• Dans notre époque agitée, l'excitation, l'agitation, les troubles de l'attention et de la concentration sont des symptômes d'appel plus que fréquents, chez les enfants, mais également chez les adolescents et les adultes. Et les thérapeutes - les psychomotriciens entre autres - cherchent à répondre au mal être (voire aux désorganisations) des patients, mais aussi au malaise sociétal, par tous les moyens techniques : méditation, travail sensoriel, remédiation, hypnose, etc. La notion de détente ouvre le premier jalon de cette réflexion. Qu'est-ce que la détente ? Comment peut-elle s'installer dans le corps du bébé, de l'enfant, de l'adolescent, de l'adulte ? Quel est ce processus interne qui accompagne la construction psychocorporelle et qui permet la régulation tonico-émotionnelle ? Enfin, comment et pourquoi ce point d'appui important - ce régulateur interne qui permet de calmer l'angoisse et de contenir l'excitation - peut-il se perdre ou ne jamais se construire, entraînant troubles et symptômes somatiques et psychocorporels graves.

  • Le métier de psychomotricien est une profession de santé réglementée, reconnue par un diplôme d'état depuis 1974. Dans cet ouvrage très complet, Catherine Potel s'est attachée à la définir sous ses diverses formes, ses différents moyens d'action, sa diversité d'application et d'adaptation selon le contexte dans lequel elle s'exerce (du nourrisson prématuré aux personnes âgées, en passant par les secteurs médicaux les plus divers), ses évolutions aussi. L'auteur expose avec une grande clarté les bases d'une psychomotricité en mouvement, devenue un partenaire important dans l'arsenal des réponses thérapeutiques et préventives.

    Catherine POTEL est psychomotricienne et thérapeute en relaxation analytique (méthode Sapir). Elle est membre de l'AREFFS. Elle travaille actuellement au CMPP de l'OSE à Paris et en privé, à Sceaux. Elle est fondatrice et responsable de l'association Vivre l'eau. Elle enseigne à l'Institut supérieur de rééducation psychomotrice et à l'Institut de formation en psychomotricité Pitié-Salpétrière, université Pierre et Marie Curie. Elle a reçu le prix Sapir 2003.

    Dans cet ouvrage, elle a sollicité quelques confrères pour traiter certains aspects : ils sont tous engagés en tant que directeurs et enseignants dans des instituts de formation en psychomotricité (Bordeaux, Toulouse, Paris, Lille).

    Mise en vente le 16 septembre 2010

  • Psychomotricienne, l'auteur met à profit sa double expérience - avec des bébés et leurs parents et avec des enfants et adultes psychotiques - et sa pratique de formation et d'enseignante (Formation de psychomotricité université Pitié Salpétrière et ISRP ) pour dégager les points essentiels qui font de l'activité aquatique une médiation corporelle bonne pour la symbolisation, ouvrant sur une capacité à jouer en utilisant le corps comme "médiateur et enjeu relationnel entre deux psychés, et entre la psyché et le monde" (Piera Aulagnier). Mieux qu'une synthèse théorique, cet ouvrage témoigne d'un cheminement personnel et professionnel où ce qui est privilégié dans le contact avec l'eau n'est ni la pédagogie ni l'adaptation, mais l'appropriation subjective du corps. Catherine Potel est psychomotricienne, thérapeute en ambulatoire (CMPP et clientèle privée).

  • Les médiations thérapeutiques qui utilisent le corps comme vecteur d'expression sont-elles une bonne indication pour aider les adolescents qui vont mal ? A partir de son expérience clinique auprès d'adolescents en souffrance qui, par le biais de médiations telles que la danse, la psychomotricité ou la relaxation, ont trouvé des espaces thérapeutiques privilégiés, l'auteur élabore une réflexion approfondie sur les enjeux d'un travail thérapeutique à médiation corporelle. Un ouvrage théorico-clinique bienvenu sur un sujet encore peu exploré. Catherine Potel est psychomotricienne, thérapeute en ambulatoire (CMPP et pratique privée).

  •  

    Préface de Bernard Golse

    Devenir un sujet « humanisé » est l'enjeu profond de tout travail psychothérapique. Qui plus est quand celui-ci utilise la médiation du corps, dans l'objectif d'éprouver  son corps, de l'habiter, de se sentir vivant à l'intérieur de sa maison-corps.

    A travers sa clinique du bébé, de l'enfant et de l'adolescent, Catherine Potel interroge le travail du thérapeute qui écoute le corps de l'autre avec son corps, son regard, ses perceptions. Pour cela, elle développe la notion de contre-transfert corporel. Elle conceptualise ainsi le cheminement interne du thérapeute, qui se trouve souvent confronté au bruit et à la fureur, au chaos ou à l'opacité d'une motricité détournée de ses fonctions d'expression et de symbolisation, alors que la construction du sujet dans sa globalité est parasitée, perturbée, empêchée.

    Grâce à Jomo, Elise, Rose et les autres, elle montre à quel point l'écoute contre-transférentielle du corps des patients est un préalable à l'aide qu'on peut leur apporter pour la reprise de leur développement et leurs processus de subjectivation.

    Ce travail de mise en pensée du primitif permet au patient de trouver ou retrouver sa capacité de transformation des sensations en émotions, en sentiments, en pensées, en langage. Le propre de l'humain.

    Mise en vente le 28 mai 2015.

empty