• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « Nous croyons en Jésus-Christ. Rien ne nous empêchera de trouver en lui la force d'être de bons démocrates » : c'est en ces termes que s'expriment vers 1905 les affiches du Sillon, au lendemain d'une affaire Dreyfus qui avait vu la grande masse des catholiques faire chorus à la presse antidreyfusarde et aux ligues nationalistes. Le fondateur du Sillon, Marc Sangnier, s'impose comme une des grandes figures de notre histoire contemporaine : fils spirituel de Lamennais - mais resté jusqu'au bout fidèle à son Eglise - acharné à démontrer la compatibilité du catholicisme et de la démocratie, il s'impose à plusieurs générations de jeunes catholiques et force le respect de ses adversaires par ses qualités exceptionnelles d'orateur, de journaliste, d'organisateur, mais surtout par le rayonnement de son esprit franciscain. Ce qu'il avait entrepris au temps du Sillon : injecter dans la République radicale - mais peu socialiste - le sang neuf et conquérant d'une démocratie résolument sociale et résolument ouverte, fut arrêté net par la lettre encyclique de Pie X en 1910. Privé de ses troupes, Marc Sangnier n'en devait pas moins continuer inlassablement son combat qui le mena, après 1918, aux congrès internationaux pour la paix, à la création des auberges de jeunesse, au Front populaire, à la Résistance... Madeleine Barthélemy-Madaule retrace ici, en psychologue, en philosophe et en historienne, la vie brûlante de cet inébranlable croyant.

  • Les découvertes récentes de la biologie génétique ont suscité, de la part de leurs auteurs eux-mêmes, un certain type de réflexion philosophique. Les savants veulent en effet, comme a dit l'un d'entre eux, penser "leur discipline dans l'ensemble de la culture moderne", c'est-à-dire dégager de la pratique et de la théorie scientifiques des idées "humainement signifiantes". Les philosophes sont invités, par là même, à réfléchir sur la réflexion des savants, en tant que celle-ci n'est plus seulement l'expression d'une activité scientifique, mais son prolongement idéologique. Le philosophe ne peut et ne doit rien dire sur les admirables travaux des généticiens et des biochimistes actuels, mais il a droit à la parole en ce lieu d'équivoque où les concepts scientifiques se chargent d'une signification philosophique ; où les idéologies philosophiques sont convoquées au tribunal du savant ; où ce dernier développe sa propre philosophie ou sa propre éthique. Lorsque le savant fait oeuvre de philosophe, il ne peut se contenter d'extrapoler ; car alors il risque la même mésaventure qui guette le philosophe étendant à la biologie les méthodes et les idées philosophiques. Une morale de la connaissance scientifique respecte-t-elle la spécificité de la morale ? Répond-elle aux aspirations de l'homme contemporain ? Lui donne-t-elle des raisons de vivre, et le "goût de vivre" ? Un "socialisme" déduit d'une éthique de la connaissance, elle-même issue de la biologie, mérite-t-il bien son nom ? Il semble qu'on n'y retrouve ni les aspirations des hommes, ni le savoir des sciences humaines. Peut-on enfin déclarer la mort des idéologies si c'est en proposant une idéologie nouvelle : celle du hasard et de la nécessité ?

  • OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty