• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Dans cent ans

    Charles Richet

    Quand le voyageur, arpentant la route poudreuse, atteint enfin une des premières étapes de sa course, il se retourne, et mesure de l'oeil avec une légitime satisfaction le chemin qu'il a parcouru. Mais parfois aussi, jetant un regard inquiet sur la route qui, à perte de vue, s'étend devant lui, il contemple cet espace inconnu qui sera sa route de demain, et compare la course qu'il a faite avec celle qui lui reste à faire.L'homme, ce voyageur, est moins sage.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le docteur L. Moutin nous offre un résumé intéressant du cas de la Villa Carmen dans son ouvrage (Le magnétisme humain, l'hypnotisme et le spiritualisme moderne - considérés aux points de vue théorique et pratique, 1920).
    « Les plus récentes matérialisations sont celles de la villa Carmen (Alger), propriété du général Noël. Les médiums étaient Mlle Marthe [Béraud, NdR], l'ex-fiancée du fils du général Noël, et Mme Ninon. G. Delanne, qui avait déjà publié dans la Revue scientifique et morale du spiritisme, les procès-verbaux qui lui avaient été adressés sur les phénomènes de la villa Carmen, fut invité par M. le général Noël à s'assurer par lui-même de la réalité des manifestations et matérialisations de l'Esprit Bien-Bôa [un brahmane hindou mort quelque 350 ans auparavant... NdE]. Pendant près de deux mois, il put étudier ces matérialisations et, plus tard, il assista à des séances en compagnie de M. Ch. Richet, l'illustre physiologiste bien connu. Dans la Revue qu'il dirige, G. Delanne énumère avec soin "les précautions qui on été prises pour éviter les causes d'erreur et les moyens employés pour s'assurer de l'existence positive du fantôme », signalons notamment l'exclusion du cocher du général Noël, nommé Areski, qui fut pris deux fois en flagrant délit de tentative de fraude. Nous ne parlerons ici que des séances auxquelles a assisté le professeur Ch. Richet, et qui ont éveillé quelque peu l'ironie de la presse profane. La première séance eut lieu le 13 août 1905 à 9 h 30 du soir. M. Richet était présent, Mme Ninon était le médium. On se sépara sans résultats. Les 18, 20 et 21 août, l'apparition se montra vêtue de longues draperies blanches, coiffée d'un turban, la figure pâle avec des moustaches et de la barbe. L'assistance se composait de M. Richet, M. G. Delanne, le général et Mme Noël, Mlle B... Mme B... Mme X.., les médiums étaient Mlle A... et Mme Ninon. Dans les séances qui suivirent, des photographies simultanées de l'esprit Bien-Bôa et des médiums furent obtenues à l'aide du magnésium chloraté. Certaines expériences prouvèrent que la matérialisation avait toutes les apparences de la vie ; elle marchait, respirait, parlait. D'autre part, M. Richet, dans le n° de mars des Annales psychiques, met en évidence ce que la campagne contre les matérialisations de la villa Carmen a eu de superficiel et d'inexact".
    Charles Richet qui se pencha avec rigueur et sérieux sur la cas de la Villa Carmen, est un savant de renom qui obtint en 1913 le prix Nobel de physiologie ou médecine pour sa découverte de l'anaphylaxie.

    Contenant : DE QUELQUES PHENOMENES DIT DE MATERIALISATION - ETUDES DES PHOTOGRAPHIES PRISE A LA VILLA CARMEN - DISCUSSION ET CONCLUSIONS - SUR LES PHOTOGRAPHIES ALGERIENNES DE M. CHARLES RICHET - A PROPOS DES RECENTES EXPERIENCES D'ALGER - LES SEANCES DE MATERIALISATION DE LA VILLA CARMEN - LES POLEMIQUES AU SUJET DES SEANCES DE LA VILLA CARMEN - EMILE LOWE, ARCHITECTE S.N - LA CONFERENCE DU DOCTEUR X... A PARIS

    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

  • L'homme stupide

    Charles Richet

    Comme Nietzche avant lui, qui ne sortira pas indemne de son expérience d'infirmier volontaire lors du conflit franco-allemand de 1870-71, Charles Richet en la qualité de médecin pendant la Grande guerre, ressortira plus que jamais meurtri par cette expérience.
    Il en découle une oeuvre singulière et passionnée. Une oeuvre révoltée et sincère à la fois.
    « Donc, ô lecteur, qui que tu sois, intellectuel ou artisan, ce livre va troubler, fût-ce pour un instant, la bonne opinion que tu as de toi-même. Il ébranlera cette conviction intime, que tu es sage, prudent, raisonnable. C'est peu agréable de s'entendre dire qu'on est stupide, et c'est plus désagréable encore d'en recevoir la démonstration. »

    Charles Richet obtint en 1913 le prix Nobel de physiologie ou médecine pour sa découverte de l'anaphylaxie.

    Format professionnel électronique © Ink Book édition.



  • To hit off the happy medium between over- and under-work is no easy task even to those who have the necessary knowledge, on the one hand, and the liberty to arrange their own scheme of occupation, on the other. But, for one person who is injured by doing too much, I quite believe with Dr. Wilkes that many may be found who are sustaining serious damage from not having enough mental stimulus. The listless vacuity in which so many of the well-to-do classes spend their lives, the want of any incentive to exertion, and the absence of any attempt at real thought which the wide-spread prevalence of ready-made opinions in our periodical literature directly encourages, must cause more or less degeneration of intellectual power. Under these conditions the brain gradually loses its healthy tone, and, although quite equal to the daily calls of a routine and uneventful existence, it is unable to withstand the strain of special sudden emergency, and, when a heavy load of work is unexpectedly thrown upon it in its unprepared state, then we see all the worst consequences of what may be called overwork develop themselves.

  • Mes premières expériences. - L'appréciation des individus par le toucher. - L'apparence d'une double vue. - Imitation des gestes à distance. - Attraction mentale. - Une lucidité simulée. - Un « esprit » qui devine la pensée. - La fantaisie inconsciente. - Le regard et la volonté. - Vicomte de Caston. - La prestidigitation et la psychologie. - Le milieu psychique. - Suggestion et l'habitude. - Donato. - Une paysanne de Zakopane. - Interprétation erronée.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Dans tous les actes de sa vie, l'homme doit apporter un esprit de méthode sans lequel le but qu'il poursuit ne saurait être atteint. Cela est vrai, qu'il s'agisse des choses matérielles ou immatérielles. De môme qu'il sera impossible au boulanger de faire du pain, s'il n'a ni pétri sa pâte, ni chauffé son four, de même l'homme qui tendra vers une vie morale, ne pourra réussir qu'autant qu'il aura su acquérir les diverses qualités, dont l'ensemble fait qu'on peut dire de celui qui les possède : « C'est un homme d'une vie morale irréprochable.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty