• La recherche et la construction théorique de la reconnaissance professionnelle en éducation trouve dans ce volume sa première élaboration qui porte sur la distinction entre l´évaluation et la reconnaissance professionnelle. L´aversion pour l´évaluation dans l´éducation tient dans le fait que l´évaluation comme pratique vécue laissait à l´acteur le poids d´un regard critique, un poids trop lourd à supporter et dont les conséquences sont bien connues : pratiques de contournement et déni de l´évaluation par les évalués et les évaluateurs. La reconnaissance professionnelle devient plus attirante quand elle est le signe d´une évaluation positive, réalisant alors une reconfiguration identitaire des enseignants en formation et développement professionnel. De ce point de vue, la reconnaissance professionnelle pourrait être une nouvelle forme de l´évaluation professionnelle qui tienne compte des systèmes d´attentes interpersonnels, et qui suppose des processus de valorisation et de légitimation des qualités professionnelles en éducation.

  • Témoigne de la façon dont l'élève rencontre un texte documentaire et le comprend. Le lecteur est-il prêt à cheminer dans l'écrit comme tend à le supposer l'instance didactique ? Peut-il s'inscrire d'emblée dans des attentes de l'enseignant sans proposer sa compréhension-interprétation du texte ?

  • Quels sont les liens entre l'évaluation et le développement professionnel des acteurs de l'éducation et de la formation? Ils concernent aussi bien la clarification des référentiels utilisés que la régulation des projets et des dispositifs de formation, la place des pratiques auto-évaluatives, co-évaluatives dans le processus de formation, ou les postures des évaluateurs dans l'accompagnement des praticiens.

  • La complexité croissante des organisations et des dispositifs d'éducation et de formation, la multiplication d'acteurs et de partenaires à la fois plus nombreux et représentant des sphères variées, la rareté des ressources financières, autant de transformations qui font que l'évaluation est devenue une nécessité. Les pratiques d'évaluation évoluent sous l'effet de la prégnance du numérique en éducation et formation mais aussi des expérimentations nouvelles conduites dans les dispositifs de formation. Les nouveautés, qui relèvent d'une ingénierie de formation, coexistent à côté de pratiques plus courantes et néanmoins pertinentes. Cet ouvrage rend compte de cette diversité d'approches et permet aux professionnels de l'éducation - formateurs, enseignants, éducateurs, cadres de la formation- de porter un regard avisé sur les formes évaluatives en usage.

  • Cet ouvrage d'une grande actualité correspond à une nécessité dans le cadre de l'analyse des professions de l'éducation et de la formation en pleine transformation. Il s'inscrit dans des perspectives scientifiques contemporaines relatives à la dimension sociale de l'engagement professionnel et de l'apprentissage du et au travail. Il ouvre de nouvelles modalités de questionnement et de nouvelles pistes par rapport aux analyses motivationnelles et identitaires en contexte de travail en mettant particulièrement en évidence le caractère interactionnel de l'engagement, du désengagement ou du non-engagement professionnel en référence à des contextes actuels en mutation.L'ouvrage se compose de deux parties. La première est centrée sur l'engagement et le désengagement de futurs professionnels ou de professionnels dans leur activité de travail. La deuxième partie étudie les stratégies d'engagement d'acteurs dans des dispositifs de formation professionnelle initiale, dans une période de remise en cause des raisons mêmes qui justifient leurs processus d'engagement dans les métiers de l'éducation et de la formation.Une « synthèse  ouverte » proposée en fin d'ouvrage problématise les résultats exposés, issus d'une pluralité de terrains, en les mettant en relation avec les mutations contemporaines dans le monde du travail.Cet ouvrage s'adresse autant aux praticiens qu'aux chercheurs, aux acteurs de l'éducation et de la formation dans le domaine social et politique qu'aux étudiants.

  • Dans cet ouvrage, les apprentissages professionnels accompagnés sont présentés comme des formes de médiations opérées par les intervenants (formateurs, tuteurs, référents professionnels). Les apprentissages professionnels accompagnés apparaissent alors comme des processus de changements pensés, provoqués et valorisés par les formateurs. Apprendre pour l'apprenant serait alors affaire de transformations de soi et de son agir dans des conditions formatives qui relèvent d'un espace transitionnel et protégé, d'une aire de jeu dans laquelle les tâtonnements et les essais sont permis. Ce souci de l'accompagnement des processus de changement transparait à travers des dispositifs de formation spécifiques (formations en alternance, démarches d'analyse des pratiques professionnelles, modalités présentielles et distancielles...), il est aussi tangible dans les postures des accompagnateurs censées soutenir l'analyse des actions des sujets. L'apprentissage professionnel accompagné apparaît comme une voie de développement et d'évolution des acteurs faisant l'expérience d'épreuves de passage, qui modifient leurs manières de voir, parler, penser, agir et interagir, avec la présence d'un tiers favorisant la co-analyse et la co-interprétation de cette même expérience.

  • Comprendre les mécanismes de l'engagement/désengagement professionnel dans trois grands domaines : l'éducation, la fonction de l'inspection et la formation à divers métiers de l'humain. Pour les professionnels de l'éducation et de la formation, l'engagement dans le monde du travail indique un attachement pour l'activité professionnelle. Il peut également supposer des conflits de valeurs : les contraintes de gestion ont pris de plus en plus de place, l'injonction au professionnalisme est plus forte en ce début de 21e siècle. Dès lors, s'engager professionnellement revient à composer avec des mondes professionnels complexes qui obligent les acteurs à des prises de risque. Ainsi, l'engagement professionnel suppose que les acteurs entrent dans des processus de transformation afin d'agir de façon efficiente. Le jeu des régulations de soi dans l'activité constitue un défi professionnel qui est plus ou moins accepté et relevé par les acteurs engagés. En tant que composante de l'agir professionnel, l'engagement professionnel traduit une modalité de l'accomplissement de soi au travail.

empty