Littérature générale

  • Ce que tous les usagers de la route, tous les responsables, tous les parents, doivent savoir pour leur sécurité, celle des leurs, et celle des autres. Un livre qui répond à toutes les interrogations, mais qui pose, surtout, une question morale grave à notre société. Celle-ci peut-elle encore tolérer longtemps que, chaque année, plus de 12000 Français soient tués et 350000 blessés sur la route ?

  • Comme le constate Airparif chaque année, tous les polluants de l'air de Paris sont en très nette diminution. Certains, comme le dioxyde de soufre, le plomb ou le monoxyde de carbone ont même totalement disparu. Le bilan 2017 d'Airparif précise même que «  les concentrations des particules fines les plus dangereuses, les fumées noires, ont été divisées par 20 depuis le milieu du siècle dernier, du fait des progrès considérables des industries, des immeubles et des véhicules  ». S'il fallait d'ailleurs une preuve de leur disparition presque totale, elle serait apportée par la blancheur de Notre Dame, plus de vingt ans après son dernier ravalement.
    Pourtant, c'est au prétexte de la lutte contre une pollution devenue quasi-imaginaire que la Mairie de Paris paralyse la capitale par une politique qui ignore les besoins des Parisiens et des Franciliens.
    C'est cette politique néfaste que dénonce l'auteur.  Mais aussi les stratagèmes, mensonges et forfaitures que mettent en oeuvre les services officiels de l'environnement non seulement pour cacher aux Français  que l'air des principales grandes villes de France est désormais pur mais surtout pour leur faire croire que la pollution s'accroît.

  • L'écologie est affaire trop sérieuse pour être laissée aux écologistes. Ils se trompent et nous trompent. Avec six tonnes de rejet par habitant contre le double dans les autres pays développés ou même en Chine, la France donne déjà l'exemple au reste de la planète. Si les autres étaient aussi vertueux que nous, la pollution serait un problème en voie d'être réglé. Pourquoi donc dépenser chaque année des dizaines de milliards d'euros pour tenter de réduire nos émissions, puisque celles-ci ne représentent guère plus de 1% des émissions de la planète, soit moins que l'accroissement annuel de la Chine, qui met en service chaque semaine une centrale à charbon de grande puissance ? Pourquoi couvrir notre pays d'éoliennes qui produisent du courant quand nous n'en avons pas besoin ? Pourquoi subventionner sans fin la production de biocarburants qui ne peuvent être que marginaux ? Pourquoi bloquer la circulation dans nos villes sous le prétexte de sauver la planète ?
    Christian Gérondeau pose les questions qui fâchent : allons-nous continuer longtemps à céder au terrorisme intellectuel et au règne sans partage du « politiquement correct » qui sévit dès qu'il s'agit d'écologie ?
    « Au-delà de la polémique, somme toute décapante, l'intérêt de ce réquisitoire tient au savoir encyclopédique de l'auteur prenant à contre-pied les solutions préconisées par les environnementalistes. »Josseline Abonneau, Le Figaro.

empty