• Pourquoi l'inspecteur Erlendur use-t-il sa mauvaise humeur à rechercher l'assassin d'un vieil homme dans l'ordinateur duquel on découvre des photos pornographiques immondes et, coincée sous un tiroir, la photo de la tombe d'une enfant de quatre ans ?
    Pourquoi mettre toute son énergie à trouver qui a tué celui qui s'avère être un violeur? Pourquoi faire exhumer avec quarante ans de retard le cadavre de cette enfant ?
    À quoi sert cette collection de bocaux contenant des organes baptisée pudiquement la Cité des Jarres ?
    Pourquoi nos enfants nous font-ils toujours souffrir ? Pourquoi partout dans le monde la vie de flic est toujours une vie de chien mal nourri ?
    Ce livre écrit avec une grande économie de moyens transmet le douloureux sens de l'inéluctable qui sous-tend les vieilles sagas qu'au Moyen Âge les Islandais se racontaient pendant les longues nuits d'hiver.
    Il reprend leur humour sardonique, l'acceptation froide des faits et de leurs conséquences lointaines.

    La Cité des Jarres a obtenu le prestigieux prix Clé de Verre du roman noir scandinave. Il figure en tête des listes des best-sellers en Allemagne et en Angleterre.

  • Au Québec, sur les bords du lac Saint-Jean, en 1928. Pendant  que de nouvelles crues dévastatrices frappent les propriétés  des riverains installés sur le pourtour de cette véritable mer  intérieure, Emma Cloutier est retrouvée noyée près de la  ferme ancestrale.Ce deuil cruel sème la discorde et le mensonge dans la famille  Cloutier, surtout lorsque Jacinthe, la soeur aînée de la victime,  tente de comprendre ce qui s'est réellement passé. Menant sa  propre enquête, elle découvre peu à peu les sombres secrets  que préservait jalousement Emma, institutrice à l'allure si  sage, que tous croyaient bien connaître...
      Après le formidable succès    de la saga  L'Orpheline des neiges, Marie-  Bernadette Dupuy nous entraîne dans un nouveau tourbillon de  passions et d'aventures dans les décors fabuleux du Canada.
     

  • 1928, dans le village de Saint-Prime, sur les rives du lac Saint-Jean, au Québec. Jacinthe, l'aînée des Cloutier, s'estime comblée. Elle exerce son métier d'infirmière avec passion. Heureuse en ménage, elle mène une existence en apparence paisible non loin de ses parents cultivateurs, de son frère Lauric et de sa soeur Sidonie, des jumeaux. Les Cloutier élèvent aussi Anathalie, la fille d'Emma, benjamine de la famille, morte tragiquement dans les eaux du lac en laissant cette enfant de père inconnu.
    Les Cloutier, aussi unis soient-ils, n'ont jamais complètement surmonté ce drame. En quête de sérénité, Jacinthe s'acharne à découvrir l'identité du père d'Anathalie. Sans se douter que de nouvelles tragédies précipiteront le destin des uns et des autres dans le chaos...  Passée maître dans l'art de l'intrigue et des rebondissements, Marie-Bernadette Dupuy nous fait partager les joies, les peines, les angoisses, les bonheurs d'une famille extraordinairement attachante et nous entraîne dans un tourbillon de surprises et de révélations.
     
     

  • À 16 ans, en 1989, Sophie Ducrey rencontre la communauté Saint-Jean, fleuron du renouveau catholique de la « génération Jean-Paul II ». Ayant de fortes aspirations spirituelles, elle se confie à un prêtre qui va devenir son accompagnateur. Elle témoigne ici de l'emprise psychologique dans laquelle elle va tomber, ainsi que des abus sexuels subis à partir de sa majorité.
    Il lui faudra près de quinze ans pour entamer des démarches afin de faire reconnaître la violence des actes dont elle a été victime. Au sein de la communauté Saint-Jean et de la hiérarchie de l'Église, elle subit une loi du silence dont elle montre, de manière précise et avec une rare acuité, la mécanique implacable. Et quand elle porte plainte devant la justice civile, les faits sont prescrits.
    Dans ce récit pudique et bouleversant, Sophie Ducrey raconte comment l'emprise et le déni ont pu étouffer sa liberté et sa parole. Elle nous offre aussi le récit vibrant du combat d'une femme - portée par une foi demeurée intacte - sortie vivante et plus forte de cette traversée de l'enfer.

  • En chasse !

    Jess Kaan

    Nord de la France. Le lieutenant Boris Lisziak vient d'arrêter Le Moraliste, un tueur en série manipulateur et retors. À quelques encablures, la capitaine Garance Fazuras piste des barbares « chassant » en groupe, coupables de viols collectifs particulièrement atroces. Le commandant Demeyer rejoint le duo de policiers pour l'épauler dans une traque qui s'annonce impitoyable.
    Une bande de criminels monstrueusement pervers. Des victimes marquées à jamais. Trois flics prêts à tout. En chasse ! est bien plus qu'un roman policier, c'est une tragédie terriblement contemporaine.

    En chasse ! est le deuxième opus des aventures du trio de policiers découvert dans Punk Friction aux Éditions Lajouanie.
    On peut évidemment lire l'un sans avoir lu l'autre.

  • "Nous n'avons pas de parents en ces murs, nous nous élèverons donc les uns les autres."Sam connaît par coeur le Code d'honneur de son nouveau lycée, la très sélecte académie Edward. Un campus digne de Harvard, des profs prestigieux, une coloc super sympa... Que demander de plus ?Quand Scully, LE beau gosse de quatrième année, l'invite à la soirée d'intégration, Sam a l'impression de rêver. Pourtant, derrière le faste et les jolies dorures se cache une réalité bien plus noire, et Sam déchante vite... Alors qu'elle se refuse à Scully, ce dernier la viole sans états d'âme.Bouleversée, la jeune fille ose pourtant élever la voix, déterminée à ne pas laisser son agresseur impuni. Mais briser la loi du silence n'est pas si facile. Sam doit faire face à toute une communauté unie par le mensonge et les faux-semblants qui ne reculera devant rien pour l'empêcher de faire éclater la vérité...Une lutte sans merci commence, dont le prix n'est autre que le droit à la dignité. Traduit de l'anglais (américain), titre original : Honor Code.

  • Louis Bardeloup, célibataire caractériel et déjanté, habite avec sa mère après une carrière à la marine interrompue par un grave accident de travail. Vivant d'allocations et de petits trafics liés à la pêche, l'homme accepte mal son statut de paria au sein de la communauté insulaire. Un jour d'été, au retour de pêche, il rencontre une jeune inconnue et sa vie bascule. Une histoire où se mêlent secrets de famille, manipulations et faux-semblants. La fin est tragique, hystérique et démentielle.

  • C'est un tueur à gages exigeant, indécent, et il est déterminé à la faire sienne.

    Le visage d'un ange.
    Le corps d'un dieu.
    Un langage tellement cru qu'il pourrait faire rougir le diable lui-même...
    On peut acheter le temps de Fix Marcosa, mais ce n'est pas pour du sexe.
    Meurtriers, violeurs, délinquants : si vous ne respectez pas le code moral de Fix, vous aurez des problèmes. Le genre qui finit par une mort certaine.
    En tant que tueur à gages, Fix est habitué à la violence. Il est impitoyable. Acharné.
    C'est un sauvage, jusqu'au plus profond de son âme. Vous pouvez supplier. Vous pouvez implorer. Vous pouvez prier, mais ça ne servira à rien. Une fois qu'il est sur le pas de votre porte, il est déjà trop tard pour se repentir.
    Sera Lafferty connait bien la souffrance. Avec un père abusif et une soeur à charge, sa vie a été faite de sacrifices et de compromis. Dès qu'elle pose les yeux sur Felix « Fix » Marcosa, elle reconnaît la noirceur dans son regard et se fait la promesse de garder ses distances.
    Enfin, ça c'était avant de se retrouver coincée dans une chambre d'hôtel avec l'homme le plus sexy de la planète. Ajoutez à ça de la tequila et la tempête du siècle, et Sera se retrouve obnubilée par Marcosa.
    Elle sait qu'elle a fait une erreur.
    Elle sait qu'elle ferait mieux de s'enfuir.
    Mais lorsqu'elle voit de ses propres yeux l'assassin en pleine mission, elle comprend qu'il est déjà bien trop tard. Jetée à l'arrière de sa belle voiture noire, Sera se retrouve prise au piège, à bien des égards.
    Fix est dangereux. Il est exigeant, indécent, et surtout, il est déterminé à la faire sienne.

