Les Pérégrines

  • « La course à pied, au sens large du terme, contient tout ce que lHistoire contient dhistoires : de lère paléolithique à nos jours, elle incarne le drame humain, ses passions, ses conquêtes, ses victoires et ses défaites.Dun point de vue sportif, la course est un enfant sauvage, un mauvais élève, parce quelle ne répond à aucune règle, ne retient aucune leçon : la course se pratique quand on veut, où lon veut, avec ou sans matériel, seul ou à plusieurs. Elle ne salourdit daucune contrainte ; elle incarne la liberté de lhomme à chercher, dans sa douleur, dans sa vitesse, dans ses capacités physiques, morales et psychologiques, la force davancer, même sil sagit de revenir au point de départ. Car en course, lorsquon part sans se poser de question, il arrive souvent que lon trouve une réponse sur sa lancée. »

    Passionnée de course à pied elle avale elle-même une quarantaine de kilomètres par semaine , Cécile Coulon est romancière. Elle a publié une dizaine de romans, dont récemment, chez Viviane Hamy, Le Cur du Pélican (2015) et Trois saisons dorage (2017?; Prix des Libraires). Elle prépare actuellement une thèse sur les liens entre sport et littérature. Son prochain roman paraîtra en août 2019, chez L'Iconoclaste.

empty