe. Victimes des gaz, des obus et des mines, les soldats vivent dans les tranchées un affrontement sans retenue. Dans les territoires occupés ou dans les camps de prisonniers ennemis, les populations sont à leur tour engagées comme jamais encore dans le conflit, car elles sont confrontées à d'autres violences, politiques et culturelles. Le collectif réuni autour de John Horne explore le tournant que représentent les années 1914-1915 dans l'escalade de la violence guerrière dont l'expression ultime fut l'un des épisodes les plus meurtriers du XXe siècle : le génocide arménien, qui a causé la mort de 650 000 à plus d'un million de personnes avant même la fin de l'année 1915.

  • Il s'agit, dans ce livre, de maux déguisés en mots pour ne pas avoir à vivre ce qu'ils éprouvent. Des mots à maux. Des mots sans mots. Des maux pleins de mots (les pires). Des mots qui abusent carrément. Des mots faits main, dans la tête, qui laissent deviner ce qui se passe réellement derrière la palissade de mots. Des mots qui étouffent comme un boa. Des mots mal emmanchés. Des mots de Charlevoix. Des mots du fleuve salé bleu-vert. Des mots que l'on dit trop, que l'on répète, pour ventiler. Des mots d'amour quand elle me prend dans ses bras, nombreux. Des mots qui donnent de grandes ailes, enfouis, morts de peine, qui se donnent la mort. Mots uppercuts. Mots en diable. Des mots de plein jour en pleine nuit. Des mots au chocolat noir à la fleur de sel. Des mots nids. Des mots draps de soie. Des mots qui se lisent sur une portée de silences.

  • Ce nouveau livre d'André Brochu poursuit un parcours poétique au long cours, et constitue un retour au Noroît, après son livre publié en 1990, Particulièrement la vie change.
    Clairs abîmes est le livre d'une recherche pour se réconcilier avec la vie: « je suis un brave vivant fait pour circuler sans moue / et pourtant les remords pendent à mes trous de tête », écrit-il d'entrée de jeu. Et, « survivant » à sa défaite, ces poèmes l'entraînent à aimer à nouveau, malgré les vicissitudes des jours. Il reprend ainsi une toile de fond de son oeuvre, qu'on pourrait qualifier d'un combat, parfois volontairement burlesque, souvent dramatique, mais aussi drôle, avec la direction des jours et l'apaisement des remords. L'ironie ne se défile pas devant l'implacable mouvement du temps, alors qu'elle lui confère une force pour traverser.
    Ces poèmes sont ceux d'un maître, non dans la perspective didactique, car le poème ne donne pas de leçon, mais dans celle d'un poète qui assume et incarne son destin et son langage.

  • Cet ouvrage pratique, qui comporte plus de 200 photos, vise à accompagner les conseillers dans la réalisation de profils de sol, une technique permettant d'évaluer l'état des sols et de diagnostiquer les problèmes de croissance des cultures et d'égouttement des champs. En développant cette expertise, ils pourront mieux guider les producteurs dans leur prise de décisions et contribuer à l'amélioration de la performance des entreprises.

  • Divisé en deux parties dont la première est en vers et la seconde en prose, Frère de feu propose une profonde réflexion sur le deuil qui n'est jamais ni complaisante ni mélodramatique. Ce premier recueil de Jean-Mari Pître étonne par la maitrise de la forme et du propos.

  • Il peut arriver qu'à certains moments, il faille les en convaincre et les aider un peu. Ce recueil propose une relecture obligée de la mémoire afin que le détour imprévu ne se transforme en impasse. Il parcourt des tentatives maladroites de reconquête du sens, par l'apprivoisement de la liberté.

    Laisse les morts enterrer leurs morts. Lc 9,60

  • " Les carnets de mythologies appliquées " sont trois recueils de poésie écrits et illustrés par Bertrand Nayet qui présentent une grande richesse de tons, de thèmes et de références. Ce sont des mythologies historiques, des voyages à travers les époques, des séquences d'ères révolues jusqu'au présent. Maintes remémorations de la vie, d'étrangeté et aussi d'intégration ou absorption culturelle, philosophique et sociale... Un ensemble parfois chevauché dans ses emportements et dans lequel divers personnages et narrateurs figurent adroitement dans de nombreux « ailleurs »; inventions lyriques, poétiques et surnaturelles puissantes.

    Voici donc le deuxième carnet, celui de l'éternel travail du présent qui me façonne et que je façonne en retour.

  • À Terrexil, dans une forêt mourante, Yayael, un jeune fé, est prêt à risquer sa vie, l'exclusion des siens, ainsi que l'amour de ses proches, pour partir à la découverte de nouvelles îles qu'une libellule lui a montrées dans un rêve. Pourtant, sa communauté entière juge ce songe illusoire.
    À l'autre bout du monde, afin de gagner l'estime et l'amour de Neha, la femme de sa vie, Levengeur est forcé de reprendre la mer et de devenir le héros mythique des Homériens en se transformant en une personne qu'il déteste.
    À l'OEil de Lion, le coeur de l'empire d'Uniterria, Alaya, la princesse immortelle, doit soumettre sa magie à Lunificateur et enterrer son désir d'utiliser ses pouvoirs au service de toute vie. Autrement, elle sera condamnée à une peine éternelle dans la Tour de Glace.
    Dans ce monde où l'illusion est reine, la quête de l'affirmation de soi de nos personnages devient une menace capable de plonger la planète bleue dans le chaos.