    #Romance #Dark #Tueur à gage

  • Pays du Lac-Saint-Jean, janvier 1929

    Jacinthe Cloutier exerce toujours la profession d'infirmière à Saint-Prime, son village natal durement touché par des inondations dévastatrices quelques mois plus tôt. Après avoir sauvé un patient atteint de rage à la suite d'une attaque par un loup, elle découvre qu'il est le frère de la guérisseuse du village, la mystérieuse Mathilda. Une amitié sincère lie les deux femmes, mais lorsque cette dernière assiste Alberta, la mère de Jacinthe, lors de son accouchement, les choses tournent mal. S'enclenche alors une série de drames amoindris par la venue au monde du petit Caleb, qui a survécu à sa mère. Jacinthe n'a d'autre choix que d'abandonner son métier pour en prendre soin. Quatre ans plus tard, ballotés entre l'amour illicite que porte toujours Loric pour sa soeur jumelle, Sidonie, et le délire du simple d'esprit Pacôme, qui voit en Anathalie la réincarnation de sa mère Emma, morte tragiquement dans les folles eaux du lac Saint-Jean en 1928, les membres de la famille Cloutier peinent à trouver la sérénité. Réussiront-ils à enfin à saisir un jour ce bonheur tant attendu?

    Second et dernier tome d'une série ayant pour cadre les vastes et magnifiques panoramas du Lac-Saint-Jean, ses plaines fertiles et ses forêts boréales denses et giboyeuses, Les Sortilèges du lac clôt admirablement une courte série riche en émotions, en revirements et surtout en passion. C'est évident, Marie-Bernadette Dupuy est encore et toujours au sommet de son art, au grand plaisir de ses centaines de milliers de lectrices et lecteurs à travers le monde.

  • Une histoire vraie qui vous bouleversera

    Ce livre a été écrit autant pour les personnes entourant les victimes d'abus sexuels que pour les victimes elles-mêmes, bien que ces dernières, contrairement aux premières, savent la douleur et les profondes cicatrices que cela laisse! J'aimerais ne plus jamais entendre «c'est seulement du taponnage de fesses»! C'est beaucoup plus que cela, c'est la destruction de l'image de soi, l'anéantissement de l'estime que la personne a d'elle-même. C'est une hypothèque à long terme sur sa sexualité. C'est un cadre de référence moral erroné. C'est une maladie mentale qui s'installe tout au long des abus et qui continue toute la vie durant. C'est une asociabilité envers le sexe agresseur. Tu ne guéris jamais de l'abus sexuel, tu apprends seulement à vivre avec! Tu fais de ton mieux, quand tu peux. Ta vie devient une thérapie. Tu avances d'un pas incertain jusqu'à ce que tu frappes un mur. Tu as la possibilité, à ce moment, de regarder ce que ce mur a à t'apprendre sur toi, sur ce que les abus dont tu as été victime ont détruit en toi! Quand tu es prête, si un jour tu l'es, tu continues ton chemin jusqu'au prochain mur devant toi. Encore une fois, tu arrêtes et regardes ce que ce mur veut bien t'indiquer sur ton état, ta maladie, ton existence. En ce qui me concerne, il y aura toujours des murs qui se dresseront devant moi, car je souffre d'une maladie mentale qu'on appelle: "victime d'abus sexuels". Chaque tournant de mon existence à son mur au pied duquel je me suis assise pour étudier ce qu'il avait à me dire.


  • Lola est une enfant abusée, maltraitée par ses propres géniteurs.

    Malgré le temps qui passe, sa douleur demeure toujours aussi intacte.
    Son coeur est un affluent de sang, ses veines sont des montagnes de souffrances, son âme est volcan en décomposition.
    De ses violeurs, tout son être en gardera des empreintes irréversibles.
    Un enfant torturé dut batailler pour résister à la mort qui la guettait.
    Lorsqu'elle se surprend à penser à toutes ses années où elle a volontairement exilé sa souffrance dans une nécropole mortuaire pour y enterrer son abominable fardeau ; elle prend pleinement conscience que ce fût une grave erreur.

