Dupuis

  • Sur le siège arrière de la vieille Pontiac, Shirley Muir avait donné les preuves qu'il fallait à Arthur J. Druey. Le problème, c'est qu'elle n'avait pas agi différemment avec Ian Fraschetti. Shirley comme un enjeu d'amour. C'était la veille de leur départ pour le Viêt-nam. Les têtes de mort joyeusement peintes sur le drapeau national n'avaient pas empêché l'incorporation des deux amis. Quinze ans et quelques cauchemars plus tard, Ian et Art retrouvent Shirley en Italie. Volare... ôôôô... cantare à pleins poumons. Mais le trio est devenu quatuor. Keo, parmi les boat people fuyant les Khmers rouge sang, ne jure que par les États-Unis. L'Italie n'est qu'un transit. Keo a plongé ses grands yeux rieurs dans l'âme des deux hommes. Ils ne peuvent plus s'échapper. Keo comme un enjeu d'enfant.

  • Un jeune anglais, habitant en Inde dans les années soixante, fugue pour échapper aux écoles de la lointaine et pluvieuse Albion et à leur porridge. En accompagnant clandestinement le chauffeur tibétain de la famille Cardboard, il va croiser la route du Yeti, et finir recueilli dans un monastère tibétain. Hors des livres scolaires, il va apprendre l'amitié avec Chogyam et Namgyal et découvrir une toute autre philosophie de la vie.
    Mais l'insatiable curiosité de "Porridge" va l'amener face à Lhal, une jeune fille gardienne du Bouddha d'Azur, bouddha mythique qui n'est apparu que de rares fois dans l'histoire humaine.
    Aux portes du monastère, la rumeur du monde ne va pas tarder à se faire entendre. En 1962, la Chine est en train d'envahir le Tibet.Cosey repart sur les pentes de l'Himalaya avec son jeune héros. À ses côtés, il retrouve la candeur, la curiosité, la fraîcheur des Jonathan ou de À la recherche de Peter Pan. Cosey décrit avec beaucoup de tendresse le passage d'un homme de l'adolescence à la vie adulte. À bien des égards, Le Bouddha d'Azur constitue un pendant au diptyque de Peter Pan réalisé par Cosey voilà vingt ans. Hymne à l'amitié et à l'amour autant qu'hymne à la montagne, souveraine, puissante, créatrice.

  • Gifford et Lhal étaient à peine adolescents quand ils se sont rencontrés dans une lamasserie tibétaine.
    Gifford était un jeune anglais fugueur, échappé d'une "public school" anglaise. Lhal était la cinquième réincarnation d'une mystique tibétaine, gardienne d'un fabuleux trésor, le Bouddha d'Azur, un Bouddha géant en or pur. Quelques regards avaient suffi. Leur amour fut aussi immédiat qu'impossible. Car l'attaque du monastère par les troupes chinoises communistes les sépara aussitôt. Les autorités chinoises préparèrent alors l'avènement d'une fausse Lhal à même de servir leurs desseins.
    Nous sommes en 1976. Depuis treize ans, Gifford tente inlassablement de retrouver la trace de celle qu'il aime. Son destin est prêt de s'accomplir...
    L'invitation au voyage est parfaite : Cosey mêle comme personne l'amour et la grande aventure, la quête de soi et la découverte de cette civilisation tibétaine qu'il aime tant, le récit initiatique et une incroyable chasse au trésor. Dans ce long album de 72 pages, Bernard Cosey conclut en beauté "sa" quête du Bouddha d'Azur.

  • Après Kate et Le Voyage en Italie, Cosey le romantique est de retour !Et si... Si vous retrouviez un amour de jeunesse qui ne vous reconnaît pas ? Si vous rencontriez celui que vous avez toujours idéalisé ? Si, un beau jour, vous partiez sur les traces d'un amour perdu que vous n'avez jamais connu ? Et si vous retrouviez au détour d'un virage les furtives émotions de votre adolescence ? D'une maison de Frank Lloyd Wright à une île hors du temps, d'un petit village sous la neige à un lac cristallin, abandonnez-vous au charme des nouvelles pages de Cosey. Ce merveilleux conteur allie le verbe et l'image pour mieux vous faire palpiter au rythme de ces quatre histoires. Quatre histoires fragiles comme l'instant, belles comme l'amour.La symphonie des émotionsUne maison de Frank Lloyd Wright, Une petite tulipe rose, Only love can break a heart, Sur l'île. Quatre histoires courtes. Quatre histoires d'amour. Quatre variations sur un même thème, autant de mouvements pour cette symphonie magistrale où dominent les élans du coeur et la force de l'émotion.

  • Le hasard, c'est HomerDans la maison de ses vacances enfantines, enfouie sous la neige, au coeur de ses souvenirs, il regarde à la télévision le reportage auquel il a participé : son retour, vingt ans après, sur les lieux de la guerre, sa fraternisation avec l'ennemi d'hier, sa tentative d'exorcisme qu'il renouvelle en cette veille du premier de l'an.
    Felicity a treize ans, peut-être onze. Un soir de réveillon, pour tromper son ennui, et sa solitude momentanée, elle téléphone au hasard. Le hasard, c'est Homer. La gamine effrontée, dont la réflexion est d'une richesse étonnante, force peu à peu la solitude d'Homer.

empty