• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Journaliste, attachée à un grand hebdomadaire, ANNE-MARIEL est également bien connue des auditeurs de la radio où ses pièces théâtrales ont obtenu le plus vif succès. Cette romancière qui s'est affirmée auprès du grand public par son style vivant et son imagination a obtenu le grand prix du meilleur roman d'amour 1953.

  • Journaliste, attachée à un grand hebdomadaire, ANNE-MARIEL est également bien connue des auditeurs de la radio où ses pièces théâtrales ont obtenu le plus vif succès. Cette romancière qui s'est affirmée auprès du grand public par son style vivant et son imagination a obtenu le grand prix du meilleur roman d'amour 1953.

  • Le captain Herbert Hudson, l'as du F.B.I., terminait son congé à Hollywood, quand il reçut un coup de téléphone de Washington. C'était son chef. Ralph Hoover : - Old boy... Ne quittez pas la Californie... Il y a un très important trafic de drogue. Vous allez recevoir une invitation pour assister à une « party » chez un certain Juan Sanchez... Vous irez chez le Mexicain et vous surveillerez attentivement les abords de la piscine... Je soupçonne Sanchez d'accueillir les trafiquants... Herbert bougonna, mais finit par accepter de rester sur la côte californienne. Le beau soleil l'incita à aller se baigner. Il nageait depuis plusieurs minutes, quand, dominant le fracas des vagues, une voix féminine retentit derrière lui : - Hello... Voulez-vous m'attendre... J'ai peur d'être roulée par la barre. Il aida la nageuse à regagner le rivage. C'était une ravissante girl blonde, pleine de charme. - Vous n'êtes pas de la région ? - Mon père est du Texas... Mais j'ai été élevée par ma grand'mère maternelle qui a une propriété en Nouvelle-Orléans. Mais, vite, elle s'échappa pour retrouver sa voiture, une magnifique Cadillac blanche. Elle disparut, laissa Herbert songeur. Voilà une aventure terminée avant d'être commencée... La villa de Sanchez était envahie par une foule élégante, lorsqu'Herbert en franchit le seuil. Sur la piste de danse, les couples évoluaient au rythme d'un tango. Mais Herbert avait une mission. Il se dirigea dans le jardin jusqu'à la piscine. Il exécutait les ordres de son chef. Un éclairage dissimulé dans des rosaces permettait de distinguer les mosaïques turquoises à travers la transparence bleutée de l'eau. Hudson regarda... Mais il ne vit rien de suspect. Le coin était désert. Non pas. Des pas légers retentirent derrière lui : - Bonsoir, captain Hudson... Comme une grosse pivoine, une large juge claire sortait de l'ombre, il reconnut la belle baigneuse du matin. Il sursauta : - Comment savez-vous mon nom ? Elle s'approcha et, sans façon, passa son bras sous le sien. Elle leva vers lui son visage et dit : - Qui ne connaît le célèbre captain du F.B.I. Le Don Juan impénitent qui a eu, paraît-il, des aventures retentissantes en Corée... Racontez-moi cela... Faites-moi vos confidences... Il répliqua sèchement : - Je suis en congé illimité et je ne porte pas l'uniforme, je vous serais très obligé d'oublier mon grade... Elle parut décontenancée par la sécheresse du ton. Il sentit qu'elle hésitait à poursuivre cet entretien. Il songea également qu'elle n'était peut-être pas aussi innocente qu'elle le paraissait... Ces deux rencontres n'étaient peut-être pas le fait du hasard. Qui était cette fille ? Il l'entraîna sur la piste de danse...