    Mais aujourd'hui, elle en a plus qu'assez de ce poids qu'elle porte dans ses entrailles. Cet épouvantable secret.

  • Novembre 1979. Linda Goyette, une jeune mariée de 18 ans, vit dans la région de l'Estrie avec son conjoint. Un soir, alors qu'elle est seule dans son appartement, elle est victime d'enlèvement, de séquestration, de menaces de mort et d'agression sexuelle. Heureusement, son assaillant est arrêté et jugé coupable. Or, neuf mois après cette dure épreuve, elle donne naissance à un premier enfant dont elle doutera longtemps de la paternité; ce n'est qu'une des difficiles épreuves que traversera cette famille au fil des ans.

    Dans ce témoignage bouleversant, madame Goyette relate également les obstacles rencontrés lors du procès largement médiatisé, décrit ses diverses thérapies entreprises au fil des ans, ainsi que le processus médiatique survenu après l'événement.

    Après la disparition tragique de sa mère, madame Goyette entreprend de patiemment rédiger ce témoignage, avec délicatesse et honnêteté. Car cette mère de cinq enfants a découvert qu'il est important de parler, de partager cette dure expérience qu'est l'abus sexuel. Sinon, ce fardeau devient de plus en plus lourd, causant de nombreuses séquelles. Pour sa part, c'est de cette façon que Linda Goyette réussira à mater sa colère, sa frustration, son désespoir et sa honte. Avec l'écriture, elle trouvera alors la paix et le courage de faire face à cette nuit qui a bouleversé sa vie et celle de ses proches.

  • Anglais Snowchild

    Marie-Bernadette Dupuy

    The Epiphany, 1916.
    On an unforgivingly cold winter's night in Val-Jalbert, Lac-Saint-Jean, a twelve month-old child, wrapped in furs, is discovered by a nun from the convent school. The discovery of this abandoned girl, possibly afflicted by the dreaded chicken pox, deeply upsets the nuns from Notre-Dame-Bon-Conseil who have just taken on their teaching duties. Val-Jalbert, a small factory-town built at the foot of the Ouiatchouan River, is run by the pulp and paper company. The villagers are hard-working and have everything they need. Life in Val Jalbert flows in an orderly fashion, morally irreproachable.

    The child of the night increasingly disrupts the nuns and their neighbors, the Marois family, who eventually take her in. But where does Marie-Hermine, with eyes so blue, come from? Why did her parents drop her off like a heavy burden on the steps of the convent school? Over the years, the orphan girl will become affectionately known as ``the Winter Nightingale'' because of her extroardinary voice, and she will become the pride of the factory village which is later abandoned, doomed after the closure of the industry in 1927. Homes are now empty, gardens left unattended, and the nuns leave the barren village. During these unfortunate incidents, Marie-Hermine's past resurfaces and jealousies erupt, such as the love of a young metis named Toshan, encountered during a trip to Lac-Saint-Jean.

  • Dans La Proie, Martine Ayotte raconte les sévices exercés par son père durant toute son enfance et son adolescence. Chaque nuit, elle recevra la visite de ce dernier, qui usera de diverses stratégies, toutes plus violentes les unes que les autres, afin d'assurer le silence de la jeune fille. Sauvagement violée et battue, elle sera pendant deux décennies une victime muette.

    Souffrant du syndrome de stress post-traumatique, elle cherchera à fuir son passé par le travail jusqu'au jour où elle s'effondrera. Elle devra alors faire un choix : mourir ou dénoncer. Avec courage, madame Ayotte choisira la deuxième option. Mais comment réagiront son mari et sa famille. Sauront-ils appuyer sa démarche?

    C'est ainsi que vingt ans après sa dernière agression, en 2004, avec l'aide du CAVAC, elle trouvera la force de dénoncer le coupable à la police. Heureusement, l'enquêteur sera le premier à la soutenir et à la croire. Il s'acharnera à convaincre la procureure de la Couronne de défendre un dossier qui semblait pourtant voué à l'échec. S'en suivra une longue remontée vers l'affranchissement et la résilience.

empty