Fayard

  • La fin du courage

    Cynthia Fleury

    • Fayard
    • 3 Mars 2010

    Chaque époque affronte, à un moment de son histoire, son seuil mélancolique. De même, chaque individu connaît cette phase d´épuisement et d´érosion de soi.
    Cette épreuve est celle de la fin du courage. Comment convertir le découragement en reconquête de l´avenir ? Notre époque est celle de l´instrumentalisation et de la disparition du courage. Mais ni les démocraties ni les individus ne peuvent en rester à ce constat d´impuissance. Nul ne résiste à cet avilissement moral et politique. Il s´agit de surmonter ce désarroi et de retrouver le ressort du courage, pour soi, pour nos dirigeants si souvent contre-exemplaires, pour nos sociétés livrées à une impitoyable guerre économique. Le plus sûr moyen de s´opposer à l´entropie démocratique reste l´éthique du courage et sa refondation comme vertu démocratique.
    Dans cet essai enlevé, Cynthia Fleury rappelle qu´il n´y a pas de courage politique sans courage moral et montre avec brio comment la philosophie permet de fonder une théorie du courage qui articule l´individuel et le collectif. Car si l´homme courageux est toujours solitaire, l´éthique collective du courage est seule durable.
    Cynthia Fleury, philosophe, professeur à l´American University of Paris, travaille sur les outils de la régulation démocratique.

  • Notre monde est fini et nous en faisons partie. La biodiversité et l´humanité ont leurs destins intimement liés, tant la protection de la première ne va pas sans la protection des relations sociales qui tissent la seconde. Il est urgent de redéfinir les relations des différents acteurs de la biodiversité pour réconcilier biodiversité et société.
    Aujourd´hui, les relations entre biodiversité et société sont formalisées à toutes les échelles, de la gouvernance mondiale (conférences de Copenhague, de Nagoya...) aux stratégies des entreprises : ce lien unit les acteurs politiques, sociaux et économiques pour parler du monde naturel qui nous entoure et avec lequel nous interagissons sans cesse. Mais, historiquement, ce sont les associations de protection de la nature qui se sont souciées les premières de la biodiversité et de la nécessité impérieuse d´alerter l´opinion. Comment peuvent-elles aujourd´hui dépasser leur statut de dissidence et intégrer certains processus de gouvernance ? Plus généralement, comment fonder un pacte social qui lie les citoyens avec la nécessaire protection et gestion de la nature ?
    Ce sont les questions auxquelles répond cet ouvrage collectif, qui réunit les meilleurs chercheurs dans toutes les disciplines liées à ce sujet.

empty