  • Disparaître Nouv.

    À l'origine de Disparaître, il y a la rencontre entre Denise Desautels et le travail et l'artiste Sylvie Cotton, dont l'oeuvre homonyme a bouleversé la poète et lui a donné l'élan et la ferveur pour assumer jusqu'au bout sa folie. L'auteure choisit ce face à face avec un miroir, sa cendre - et toutes les mémoires qu'elle porte en elle -, et son écriture y trouve sa voie/voix.

  • La présente Anthologie comprend des ouvrages qui ne sont pas cités habituellement dans la bibliographie de l'auteur: Liturgie pour la nuit, Silence et plainte. Ainsi que les fragments des livres les plus importants : Élévation Enclume, Le voyage de sainte Ursule, Cose Naturali, les États provisoires. Elle se termine par quelques inédits.
    L'Anthologie porte ce titre générique: Quand Anna Murmurait. Si l'on demandait à l'auteur ce qui signifie ce prénom d'Anna, il pourrait bien répondre par la phrase qui introduit le livre:
    "Pour comprendre, il faut être familier des ports, au bord de l'estuaire, et de l'atmosphère qui règne sur les quais à chaque saison de l'année. En automne surtout lorsque arrivent des jours lumineux...En cette saison, il flotte entre le coteau une clarté indécise que la palette de William Turner semble avoir cherché à saisir-dans des aquarelles-entre Saint-Florent-le-Vieil et les berges de Champtoceaux.

    Couverture : Dessin de Gaston Planet

  • Guide pédagogique disponible

    Communication-Jeunesse, Sélection 1999

    Margot, Willie, son frère jumeau, mémère Bette et l'oncle Albert se lancent à la conquête du Klondike! Cette drôle d'équipe fera un voyage plein de péripéties de l'Alaska à Dawson. Sur terre ou en plein fleuve, les aventures de Margot et de sa famille captiveront le lecteur lancé avec eux dans la foulée des chercheurs d'or et de leurs rêves de fortune.

  • Ce recueil évoque la rencontre entre une femme et le territoire de la Côte-Nord. Les grands déserts de toundra, la mer, l'omniprésence du vent: que font ces choses à la voix, au corps? Comment est-ce qu'elles teintent le rapport à soi, mais également à l'autre? Plus qu'une rencontre, cela devient une inscription de cette femme dans la pleine nature, à la recherche dirait-on de la relation la plus simple qui soit à ce qui l'entoure et la touche. La fragilité ici est brute, la solitude induite par l'isolement et la vastitude des lieux est extrême; l'écriture est dès lors plus proche de soi et de l'autre.

  • Varia

    Guenette Daniel

    Le Noroît est heureux d'annoncer le retour de Daniel Guénette avec le recueil Varia. Ici, l'effet de la rime laisse entendre quelque chose comme un chant, évoque un certain embarras. Telles sont du moins les significations du mot « aria ». En détachant du V initial la suite du mot, on comprend que le lyrisme contient une part de soucis; c'est confirmer l'intuition baudelairienne voulant qu'à partir du mal, le poète se plaise ou complaise à fleurir des sentiments. Le mot « varia » suggère l'idée de choses diverses. Par antiphrase, le titre s'inscrit ici en faux contre la croyance voulant que ces choses aient peu de poids, et qu'il n'y ait, par conséquent, pas urgence à en traiter. Mais la poésie n'a que faire de tels délais.

  • En 2013, elle a reçu un diagnostic de cancer du sein, et une partie de notre monde s'est écroulé - en 2018, nous avons appris que le cancer avait métastasé dans les os, et nous avons décidé de vivre. La théorie de l'existence est un long poème narratif sur notre amour.

    Comment parler avec justesse d'une telle histoire ? Le livre est né d'une publication Instagram : une chanson est d'abord apparue, un poème récité sur quelques accords. C'est ce rythme et quelques dissonances qui ont permis aux paroles de s'écouler et au poème de prendre forme.

  • Racines et fictions est un recueil de poésie en vers et en prose, le quatrième de l'auteur Hector Ruiz. L'écriture de ce livre prend sa source dans une démarche de déambulation littéraire. Plus précisément, le poète est allé, chaque semaine pendant 10 mois, explorer quelques quartiers de la ville de Montréal. Ces dérives de plusieurs heures et kilomètres ont donné lieu à une multitude de notes et de photos. Il en découle, dans le recueil, des histoires de marche, entrecroisées de fragments de mémoire qu'a révélé le tracé du corps en mouvement. Dans ce parcours poétique, entre les branches, dans les trous, la fiction a pris racine et des racines ont trouvé forme.

  • Deblais

    Paul Bélanger

    On nage dans les profondeurs des déblais, noyé, emmuré, enterré, suivant la lueur lointaine d'une vie sans blessure, une vie au-dessus et au-delà, une sorte de conjuration de la mort par l'appel des mots, des figures ouvrant au temps séculaire sa propre vie limitée, et que cela se vit chaque jour de l'éternité.
    Constitué autour de figures mythologiques, Déblais est un livre de deuil. Ophélie, Orphée, Eurydice, Hamlet, la Sybille viennent tour à tour illustrer ou incarner, en quelque sorte, les chemins de l'absence. Par un retournement propre au poème, le chant s'ouvre à l'obscur et révèle le passage sans cesse franchi dans le bruit et la fureur.

empty