ISABELLE LIBER

  • Le charme discret de l'intestin : tout sur un organe mal aimé...

    Giulia Enders

    • Éditions actes sud
    • 31 Mars 2015

    Giulia Enders, jeune doctorante et nouvelle star allemande de la médecine, rend ici compte des dernières découvertes sur un organe sous-estimé. Elle explique le rôle que jouent notre "deuxième cerveau" et son microbiote (l'ensemble des organismes l'habitant) dans des problèmes tels que le surpoids, la dépression, la maladie de Parkinson, les allergies...
    Illustré avec beaucoup d'humour par la soeur de l'auteur, cet essai fait l'éloge d'un organe relégué dans le coin tabou de notre conscience. Avec enthousiasme, Giulia Enders invite à changer de comportement alimentaire, à éviter certains médicaments et à appliquer quelques règles très concrètes pour faire du bien à son ventre.
    Véritable phénomène de librairie, Le Charme discret de l'intestin s'est vendu à plus d'un million exemplaires en Allemagne et sera publié dans plus de trente pays.

  • Les occasions manquées

    Lucy Fricke

    • Le quartanier
    • 31 Août 2021

    Quand son père, atteint d'un cancer en phase terminale, lui demande de le conduire de Hanovre jusqu'en Suisse, dans une clinique d'aide au suicide, Martha appelle en renfort Betty, son amie depuis vingt ans. Commence alors une odyssée burlesque, qui se prolongera en Italie, où Betty tentera de retrouver la tombe de son beau-père tromboniste et menteur, dans l'espoir de se libérer d'un pan douloureux de son histoire personnelle: le roman de la route devient polar.

    De Berlin aux Cyclades, au fil des rebondissements et des rencontres, Betty et Martha cherchent un père, des pères, et se déprennent du regret des occasions manquées. Dans une langue innervée d'un humour acide et d'une gouaille mélancolique, Lucy Fricke mène ses héroïnes, deux femmes de quarante ans soudées par les confidences et l'alcool, vers une vie délestée.

  • La fraternité

    Takis Würger

    • Éditions slatkine
    • 7 Septembre 2018

    Les fraternités universitaires peuvent receler de nombreux secrets...
    Pour élucider malgré lui le mystère d'un crime dont il ignore tout, un jeune homme se fait introniser dans le club le plus select de Cambridge.
    Sur fond de campus novel et d'amours impossibles, un premier roman vertigineux.
    EXTRAIT
    « Hans, je veux que tu fasses tes études ici, tu auras une place et une bourse, je m'occupe de ça. En échange, tu deviendras membre d'un club. Tu n'en as sans doute jamais entendu parler. Tu seras membre du Pitt Club. »
    Elle me regarda, dans l'attente d'une réaction.
    « Désolé », dis-je sans raison, mais Alex ne releva pas.
    Dans la cour, les Asiatiques se photographiaient maintenant en train de faire des bonds. Le déclencheur de l'iPad semblait trop lent, les jeunes femmes bondissaient et bondissaient encore.
    Alex reprit la parole, très calme.
    « Ton rôle est de découvrir ce que les boxeurs de l'université font là-bas. Tu boxes toujours, n'est-ce pas ?
    - Désolé, mais je ne comprends rien, dis-je.
    - Je sais, ça peut paraître bizarre. Il s'agit d'un club pour les jeunes hommes qui sont ici, à l'université, et qui se croient meilleurs que les autres.
    - Un club ?
    - Une sorte de fraternité. Vieille de plusieurs siècles.
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Takis Würger, né en 1985, est un journaliste d'investigation allemand, correspondant de guerre et rédacteur pour Der Spiegel. Il a effectué pour ce journal des reportages en Afghanistan, en Irak, en Ukraine, au Bangladesh ou encore en Egypte. Un reportage sur les soldats allemands en Afghanistan lui vaut le Deutsche Reporterpreis et le CNN Journalist Award. C'est à Cambridge, où il a étudié l'histoire des idées et boxé pour l'équipe de l'université, que Takis Würger puise l'inspiration pour son premier roman, Der Club, véritable best-seller en Allemagne, aujourd'hui traduit aux éditions Slatkine & Cie.

