• La prière vous impressionne ? Vous pensez que c'est une activité réservée aux grands mystiques et aux saints ? Lorsque vous vous y essayez, vous ne savez pas quoi faire ? Pas quoi dire ? Cet ouvrage est pour vous !Dans son style accessible et plein d'humour, ALain Noël vous aidera à vous lancer dans le grand bain de la vie spirituelle. Vous connaîtrez l'essentiel sur les divers types de prières, sur ceux à qui les adresser, sur les techniques de base qui vous permettront d'affermir votre pratique, et sur la bonne manière de surmonter les périodes de découragement.Un ami fidèle qui vous mènera loin !

  • LE livre pour aborder un carême tonique et tordre le cou aux tentations ! Le manuel pratique du chrétien pour le combat intérieur et la sainteté.
    Une approche originale : éviter le piège de nos conflits intérieurs stériles pour mener un authentique combat spirituel fécond.

  • Être chrétien, ce n'est pas simplement adhérer à une croyance, à un mode de vie, mais c'est avoir l'âme « génétiquement modifiée » par l'action de Dieu.Le baptême n'est donc pas qu'un rite d'appartenance à un groupe religieux, social ou culturel : il opère en nous une transformation radicale. Quelles possibilités nouvelles nous offre-t-il ?Avec le baptême ont été téléchargés en nous les dons du Saint Esprit. Où et comment cliquer pour les installer et apprendre à en vivre ?Comment passer de l'effusion de l'Esprit à l'infusion de l'Esprit Saint et ne pas en rester aux premiers émois ? Autant de questions, et bien d'autres encore - rarement abordées et pourtant essentielles -, qui trouveront réponses dans ce livre vif et percutant inspiré de la spiritualité carmélitaine.

  • Ce livre nest pas un commentaire de plus sur le Notre Père. Il est un chemin à parcourir, un moyen puissant de convertir en profondeur notre intelligence et notre coeur pour nous comporter en fils de Dieu.
    ;Afin de réciter la prière du Notre Père en esprit et en vérité, nous allons commencer par dire « Amen », puis nous remontrons progressivement, comme le long dune « échelle du Salut », jusquà « notre Père ». Matérialisée par plusieurs dessins, cette échelle peut être empruntée individuellement ou en groupe, comme un parcours spirituel.

  • Les promesses du Christ sont des richesses qu'il a mises à notre disposition. Or, nous vivons comme des mendiants assis sur un trésor. « J'ai pris au sérieux ses promesses telles que : Cherchez d'abord le royaume de Dieu, tout le reste vous sera donné par surcroît ; Venez à moi vous tous qui peinez… et je vous soulagerai ; Demandez et vous recevrez… J'en ai retenu vingt-deux dont j'ai expérimenté la réalité. » Partons à la découverte du trésor que le Christ nous a légué et, riches de sa présence et de son amour, laissons s'accomplir ses promesses dans nos vies afin qu'y règnent la joie, la paix et la liberté qu'il nous offre.

  • Alain Noel est né en 1952 en Lorraine. Il y a grandi, entouré de l'affection de ses parents et de ses frères et soeur. Il quitte ce pays minier rigoureux pour découvrir la Charente-Maritime à la fin des années soixante. Dix années l'éloignent de la région mais il la retrouve avec plaisir dans la douceur de vivre et le bonheur de Barbezieux pendant vingt ans. Aujourd'hui installé à Fouras, profitant pleinement de sa retraite avec sa famille et ses amis, il redécouvre le plaisir d'écrire que sa vie consacrée au monde industriel lui a interdit si longtemps.
    Alain Noel, c'est un caractère entier doublé d'une grande sensibilité, il nous dit avec infiniment de plaisir ce que parfois nous n'osons même pas murmurer.

  • Ce livre emprunte son titre à Ernst Wigforss, théoricien et réformateur du parti social-démocrate suédois et ministre des Finances de 1932 à 1949. Wigforss parlait « d'utopies provisoires » pour désigner un horizon social-démocrate qui serait à portée de main et réalisable politiquement, mais suffisamment audacieux et cohérent pour susciter l'enthousiasme, mobiliser les citoyens et guider l'action gouvernementale. Les utopies provisoires de Wigforss ne promettaient pas de « grand soir » révolutionnaire, mais elles faisaient tout de même porter le regard au-delà du simple pragmatisme. Il s'agissait de concevoir des réformes qui répondaient, pour un temps, à des problèmes concrets, mais qui permettaient aussi d'avancer résolument dans la direction d'une société plus juste. Il s'agissait bien d'utopies, mais pour le temps présent.