  • Le captain Herbert Hudson, l'as du F.B.I., terminait son congé à Hollywood, quand il reçut un coup de téléphone de Washington. C'était son chef. Ralph Hoover : - Old boy... Ne quittez pas la Californie... Il y a un très important trafic de drogue. Vous allez recevoir une invitation pour assister à une « party » chez un certain Juan Sanchez... Vous irez chez le Mexicain et vous surveillerez attentivement les abords de la piscine... Je soupçonne Sanchez d'accueillir les trafiquants... Herbert bougonna, mais finit par accepter de rester sur la côte californienne. Le beau soleil l'incita à aller se baigner. Il nageait depuis plusieurs minutes, quand, dominant le fracas des vagues, une voix féminine retentit derrière lui : - Hello... Voulez-vous m'attendre... J'ai peur d'être roulée par la barre. Il aida la nageuse à regagner le rivage. C'était une ravissante girl blonde, pleine de charme. - Vous n'êtes pas de la région ? - Mon père est du Texas... Mais j'ai été élevée par ma grand'mère maternelle qui a une propriété en Nouvelle-Orléans. Mais, vite, elle s'échappa pour retrouver sa voiture, une magnifique Cadillac blanche. Elle disparut, laissa Herbert songeur. Voilà une aventure terminée avant d'être commencée... La villa de Sanchez était envahie par une foule élégante, lorsqu'Herbert en franchit le seuil. Sur la piste de danse, les couples évoluaient au rythme d'un tango. Mais Herbert avait une mission. Il se dirigea dans le jardin jusqu'à la piscine. Il exécutait les ordres de son chef. Un éclairage dissimulé dans des rosaces permettait de distinguer les mosaïques turquoises à travers la transparence bleutée de l'eau. Hudson regarda... Mais il ne vit rien de suspect. Le coin était désert. Non pas. Des pas légers retentirent derrière lui : - Bonsoir, captain Hudson... Comme une grosse pivoine, une large juge claire sortait de l'ombre, il reconnut la belle baigneuse du matin. Il sursauta : - Comment savez-vous mon nom ? Elle s'approcha et, sans façon, passa son bras sous le sien. Elle leva vers lui son visage et dit : - Qui ne connaît le célèbre captain du F.B.I. Le Don Juan impénitent qui a eu, paraît-il, des aventures retentissantes en Corée... Racontez-moi cela... Faites-moi vos confidences... Il répliqua sèchement : - Je suis en congé illimité et je ne porte pas l'uniforme, je vous serais très obligé d'oublier mon grade... Elle parut décontenancée par la sécheresse du ton. Il sentit qu'elle hésitait à poursuivre cet entretien. Il songea également qu'elle n'était peut-être pas aussi innocente qu'elle le paraissait... Ces deux rencontres n'étaient peut-être pas le fait du hasard. Qui était cette fille ? Il l'entraîna sur la piste de danse...

  • Axel Elsener II, major de l'École polytechnique, fils unique du magnat de la I.E.C., dont les couleurs flottent dans dix capitales à travers le monde, souhaite épouser une riche et ravissante héritière américaine, Iris Davidson. Avant de répondre à sa demande, la jeune femme veut s'assurer qu'elle pourra donner à Axel la descendance qu'il souhaite, mais refuse, par pudeur, d'avouer les raisons de son voyage à Lausanne. Axel, qui la sait menacée par des kidnappers, la fait suivre par un détective privé. Celui-ci surprend Iris, en compagnie d'un séduisant médecin noir et de son petit garçon. Dans une rue de Lausanne, il prend des photos du trio. Avec ces clichés, pourra-t-il faire chanter la riche Américaine ? De fait, lorsque, de retour à Paris, il lui montre les épreuves, elle semble paniquée et accepte de les racheter... Quel lien secret unit Iris au petit métis ? Marina, l'ex-fiancée d'Axel, intervient à cet instant. Veut-elle empêcher le mariage de celui qu'elle n'a jamais cessé d'aimer ? Ou bien son dévouement va-t-il jusqu'à l'abnégation ? Laquelle de ces deux femmes, qui sont des rivales, gagnera l'amour du séduisant Axel Elsener ? L'angoisse, l'amour et la mort sont les éléments de ce récit haletant, et que le lecteur ne lâchera pas avant d'en connaître l'épilogue.

  • Dans « Traquenard au monde libre », Axel Elsener II, le dauphin de l'I.E.C., dirige depuis Chicago le département américain de la puissante firme dont le pavillon flotte sur plus de dix pays à travers le monde. L'Union Soviétique a décidé de casser le marché que l'I.E.C. vient de conclure avec certains pays d'Amérique du Sud. L'enjeu est important... ... Comme à la veille de chaque week-end, Amanda, la séduisante secrétaire particulière d'Axel, se rend auprès de son patron en portant une pile de dossiers. Mais ce jour-là, semblant particulièrement nerveuse et fatiguée, elle laisse choir tous les feuillets sur le sol. « - Amanda, vous êtes trop chargée ! Laissez-moi vous aider, s'écrie Elsener, en prenant les documents pour les ranger dans la chambre forte où les papiers très confidentiels de la firme sont classés. » Lorsque le Français se trouve dans la petite pièce, Amanda, sortant subitement de son apathie, pousse brutalement la lourde porte blindée, enfermant Axel dans cette prison d'acier... Lorsque, quelques heures plus tard, après avoir rencontré un complice à l'aéroport international de Chicago, Amanda, rongée par le remords et songeant à l'agonie du malheureux Axel, se retrouvera dans le bureau de son patron, elle découvrira que la chambre forte est vide. Que s'est-il passé ? C'est à ce moment qu'Amanda, brusquement ceinturée par un bras puissant... Trahison... Amour... Suspense... Comment se terminera cette nouvelle aventure ? Anne-Mariel, avec le talent qu'on lui connaît, mènera ses lecteurs jusqu'à la conclusion de ce drame.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Axel II, fils du grand Elsener - le célèbre magnat de l'industrie aéronautique -, est venu en Californie, escorté de son secrétaire Jacques Nevers et d'un vigile, Ralph Osborn. De Palm Springs où il passe le week-end, il doit se rendre au Mexique pour y négocier l'achat de terrains, sa firme ayant l'intention d'implanter des usines de construction d'avions supersoniques aux environs de Tijuana. Mais, dans le palace où il est descendu, Axel est abordé par une jeune fille ravissante, Iris Harway, qui lui confie que sa soeur a été enlevée par un mouvement terroriste qui naguère kidnappa Patricia Hearst. Elle lui donne rendez-vous, mais quand il vient la rejoindre, elle a disparu. Suit une série de quiproquos, un père qui se soucie plus de terrains que de ses filles. Dans quel traquenard Axel Elsener est-il tombé ? Y trouvera-t-il la mort ou l'amour ? Une fois de plus, Anne-Mariel avec son art habituel du suspense tient le lecteur en haleine jusqu'à la dernière ligne.