  • Si proche si loin

    Nina George

    • Éditions slatkine
    • 6 Avril 2017

    Ils sont trois : un reporter de guerre blessé par la mort tragique de son père, un enfant de 13 ans synesthète, une femme amoureuse qui s'est crue trahie...
    Henri Skinner se retrouve dans le coma après avoir sauvé une petite fille de la noyade : il est fauché par une voiture au moment où il dépose l'enfant sur la terre ferme, et s'apprête à reprendre son chemin pour retrouver son fils.
    Sam, treize ans, enfant surdoué et synesthète, n'a jamais connu son père. Il le rencontre pour la première fois sur son lit d'hôpital, suspendu entre la vie et la mort, dans le monde des rêves, si près et si loin de lui. Alors il laisse libre cours à son imagination, et rêve lui aussi de la personne qu'aurait pu être son père.
    Au chevet d'Henri, la valse des médecins et des infirmières n'est interrompue que par la venue de Sam. Et puis il y a Mrs Tomlin. Elle aussi lui rend visite tous les jours. Henri était l'amour de sa vie. Il y a de cela deux ans. Et puis plus rien. Et voilà qu'il refait irruption dans sa vie. À force de veiller un vivant, leurs pensées vagabondent, délicieusement portées par la plume délicate de Nina George qui signe là une belle polyphonie intérieure qui se transforme au fil des pages en ode à la fraternité humaine.
    Un magnifique roman qui questionne sur la véritable place à accorder à ses proches, avant qu'il ne soit trop tard.
    EXTRAIT
    Je saute.
    Ça ne dure qu'un instant, j'entends encore le moteur des voitures sur l'Hammersmith Bridge, au-dessus de moi, c'est l'heure de pointe, je sens l'odeur de la ville, le printemps qui s'estompe, la rosée sur les feuilles. Puis l'impact, l'eau froide qui recouvre ma tête. Je nage, je nage toujours plus vite dans le courant qui reflue. À cinquante kilomètres de là, la mer aspire le fleuve. Mon corps a gardé la mémoire de cette succion quand la marée descend, comme si je n'avais jamais quitté la mer, alors que je n'ai plus nagé dans l'Atlantique depuis vingt-cinq ans.
    J'arrive à hauteur de la fillette.
    Le fleuve emporte la petite, il la veut pour lui, il veut disloquer son corps, séparer son espoir de la peur, bannir le sourire de ses lèvres, et l'avenir de sa vie.
    Elle s'enfonce dans l'eau argileuse.
    Je plonge. Je la tire à moi par les cheveux. J'attrape un petit bras glissant. Je serre plus fort, j'inspire sous l'effort et je bois la tasse - l'eau est salée, glacée.
    La Tamise m'enlace.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Si loin si proche est un excellent roman, de ceux qu'on ne peux plus lâcher, un texte jamais ennuyeux, aux frontières de la vie et de la mort, un texte intelligent, et empathique qui donne envie de serrer ses proches dans ses bras, de redonner aux relations humaines leur juste place. - Blog Franck's books
    Outre cette histoire entraînante qu'est la rencontre tardive d'un enfant avec son père, plongés tous deux dans deux mondes distincts, Nina George parvient avec brio à nous faire ressentir tous genres d'émotions (ceci avec une extrême douceur, presque enfantine) et à nous faire réfléchir sur divers sujets [...]. Un MAGNIFIQUE roman ! - Blog Lectures gourmandes
    Dès les premières lignes, j'ai su que je ne lâcherai pas Henri et son histoire avant la dernière page refermée... - Blog Le Bateau Livre
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Née en 1973, Nina George est une journaliste et auteur allemande qui compte déjà de nombreux livres à son actif (thrillers scientifiques, romans et nouvelles). Son roman La lettre oubliée, véritable best-seller, a connu un succès international : il a été traduit dans plus de 33 langues et s'est vendu à plus de 800 000 exemplaires. 

  • La danse de Martha

    Tom Saller

    • Éditions charleston
    • 22 Septembre 2020

    Début des années 1920. La jeune Martha, issue d'une famille de musiciens excentriques, quitte sa petite ville de Pologne de l'est et son enfance paysanne. Elle veut s'inscrire au Bauhaus, l'école d'art récemment créée à Weimar, centre foisonnant de la création et de la modernité. Désir osé car les hommes dominent l'Institution. Malgré cela, l'énigmatique fondateur de l'école, Walter Gropiuslui propose d'intégrer sa troupe de danseurs. Mais, quand les nazis arrivent au pouvoir, l'école ferme ses portes. Martha rentre chez elle avec dans les bras son journal et sa fille. Lors des derniers jours de la guerre, mère et fille sont séparées. Personne ne sait ce que Martha est devenue...
    2001, New York.
    Un jeune homme arrive aux États-Unis pour suivre les enchères du journal de sa grand-mère chez Sotheby's. Le journal contient des esquisses d'artistes du célèbre mouvement Bauhaus, tels que Lyonel Feininger, Paul Klee ou encore Wassily Kandinsky. Une saga renversante au coeur du Bauhaus. Une femme courageuse et fascinante confrontée à un siècle d'hommes, de guerre et de crimes.
    « Un roman magnifique qui nous approche de l'esprit libertaire du Bauhaus - en forte opposition avec le nazisme montant. » - Westdeutsche Allgemeine Zeitung
    Tom Saller, né en 1967, a fait des études de médecine et travaille comme psychothérapeute près de Cologne. Quand il n'écrit pas, il joue du saxophone dans un groupe de jazz.
    La Danse de Martha, son premier roman, a connu un véritable succès outre Rhin.