    C'est sur ce terrain, celui du politique au sens large, que se situe cet ouvrage sur les politiques sociales, qui fait un tour du monde pour voir comment des actions collectives guidées par une vision, par des principes et par une compréhension juste et mesurée de la réalité peuvent transformer nos vies.

  • Comment faire penser en utilisant délibérément la capacité du rire à déconstruire avec légèreté les fausses évidences et les idées reçues, et de l'appliquer par privilège (mais non exclusivement) aux pratiques sociales et relationnelles ? Dans ses activités de formation, de supervision et d'analyse de la pratique, l'usage de l'histoire drôle fut pour l'auteur un modus operandi constant : ce livre est une tentative pour appliquer à un public plus large cette forme de maïeutique, non sans risque en l'absence de l'échange vivant au sein d'un groupe. Chaque histoire drôle « dans le raccourci et le rire qu'elle entraîne, pousse (le lecteur) à des sauts logiques, déplace les enjeux, et dissout dans le même temps quelque aporie où il s'était fourvoyé » (Georges Gaillard)

  • René, qui déteste les sondeurs, les sondages et ce qu'il juge comme une inquisition, une intrusion dans sa vie privée, décide d'accepter de répondre à un sondage-express, dans la rue. Pour voir, pour se conforter dans l'idée qu'il s'en fait et, le cas échéant, pour dire leurs 4 vérités à « ces gens ».

  • « S'approchant, Rouvel se pencha, malgré le dégoût qui commençait à l'envahir. Il écarta les journaux, et eut la surprise d'apercevoir, au lieu des hardes souillées qu'il attendait, l'étoffe blanche d'une chemise. Puis il se rendit compte qu'il s'agissait d'un corsage, et que le supposé clochard était en réalité une femme apparemment bien vêtue - en tout cas très décemment. Au milieu de sa poitrine, une tache brune s'étendant vers le bas. Coup de couteau ou balle à bout portant ? En tout cas, la malheureuse ne risquait plus d'élever la voix. Rouvel eut une pensée pour le bus qu'il allait manquer - qu'il avait déjà manqué. Puis il revint au cadavre. Sans réfléchir davantage, il lui découvrit la tête et se pencha pour interroger les traits. Eut un mouvement de recul. Il avait déjà vu quelque part ce visage fatigué, ce front bordé de boucles grises et cette bouche mince. Il se releva, indécis. Qui était-ce ? La question éclipsait l'autre qui était « que s'est-il passé ? »... »

  • Bâti à partir d'un entretien,l'ouvrage permet de découvrir la pensée d'Alain-Noël Henri. Ce normalien, agrégé de philosophie,psychologue et psychanalyste, fait partie de ces bâtisseurs (injustement méconnus hors de leur région) dont les réalisations font trace, et sont comme autant de pensées incarnées. Une de ses principales constructions (un cursus de formation en psychologie : université Lyon 2) est connue sous la dénomination : "Formation à partir de la pratique". Chez lui, la pratique est en effet considérée comme le terreau d'une élaboration théorique qui ne demande qu'à éclore. Sa pensée procède d'une double assise, où analyse dialectique et psychanalyse se fécondent mutuellement. Elle éclaire le travail de maillage symbolique qui incombe à l'humain, en son être singulier et en sa configuration sociale. Cet ouvrage témoigne de la fécondité de cette pensée qui contribue à donner ses lettres de noblesse à la pratique et au travail de pensée à partir de celle-ci.

  • Ce premier volet des Journées d'étude « Arts et techniques » de l'École nationale supérieure d'art de Limoges pointe les bouleversements induits par l'apparition de nouvelles techniques dans les champs de la création artistique, scientifique ou technique.
    C'est une occasion de rappeler, assez fermement, que la question des techniques ne se situe pas seulement du côté du patrimoine ou d'une démarche conservatoire. Elle opère aussi des ouvertures, évolutions ou révolutions dont l'artiste, l'écrivain, l'architecte et le designer se saisissent, informant par là même le scientifique dans des allers et retours féconds où l'usage, la monstration, la conservation transforment les rapports possibles aux techniques.

    Sommaire :
    Technicité de la conservation-restauration du patrimoine : entre tradition et innovation par Anaïs Gailhbaud
    L'oeuvre d'art dans ses contextes techniques de production et de maintenance par Alain Viguier
    Histoire d'une interaction réussie entre sciences et technique : les recherches d'edmond becquerel sur les principes de la photographie par Jérôme Fatet
    Double assassinat dans la rue morgue : la réplique à l'industrie par Cyril Hurel
    Une archéologie de l'absence : andré leroi-gourhan et les prises de l'art par Noël Barbe
    The yellow duck phenomenon par Lyske Gais
    L'intelligible connaissance esthétique : complexité et neurosciences par Louis-José Lestocart

    Chaque année, l'Ensa Limoges organise deux à trois sessions de Journées d'étude convoquant des chercheurs et spécialistes à intervenir sur des questions et dans des domaines touchant à l'art, à l'esthétique, à la philosophie, aux techniques, ou encore aux mouvements littéraires et intellectuels.