  • Beau garçon sympathique, brillant ingénieur, Axel est le fils du magnat de l'industrie, le grand Elsener. Cependant, la conception qu'il a de l'existence le met en constante opposition avec son père tant sur le plan du travail que sur celui de sa vie privée. Les siens rêvent pour lui d'un mariage brillant qui flatterait leur orgueil, tandis qu'il semble très attaché à une petite danseuse. Las de ces perpétuelles discussions avec son père, Axel envisage d'accepter l'offre d'une firme concurrente qui lui propose la place qui lui revient. Cependant, ce soir-là, en quittant son bureau il est lâchement attaqué par deux voyous qu'il réussit à mettre en fuite. Tentative d'enlèvement ? ou manoeuvre de chantage ? Le lendemain il doit se rendre à Londres pour conclure un important marché pour la Société Elsener. A l'aéroport, des policiers ouvrent le coffre de sa voiture. Celui-ci contient une valise renfermant de l'héroïne. Qui veut perdre Axel ? Comment va-t-il réussir à éviter le traquenard dans lequel on veut le faire tomber ?

  • « ... Suivre la vie passionnée d'Elisabeth, c'est se plonger dans le romantisme d'une époque heureuse qui ignorait encore les réactions en chaîne de l'atome violé par les physiciens trop curieux ; c'est vivre l'évolution romanesque d'une femme à la beauté resplendissante qui, entre le lac de Starnberg, les plaines immenses de la Puszta et les rives fleuries de Corfou, chercha le bonheur ordinairement interdit aux grands de la terre ; c'est écouter aux portes du passé le rythme grisant des valses viennoises, qui berçaient les rêves d'Elisabeth (Sissi, pour sa famille et les intimes) sur les bords du Beau Danube Bleu. » Maurice Dekobra

  • Monsieur de Morani, principal collaborateur de Piétri, Préfet de Police, poursuit sans relâche les "Carbonari". La belle Sophie Dalban, veuve d'un fameux banquier, fut la maîtresse de Philippe de Gensac, un des principaux suspects qui quitta la France deux ans plus tôt. Morani voulant prouver la culpabilité du comte, exerce un odieux chantage sur Sophie pour parvenir à être son amant. Il espère ainsi démasquer Gensac et l'empêcher d'épouser Lucie de Saint-Sylvestre qui aime secrètement Philippe, et dont Morani est lui-même fort épris. Se servant de la jalousie de Sophie à l'égard de Lucie, le rusé policier espère bien arriver à perdre Philippe de Gensac. Finalement, à un bal de l'Opéra, Lucie qui porte autour du cou un collier d'émeraudes, don du Maharajah d'Adrapana à Philippe, est l'objet d'un enlèvement simulé... Morani met ses sbires à la poursuite des ravisseurs. Mais il apprend qu'une jeune femme, dont le signalement correspond à Lucie, a été assassinée sur le Pont Neuf dans un coupé de louage... L'auteur fait revivre avec talent toute l'époque de la fin du Second Empire et les multiples intrigues qui environnaient "Badinguet". Car c'est dans un cadre historique que se déroule cette intrigue vécue qui est aussi le plus tendre et le plus attachant des romans d'amour.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Elle est journaliste. Elle est jeune. Elle est belle. Ne manque pas de talent, mais a une ambition démesurée... Elle veut absolument écrire un article sensationnel qui la placera comme grand reporter. Son directeur lui dit : Si un journaliste parvient à obtenir une interview du prince Beryl, ce mystérieux hindou exilé qui a toujours refusé tout contact avec la presse, l'article paraîtra à la une... Ce personnage inaccessible est, en ce moment, en Grèce, dans les Cyclades... Elle part... Mais elle découvre que le prince, beau comme un dieu, est entouré de gardes du corps et qu'on ne peut l'approcher... Tenace, à force de ruse, elle parvient quelques instants à s'entretenir avec lui... Mais, sur la défensive, il ne livre rien de sa vie privée... Elle est déçue... Cependant, de retour à Paris, le prince l'invite dans la magnifique propriété qu'il a achetée en Californie, où il a fait construire un palais de rêve. Elle est reçue comme une reine... Cependant, la favorite du prince, extrêmement jalouse de cette jolie Française, veut attenter à sa vie... Et elle constate qu'elle est prisonnière, malgré tous les égards dont Beryl l'entoure. Comment parviendra-t-elle à s'échapper de ce piège qui s'est refermé sur elle ? Cette histoire passionnante a un dénouement inattendu... Anne-Mariel démontre, une fois de plus, que son titre de Reine du suspense donné par les Américains, n'est pas usurpé...