  • Bêtes féroces, bêtes farouches

    Karen Kohler

    • Éditions actes sud
    • 5 Avril 2017

    Pris dans la tourmente des épreuves de la vie, face à l'amour, la maladie, la mort, l'exclusion, ils cherchent leur réponse, leur chemin pour vivre et survivre.
    Ici, affirmer ses choix, assumer ce qu'on est et ce qu'on vit va souvent de pair avec la nécessité de se décharger du superflu, de laisser derrière soi ce qui pèse inutilement. Ce fil rouge du dépouillement s'exprime aussi dans une écriture épurée et elliptique où l'auteur parvient à concilier la précision avec des nuances poétiques.
    On sort de ces nouvelles comme d'un grand voyage au large - un peu sonné par le décalage horaire, mais fort de nouvelles expériences, riches de rencontres passionnantes et prêt à affronter les vraies questions.

  • En vie

    David Wagner

    • Éditions piranha
    • 18 Août 2016

    La sonnerie du téléphone retentit peu après deux heures. Une voix annonce : Nous avons un foie pour vous. C'est l'appel que l'homme à l'autre bout du fil attendait et redoutait. A t-il désormais un autre choix que d'aller de l'avant, ne serait-ce que pour sa fille ? Il se rend à l'hôpital.En vie est l'histoire de la transplantation d'un homme. Le récit des jours et des nuits passés à l'hôpital et du défilé ininterrompu des patients avec qui il partage sa chambre, de leurs histoires et de leurs confessions. Allongé sur son lit, ce vaisseau spatial blanc grâce auquel il voyage à travers ses souvenirs et ses rêves, ses pensées le ramènent constamment à des questions cruciales : Sa vie vaut-elle la peine ? Quelle est son sens ? Qui est mort pour qu'il puisse vivre ?En vie est le roman d'une greffe. Un livre touchant et édifiant sur la mort et la maladie mais aussi sur les secondes chances que donne parfois la vie.

  • Scott est mort

    Anne Von Canal

    • Éditions slatkine
    • 12 Février 2019

    Pendant une tempête au pôle sud, Hanna apprend une terrible nouvelle...
    Hanna est glaciologue, en expédition au pôle sud, sur la base antarctique d'Amundsen-Scott. Elle étudie par carottage les mouvements passés du climat.
    L'équipe de chercheurs est tendue, on annonce une tempête, un Whiteout, un Blanc dehors, ce moment redoutable où ciel et sol se confondent dans une unique blancheur et où toute activité humaine se paralyse.
    Hanna reçoit alors un mail de son frère, une seule ligne qui lui apprend la mort de sa meilleure amie d'enfance, Fido, qui a disparu vingt ans plus tôt, sans aucune explication.
    Découvrez le parcours d'Hanna, confrontée à deux événements dévastateurs : un Whiteout sur la base antarctique d'Amundsen-Scott et l'annonce de la mort de sa meilleure amie d'enfance, disparue vingt ans plus tôt.
    EXTRAIT
    La frappe jusque-là synchrone des autres élèves s'est désorganisée avant de se perdre peu à peu dans l'obscurité, plus palpable encore qu'auparavant. À la fin, plus personne ne tapait, et mademoiselle Schwerdtfeger a cessé de frapper sur le tambourin. Sans allumer la lampe de poche, elle a traversé la salle sans la moindre hésitation pour aller jusqu'à l'interrupteur.
    Le cliquetis discret de la décharge électrique. Le temps de latence des tubes néons, au plafond, qui réagissaient toujours avec une seconde de retard avant de finalement se décider à donner de la lumière. Comme dans le jeu de l'assassin, cette abominable occupation pour anniversaires pluvieux. Ce jeu où on n'était jamais sûr que le monde soit encore le même quand la victime avait poussé son cri et qu'on rallumait la lumière. Je n'avais écopé qu'une seule fois du rôle de l'assassin et, évidemment, j'avais été repérée tout de suite. Les autres m'avaient démasquée en un rien de temps. Sans doute parce que c'était toi que j'avais tuée. Mais qui aurais-je pu choisir d'autre ?
    La salle s'est éclairée.
    Tout le monde a fait la grimace, j'ai cligné des yeux dans ta direction, déjà sûre de ce sourire que tu afficherais pour faire comprendre à Schwerdtfeger et consorts ce que tu pensais d'eux sans leur manquer de respect.
    Mais ton pupitre était vide. Ta machine à écrire abandonnée.
    Tu étais partie.
    Sur ta feuille, quelques caractères esseulés : You'd better not mess with Major Tom.
    Stupéfiée, j'avais regardé tour à tour ta chaise vide et la feuille sans plus rien comprendre, et j'avais essayé de déchiffrer ce message que je pensais m'être adressé, mais que je ne pouvais m'expliquer.
    Est-ce que j'avais fait quelque chose de mal ? Et qui était ce Major Tom ? Tommie, celui qui était en première ? Mais cela faisait longtemps qu'il ne m'intéressait plus.
    Chuchotements, cancans, bruits de chaises. Les regards curieux des autres.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Anne von Canal est allemande, elle a étudié la germanistique et la philologie anglaise et scandinave à Fribourg, puis travaillé dans l'édition, avant de se consacrer à l'écriture. Son premier roman, Ni terre ni mer, a été un succès considérable en Allemagne (Der Grund, 2014), avant d'être traduit chez Slatkine & Cie en 2016.

empty