Albin Michel

  • Le grand large

    Christiane Rancé

    Que ce soit pour de grands reportages qui témoignaient des drames ou des magnificences de ce monde, pour ses biographies (Tolstoï, Simone Weil, le pape François, Thérèse d'Avila...) ou par culture familiale, Christiane Rancé a beaucoup voyagé. C'est justement ce goût de l'ailleurs qu'elle interroge dans ce livre. S'agit-il d'une quête de ce « vrai lieu » propre à chacun, comme le lui avait appris, dès ses lectures adolescentes, le poète Yves Bonnefoy ?  Au fil de récits de voyages vécus comme une expérience intime - sur un cargo de marchandises, en Argentine ou à la poursuite des baleines - Christiane Rancé nous invite à nous interroger sur ce que pourrait être notre « authentique séjour terrestre » selon l'expression de Mallarmé, dont nous éprouvons tous le désir, voire la nostalgie. On vibre aux souvenirs d'enfance qui viennent s'inviter dans ces pérégrinations, on pleure les jeunes disparus argentins victimes de la dictature, on se passionne pour la véritable enquête sur les sources du Moby Dick de Melville... et pourtant, au coeur même de cette recherche du « grand large », le temps comme l'espace se retrouvent comme suspendus, emportés dans la trame de cette écriture rare qui touche à l'essentiel.

  • Thérèse d'Avila n'est pas une sainte comme les autres : première femme proclamée docteur de l'Eglise, elle est aussi paradoxalement une référence pour Verlaine, Marguerite Yourcenar, Cioran ou Simone de Beauvoir, parmi tant d'autres. Quel est donc le secret de cette figure qui a autant fasciné que dérangé ses contemporains, et qui aujourd'hui encore attire et interroge croyants et incroyants ? Christiane Rancé, romancière, essayiste et biographe, est partie à la rencontre de la plus énigmatique aventurière de Dieu.
    Cette évocation flamboyante et passionnée mobilise toute l'érudition de l'auteur sur l'Espagne éternelle, ce pays « où les mystiques tiennent lieu de philosophes et où la poésie nourrit la théologie ». Outre l'incroyable parcours d'une femme d'exception partie à la conquête d'elle-même et du Ciel, Christiane Rancé nous introduit à l'histoire du Siècle d'or, celui de l'Inquisition, des immenses richesses venues d'Amérique, et d'une exaltation religieuse mêlée d'obscurantisme. Elle nous donne à voir les paysages de Castille et d'Andalousie, nous fait toucher la poussière des chemins empruntés par la sainte itinérante, et sentir l'énergie volcanique déployée par Thérèse. Ce livre brûlant est à l'image de son sujet : à la fois incarné et céleste.

  • « Voici des méditations écrites avec le désir de célébrer la vive beauté du monde, là, toujours à la portée de nos regards et de notre enthousiasme, et de la remettre en pleine lumière, tandis que notre connivence avec la mort concourt à l'éclipser et la trahir. Il est question de faire le seul pari qui vaille, celui de l'avenir et de la vie. Celui de l'amour sans quoi rien ne s'accomplit. »
    Romancière et essayiste, Christiane Rancé a notamment publié des biographies de Jésus, Léon Tolstoï, Simone Weil, et La Passion de Thérèse d'Avila chez Albin Michel, prix de l'essai de l'Académie française en 2015. Après Prenez-moi tout, mais laissez-moi l'extase (Seuil, 2013), qui avait reçu le Grand Prix des écrivains croyants et le prix Panorama/La Procure, elle nous livre ici ses carnets d'une grande intensité spirituelle et littéraire.

  • Qui est le pape François ? Est-il de gauche ou de droite ? Progressiste ou conservateur ? Est-il venu pour détruire le Temple, ou pour révolutionner la doctrine ? On a dit tout, et son contraire, sur ce pape qui tweete, qui sort la nuit dans les rues de Rome et qui conspue les évêques.
    Dans ce livre écrit avec ferveur et lucidité, Christiane Rancé donne à lire le roman vrai d'un destin exceptionnel, celui d'un fils d'immigré italien, né en Argentine, devenu pape le 13 mars 2013. Depuis Buenos Aires, qu'elle connaît intimement, elle a suivi les pas du père Bergoglio : jésuite pendant les années noires de la dictature, évêque lors du krach financier de 2001, cardinal opposé à la corruption et à l'ultralibéralisme, papabile confronté à la calomnie. Cette enquête riche en révélations, menée de Buenos Aires à Rome, éclaire la formidable révolution de la première année du Pontificat et le charisme de cet homme de Dieu qui n'a pas peur. Voici, en son entier, le portrait d'un pape qui parle couramment la langue de Jésus, qui croit au Diable, à la Sainte Vierge, et en un avenir encore possible pour l'humanité.

  • Allègre et profond, Lucien Jerphagnon, philosophe et historien, alterne souvenirs, anecdotes, réflexions piquantes ou sérieuses, dans le récit d'un étonnant parcours, qui l'a mené de Jankélévitch à saint Augustin. Le livre d'un sage qui, tels les anges loués par Chesterton, ne vole pas parce qu'il se prend à la légère.
    «Depuis les origines jusqu'à nos jours, la vocation première de la philosophie a toujours été de promouvoir en l'homme la conscience de lui-même et du monde, afin de réaliser, en lui et autour de lui, ce que les Grecs appelaient eudaimonia et les Romains beata vita, autrement dit une vie harmonieuse parce que conforme à sa destinée, et heureuse parce qu'harmonieuse... »

empty