  • Rita, jeune peintre de talent, expose ses toiles dans une galerie de Los Angeles. Pourtant, si ce jour-là elle obtient, auprès des critiques et de la presse, une considération éclatante, elle est très triste, car elle espérait la venue de celui qu'elle aime et espère épouser : Axel Elsener II, l'héritier de l'International Elsener Company. Mais, avant de quitter la galerie sous les flashes des photographes, Rita a soudain le sentiment que, parmi cette foule élégante qui l'entoure, un regard est posé avec insistance sur elle... Hélas, ce n'est pas Axel mais Vito da Costa, un jeune comédien de talent qui a tenu autrefois une grande place dans sa vie. Tandis qu'ils dînent dans un restaurant d'Hollywood, un homme ne quitte pas le couple des yeux et, lorsque Vito reconduit Rita chez elle, une mystérieuse auto les suit... Pourquoi Axel ne lui téléphone-t-il pas ? Le silence angoissant se prolonge... Puis, brusquement, les événements se précipitent... Rita tente de rejoindre Axel en Égypte... Mais un inconnu l'épie dans l'ombre. Une fois de plus, Anne-Mariel plonge ses lecteurs dans un angoissant suspense et la plus belle histoire d'amour.

  • Alors qu'Axel Elsener, fils du célèbre P.-D.G., est arrêté à un feu rouge place de la Concorde, la portière de sa voiture s'ouvre brusquement et une jolie fille s'installe sur le siège voisin du sien. Il veut la faire descendre mais, en tremblant de peur, elle le supplie : Sauvez-moi, je suis en danger... on me poursuit ! Comme elle lui demande de la conduire jusqu'à l'hôtel Plaza, avenue Montaigne, il accepte. Elle s'engouffre dans le palace. Lorsque, devant son domicile, Axel va quitter son véhicule, il s'aperçoit que, dans sa hâte, l'inconnue a oublié son sac. Chez lui, il l'ouvre pour connaître l'identité de sa passagère. Il ne trouve aucun papier, par contre il découvre des paquets d'héroïne : la fille était poursuivie par la police, car c'était une trafiquante. Il est furieux contre lui-même. Comme, depuis sa fenêtre, il aperçoit un motocycliste qui cherche à ouvrir la portière de sa voiture, il pense que c'est un complice de l'inconnue qui vient récupérer la drogue... Il se met aussitôt à la poursuite du garçon qui parvient à le semer... Mais Axel n'a guère le temps de résoudre cette énigme. Il est appelé à Lausanne auprès de Licia, son épouse morganatique, qui vient de lui donner un fils. Il comprend alors que des ennemis invisibles guettent dans l'ombre tous ses faits et gestes et veulent s'attaquer à Licia pour exercer sur lui un terrible chantage... Alors, pour échapper à ceux qui le poursuivent, il décide d'acquérir un yacht, le Paradis, pour faire une croisière en Grèce. À Cannes, avant de s'embarquer, il découvre le vrai visage de ses adversaires, ces rois de l'Or Noir qui veulent abattre l'héritier de la puissante firme qui les tient en échec. Parviendra-t-il à échapper au piège qui, d'heure en heure, se referme impitoyablement sur lui et sur Licia ? Avec une maîtrise inégalable, Anne-Mariel conduit ses lecteurs à travers les méandres de cette politique où tous les coups sont permis.

