• (Suite de Terre de l'Apocalypse)

    La saga se poursuit. Attendez-vous encore à de surprenantes révélations !

    En violation directe des décrets célestes, Yahvé déclare la guerre à la Terre et à Horus, le Nazaréen. La Grande Guerre entre les Fils des Ténèbres et les Fils de Lumière se met en place. Apparaissent alors d'étranges guerrières vouées à la Grande Dame Immortelle, les légendaires Kybêlés. Prétendument disparues, ces oracles-guerrières possèdent des pouvoirs qui dépassent l'entendement. Un lourd secret sur leur véritable origine ébranlera Yahvé. À leur tête, la mythique Agdistis, la plus grande guerrière de tout l'Univers. Yahvé lui-même la craint et il couvrirait d'or quiconque lui apporterait sa tête ! Les Lucifériens, grâce à la Confrérie du Serpent, se préparent à passer à l'offensive. C'est alors que surgit le Maître incontesté des Tsalmaveths, l'Ombre Suprême. Sa véritable identité bouleversera les sphères célestes. Il est l'incarnation de l'énigmatique Q, une entité qui ronge la Création depuis l'aube des Temps. Il représente une véritable menace pour le Grand Prince et jouera un rôle crucial dans la destinée de toutes les âmes de l'Univers. Un lien étrange semble les unir... Seules Svalinaharr, la Grande Immortelle, et Agdistis pourront l'affronter. C'est dans un décor apocalyptique que se déroulent les combats. Nibiru, la Lune et la Terre se mènent une lutte à finir. Les cataclysmes s'enchaînent à un rythme effréné et provoquent la disparition de milliards d'innocents. De sa base lunaire, Yahvé prépare une fin mémorable digne d'un esprit malade. Son passé destructeur et l'ampleur du mal qui le ronge sont enfin révélés. La grande bataille de l'Harmaguédon a lieu, mais la fin n'est pas celle espérée ! Le dieu jaloux n'a pas dit son dernier mot...


  • Dieu, Yahvé, l'Eternel, quel que soit le nom que les êtres humains lui donnent, est-il un extraterrestre ?

    La question n'a rien de blasphématoire : par essence, Dieu « ne vient pas de la Terre », il est donc, au sens premier du terme, extraterrestre. Mais au-delà des définitions, l'enquête minutieuse de l'auteur de La 12e planète nous offre une véritable relecture de la Bible comme jamais elle n'a été osée : Yahvé, père de l'humanité, bienveillant et dispensateur de miracles, et Yahvé en guerre contre l'humanité, guerrier, exterminateur, sont-ils la même déité ? Dieu et dieux à la rencontre de l'homme, Dieu et dieux qui chuchotent à l'oreille de l'homme, dieux visibles en personne et à travers leurs idoles, Yahvé invisible dont l'homme ne peut voir la face sans mourir (Exode, 33:20) : qui sont-ils ?
    En analysant avec lucidité toutes les rencontres avec le divin, sous toutes leurs formes, Zecharia Sitchin, patiemment, par une opiniâtre accumulation des faits historiques, des témoignages, des citations de tous les livres bibliques, devient le premier exégète libre de toute obédience à dresser une typologie des contacts divin-humain :
    contacts directs comme au jardin d'Éden,
    contact dérobé dans la nuée comme sur le mont Sinaï,
    contacts par le truchement des anges dont Sitchin démontre qu'ils sont des ambassadeurs bien réels d'une entité cachée,
    contacts à travers les prophètes, les Nabih en hébreu, qui veut dire « porte-parole »,
    contacts via les songes et les visions : c'est un véritable « guide » des rencontres entre Dieu et l'homme qu'établit celui qui a déjà démontré avec force la véritable nature des dieux qui ont créé l'humanité.
    Dieu est-il un extraterrestre ? Oui, mais qui se cache derrière l'invisible ? La conclusion de Sitchin est véritablement ahurissante.

empty