• L'entrevue de Badajoz : Près de la frontière du Portugal, dans la chaleur de l'Estrémadure. Un général noble, cacique du régime franquiste, retrouve, après une longue séparation, son fils bohème et homosexuel, qui vient de faire la révolution des OEillets. Tout les sépare. La partie d'échecs peut commencer. Maille à partir : Une célèbre journaliste tient le "coup" de l'année : une rencontre l' "Homme au pull-over rouge" de la célèbre affaire judiciaire. Il parle, révèle tout. Elle note. Mais qui est-il vraiment ? Un hommage cynique et décalé au genre Théâtre du Grand-Guignol.

  • Aux frontières politiques et administratives se superposent parfois, et s'ajoutent souvent, des limites culturelles, apparemment vagabondes, qui fragmentent l'espace. Techniques culturales, spécialités fromagères, costumes folkloriques, types architecturaux, systèmes familiaux, langues et dialectes, allégeances religieuses, etc., dessinent un paysage complexe d'usages dont les aires d'extension coïncident rarement. Façonnées par les grands et les petits mouvements de l'histoire, ces limites sont des sites privilégiés pour l'investigation ethnologique. Comment se sont-elles construites et déplacées à travers le temps ? A quoi rime leur extension ? Quelles caractéristiques révèlent-elles des sociétés qu'elles partagent ? Comment sont-elles perçues et vécues par ceux qui les côtoient ? À travers plusieurs études de cas (en France mais aussi en Italie, en Slovénie, en Irlande du Nord) et à différentes échelles (des grandes divisions culturelles au sein de l'espace national aux césures entre « pays » et entre quartiers urbains), ce livre examine les processus de fragmentation de l'espace qui peuvent se traduire par des coupures anodines, d'intenses contacts ou des fractures dramatiques. Aux sites frontaliers, qui ouvrent le champ des possibles échanges, s'opposent ainsi les sites frontières, traversés par une ligne de démarcation.

  • Chaos d'un nouveau genre, récit-roman, où incantation, introspection, poésie, dramaturgie et dévoilement impitoyable alternent avec le réquisitoire déchirant d'un homme trahi et trompé qui refuse le traitement ordinaire - l'oubli et le mépris ; cette écriture corrosive attaque les évidences et les lâchetés, s'infiltre, empoisonne et contrepoisonne, dérange les torpeurs, exhume les cadavres mal-tués. Incendie. Sauve qui elle peut.

  • Vichy, été 1940. En pleine apothéose de la Révolution nationale, Marthe, intime de la Maréchale Pétain, et intégrée à dessein à ce mouvement politique, cherche à accomplir sa vengeance. Habile, indétectable, elle s'apprête à frapper. Franchira-t-elle le pas ? Aura-t-elle le courage de s'élever, apparemment seule, contre cette grande tragie-comédie qu'est Vichy ? Une pièce haletante.

  • "Procès en poésie". A l'époque moderne, dans un pays imaginaire proche, la poésie est en passe d'être interdite. Un poète vient se défendre devant un tribunal. Face à une dame-juge, il tente l'impossible : émouvoir.
    "Divorcer tue". Dans les coulisses d'un théâtre, une célèbre chanteuse s'apprête à entrer en scène pour un dernier tour de chant. Un homme s'introduit dans sa loge. C'est son amant. Il lui avoue qu'il vient de tuer sa femme. "Qu'avez-vous fait du corps ?" s'enquiert-elle. Commence alors un hallucinant monologue à deux où chacun exhibe ses blessures "au combat" : le divorce tue.

empty