Langue française

  • Le commissaire Texier n'apprécie pas de se réveiller chaque jour avec un nouveau cadavre mutilé sur les bras. Pour compliquer le tout, l'assassin signe ses crimes en laissant une carte du Tarot de Marseille sur le corps de ses victimes. L'enquête s'avère difficile. L'aide d'un spécialiste en psychologie criminelle et d'un brillant détective sera la bienvenue.

  • La mort d'Émilien Despré plonge le célèbre criminologue, Martin Dulac dans les affres de la douleur et du doute. Douleur d'avoir perdu un ami cher, doute quant aux circonstances du décès. D'autant que le défunt a laissé une lettre dans laquelle il prétend avoir été assassiné. Mais lequel des invités d'Émilien Despré pouvait souhaiter sa mort ? Christophe Bérard, séducteur impénitent, le couple désuni formé par Marie et Jean-Luc Chetaille, le taciturne Bruno Quinet ou la discrète Joan Godoy ? N'est-il pas étrange qu'ils se retrouvent tous là après une rupture de dix-huit années ? Pourquoi sont-ils venus ? Par affection, certainement pas. Alors par curiosité, par cupidité ou par peur ? Ni empreintes, ni cendres de cigarettes tombées opportunément, ni même quelque malheureux objet oublié par un criminel peu consciencieux. Rien de tout ce qui aide habituellement le détective dans sa quête de vérité. Les indices sont ici d'une tout autre nature : des phrases énigmatiques laissées comme autant de pistes dans la missive du défunt « Ma mort me rendra immortel... Attachez-vous à la forme... L'assassin est dans la Papesse... » Délires paranoïaques ou messages kabbalistiques ? La solution pourrait bien être dans ces mots, tout entière contenue dans la lettre d'Émilien. À condition de savoir la déchiffrer. Aidé de son comparse, le talentueux et exubérant Achille, Martin, au terme d'une originale et minutieuse enquête, parviendra à dénouer les fils de l'intrigue, en levant le voile de la Papesse.

  • Là où le feu et l'ours est l'histoire de la rencontre entre une jeune femme et un ourson que l'on suit dans une steppe traversée d'incendies, puis dans une oasis où se pratiquent d'autres manières de vivre.Ce texte empreint d'imaginaire, romanesque et intemporel, se teinte en filigrane de thématiques actuelles liées au climat, à la gestion des communs et au rapport au vivant - sans sombrer dans le didactisme.Là où le feu et l'ours est un texte empli de sensations et d'émotions, qui emporte loin et déploie un univers singulier, attachant et extrêmement vivant. Une fiction qui, sans être naïve, dégage beaucoup de douceur, loin des violences que l'on retrouve trop souvent dans certains romans jeunesse et récits dits « post-apocalyptiques ».

    Corinne Morel Darleux est l'autrice de Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce.

  • Il y a cinquante ans, en mars 1969, alors sur le point de gagner une course en solitaire, le navigateur Bernard Moitessier choisissait de ne pas franchir la ligne d'arrivée et de fuir le consumérisme. Dans cet essai philosophique et littéraire rédigé à la première personne et empreint de doute salutaire, Corinne Morel Darleux questionne notre quotidien en convoquant les lucioles de Pasolini ou Les Racines du cielde Romain Gary et propose un choix radical : refuser de parvenir et restaurer la dignité du présent pour endiguer le naufrage généralisé.

    Élue dans la Drôme, militante écosocialiste, chroniqueuse pour Reporterre, Corinne Morel Darleux suit depuis dix ans les questions climatiques et de défense des écosystèmes.

empty