  • Les politiques de soutien qui visent les sans-emploi sont de plus en plus souvent assorties de conditions que l'on regroupe sous le terme de contrepartie. Ces politiques dites « actives » font appel à la responsabilité des personnes et imposent des conditions plus ou moins contraignantes. Parallèlement, l'aide tend à devenir moins généreuse. Ce livre étudie la transformation de ces politiques dans six pays : le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et le Danemark. Cette étude comparative transversale fait ressortir les relations entre les sans-emploi et l'État, le marché du travail et l'environnement social.
    La contrepartie témoigne de la transformation de l'action sociale des États. La situation varie beaucoup d'un pays à l'autre, et ces différences sont révélatrices de tendances plus larges à l'oeuvre dans les politiques sociales. On trouve d'un côté des pays qui organisent le traitement des sans-emploi sous un mode plutôt collectif et de l'autre, des pays où l'individu et la sanction du marché constituent la référence première. Par ailleurs, si l'intervention de l'État passe de plus en plus par un soutien aux familles, celui-ci varie beaucoup au point d'apparaître comme la dimension la plus discriminante des nouvelles politiques sociales.
    Ce livre propose une analyse systématique des logiques d'intervention qui façonnent ces nouvelles formes de protection sociale. Il s'adresse non seulement aux chercheurs, mais aussi aux professionnels qui interviennent auprès des personnes sans emploi et aux décideurs.
    Pascale Dufour est chercheur post-doctoral à l'Institut d'économie politique de l'Université Carleton (Ottawa) et membre du Groupe de recherche interdisciplinaire Engendrer la Cohésion sociale, de l'Université de Montréal.
    Gérard Boismenu est professeur titulaire et directeur du Département de science politique de l'Université de Montréal.
    Alain Noël est professeur titulaire au Département de science politique de l'Université de Montréal et directeur du Centre de recherche sur les politiques et le développement social (CPDS).

  • Instruire une élite populaire en l'empêchant d'acquérir la culture officielle pour limiter sa promotion : tel a été, pendant longtemps, le rôle objectif de l'Ecole normale supérieure de Saint-Cloud, installée par la Troisième République au sommet de l'enseignement primaire. A l'écart de la filière chargée du renouvellement des élites bourgeoises, elle reçoit les meilleurs des élèves-maîtres pour en faire les cadres de l'enseignement réservé au peuple. Transformée à la Libération en ENS du second degré, elle est théoriquement cantonnée à la préparation du CAPES et conserve une clientèle populaire ; favorisée par l'explosion scolaire, elle s'impose comme centre efficace de préparation à l'agrégation et comme voie d'accès aux carrières universitaires. Après l'alignement de ses missions, de sa scolarité et de sa préparation sur celles de la Rue-d'Ulm, elle est investie par les couches favorisées. Cet ouvrage permet d'apprécier, dans une vision d'ensemble, l'idéologie et le fonctionnement de « l'ordre primaire » institué par les républicains opportunistes, et les difficultés de l'unification du système scolaire légué par le XIXe siècle. La métamorphose du recrutement de Saint-Cloud éclaire, en outre, d'une manière significative, l'usage social des filières d'enseignement supérieur dans la France de la seconde moitié du XXe siècle.

  • Nombre d´experts et de politiciens proclament depuis longtemps la fin de la division gauche-droite. Force est alors d´admettre que cette opposition est dotée d´une formidable résilience. Comment l´expliquer ? D´abord, la politique est toujours une affaire de débats. Qu´il s´agisse de problèmes locaux, nationaux ou internationaux, les faits politiques se prêtent toujours à des interprétations divergentes. Ensuite, avec l´universalisation du modèle démocratique, le thème de l´égalité s´impose plus que jamais comme l´enjeu ultime des conflits sociaux. Or, aucun instrument d´analyse ne rend mieux compte des différences de points de vue à propos de l´égalité que la grille gauche-droite. Voilà pourquoi ce clivage continue d´être pertinent et constitue une incomparable clé d´interprétation de la politique-monde.
    Prix en relations internationales de l´Association canadienne de science politique (ACSP) - 2009

empty