• Les migrations ont évolué, elles concernent aujourd'hui de nombreuses femmes jeunes qui deviennent mères en exil de façon très périlleuse.  Les conditions d'accueil en France s'étant durcies, les vulnérabilités se cumulent et se potentialisent, engendrant la précarité, l'exclusion, voire la violence.

    Les femmes exilées n'ont pas de « pathologies » particulières, mais elles expriment leurs souffrances de façon parfois singulière. Le travail psychique de la grossesse et de l'enfantement peut être entravé, bouleversé par la solitude, le traumatisme, et les conditions de vie.

    Avec des références ethnopsychiatriques et des concepts pluriels (médicaux, psychologiques, anthropologiques, philosophiques), les auteures rendent compte d'une expérience clinique innovante auprès de femmes qui enfantent en exil. A l'articulation du psychique, du culturel et du politique, elles nous livrent une réflexion profonde et sensible sur les conditions nécessaires pour accueillir et écouter ici les souffrances de ces mères venues d'ailleurs.

  • Cette enquête anthropologique, réalisée à l'hôpital de Toamasina, se déroule dans le service de médecine et s'attarde sur les histoires de malades et leurs itinéraires, les relations soignants-soignés et l'exercice médical souvent mis au défi. L'auteur, médecin et anthropologue, découvre la violence du quotidien et tente d'en donner une compréhension qui ouvre sur les relations sociales et les conflits d'identité professionnels qui existent à l'hôpital et le débordent.

empty