  • Voici une nouvelle fois Axel Elsener II, le dauphin de la célèbre firme internationale, dont le pavillon flotte dans dix pays à travers le monde. Le gouverneur d'une île proche de Ceylan donne une fête ce soir-là en l'honneur du Français. Flore Abarachi, la fille unique d'un des rois de l'or noir, tombe sous le charme d'Axel qui, froidement, repousse ses avances. Elle en est terriblement mortifiée. Un commando d'insurgés envahit le palais, désirant s'emparer d'Axel Elsener comme otage. Mais il réussit à s'enfuir en compagnie de Gratienne, la fille d'un planteur qui connaît le pays. Alors qu'ils sont cernés par les insurgés, ils découvrent providentiellement une pirogue et s'éloignent du rivage. Mais Axel est grièvement blessé par un coup de feu. En plein océan, un yacht les sauve. Inconscient, Axel est transporté dans une cabine, quand il ouvre les yeux, il découvre Flore à son chevet. Elle le soigne avec dévouement. L'Osiris est le yacht de son père. Axel lui doit la vie, mais il repousse son amour. Flore envoûtera pourtant celui qu'elle aime... mais parviendra-t-elle à le conquérir ? Comme à son habitude, Anne-Mariel tient le lecteur en haleine jusqu'à la dernière ligne de cette passionnante histoire.

  • Axel Elsener I et son fils Axel Elsener II dirigent ensemble, et en parfaite harmonie, l'International Elsener Company, dont les couleurs flottent dans dix capitales à travers le monde. Axel II rentre d'un voyage en Orient, lorsque son père lui annonce qu'il va divorcer, pour épouser une de ses jeunes collaboratrices. Il est stupéfait par une telle décision, car ses parents semblaient vivre en parfaite entente. Le lendemain, sa voiture, piégée, explose et il échappe miraculeusement à la mort... Mais Paris lui réserve d'autres surprises : alors qu'il sort du bar du Ritz, il se heurte à son ex-épouse qui, le lendemain de son mariage, s'était enfuie avec un espion de l'Est... Que fait Marina en France ? Avec Sandy, son ami américain, Axel II mène l'enquête... Les deux hommes font alors une découverte stupéfiante...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • What does US aid "buy" in the Middle East? Drawing on extensive primary source research, this book examines the role and consequences of US aid to three countries in the Middle East. The author argues that the political survival strategies of incumbent leaders in Egypt, Israel, and Jordan shaped not only the type of aid that these countries received from the US, but also its developmental and geopolitical impact. Leaders who relied heavily on distributing selective benefits to their ruling coalitions were more likely to receive forms of US aid that complemented their distributive political economies and undermined the state's developmental capacity, which simultaneously rendered them more dependent on US resources, and more likely to cede fragments of their sovereignty to their major donor. Non-distributive leaders, however, could reap the full benefits of highly discretionary and technologically sophisticated aid, incorporating it into developmental policies that rendered them progressively less dependent on Washington-and better able to say "no" when it was in their best interest.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un grand roman populaire sur madame Tallien qui sauva de la guillotine des centaines de prisonniers, sous la Révolution.

  • Valérie a été appelée à Mexico par Norman Wiston, un ami de son mari Francis, mort tragiquement au cours d'une mission au Pérou. Norman prétend connaître les circonstances exactes du drame qui sont restées obscures... Bien qu'elle ait reçu à Paris, avant son départ, une mise en garde anonyme, la jeune femme prend l'avion pour Mexico. Un message de Norman l'y attend. Il est absent, mais lui donne rendez-vous, trois jours plus tard, à Cuernavaca. Valérie commence à se sentir mal à l'aise, d'autant qu'un inconnu lui conseille de rentrer en France. Elle rencontre, heureusement, un noble Mexicain, qui lui témoigne de la sympathie et l'a tirée d'un mauvais pas. Manuel de Almaverda semble honorablement connu au Mexique. Dans son désarroi, elle se confie à lui, car isolée dans ce pays étranger il est son seul appui. Elle sent qu'un piège va se refermer sur elle, car on tente de l'impliquer dans un meurtre. Pour la soustraire à la police, Manuel l'emmène dans sa propriété, aux environs de Cuernavaca... Enfin, Valérie va rencontrer ce Norman Wiston... Mais un coup de théâtre imprévu se produit... Si Valérie ne s'était pas éprise de Manuel, pardonnerait-elle à Norman de l'avoir odieusement trompée ? C'est avec sa maîtrise habituelle, qu'Anne-Mariel nous conduit à travers ce Mexique inconnu et envoûtant, et nous fait découvrir cette passionnante énigme.

empty