Grasset (réédition numérique FeniXX)

  • Les événements de mai 1968 portent-ils en germe la guerre mondiale ? Les nations occidentales ont perdu leur foi dans les valeurs - familiales, nationales, spirituelles - qui les cimentèrent ; les jeunes ne récusent pas seulement un régime politique mais une manière de vivre et, incapables d'en instaurer une autre, ils ne peuvent que détruire l'ordre existant. Le monde communiste, lui aussi, est en cours de désintégration interne et les Tchèques, comme d'autres, contestent « le paradis terrestre » à la mode soviétique. Cette contestation fondamentale, qui peut être source de progrès, met aussi l'univers en péril. Les bouleversements, qui se développent un peu partout, risquent de provoquer des luttes intestines qui pourraient entraîner l'intervention directe ou indirecte des grandes puissances assez menacées dans leur raison d'être pour être acculées à l'utilisation de l'arme atomique. Avec une logique implacable, le général Beaufre analyse les symptômes de notre maladie, peut-être mortelle, examine les différentes possibilités que nous offre l'avenir et s'interroge sur la nature des réformes capables d'enrayer l'évolution en cours.

  • Le 22 décembre 1956, le général Beaufre, commandant en chef du corps expéditionnaire français, quittait la terre d'Égypte, le coeur lourd. Il était arrivé à Port-Saïd le 6 novembre, le jour même où débarquaient les troupes britanniques : le gouvernement français, présidé par M. Guy Mollet, et le gouvernement britannique, présidé par M. Eden, étaient décidés à unir leurs forces à celles d'Israël pour abattre la puissance de Nasser qui venait de nationaliser le canal de Suez. Après une campagne éclair, qui vit la déroute des troupes égyptiennes, le général Beaufre se voit imposer le cessez-le-feu : sous la pression des États-Unis et de l'U.R.S.S., Nasser était sauvé. Les troupes françaises rembarquaient, et certains de leurs chefs garderaient au fond d'eux-mêmes le souvenir d'une humiliation qui, cinq ans plus tard, les conduirait à la révolte. L'arrêt de l'expédition de Suez a laissé subsister les problèmes du Moyen-Orient. L'antagonisme israélo-arabe a persisté, s'est aggravé... jusqu'en mai 1967 où éclatait une guerre que l'on aurait peut-être évitée si, onze ans plus tôt, on avait laissé le général Beaufre poursuivre son avance.

empty