• Oksana aime le luxe. Dans les boutiques de mode, elle essaie et achète de beaux vêtements qu'elle ne porte pas, sinon très exceptionnellement. Elle est bien connue des chics enseignes de Genève, surtout du Bongénie qui lui stocke ses achats dans ses remises depuis des années. Dans ce magasin, elle rencontre Jean, un nouveau vendeur qui lui fait changer de style et auquel elle va se lier d'amitié aux dépens de Kate, la chef de département. Le Bongénie programme d'importants travaux de rénovation de ses sous-sols qui l'obligent à vider ses remises, Kate demande à Oksana de récupérer son stock de vêtements. Dans son élégante addiction, sur fond de gestion de fortunes, de défilés de mode et de galas de bienfaisance, Oksana va vite retrouver ses fragilités et se heurter aux failles de son histoire.

  • À la recherche de Line, j'ai rencontré Olga. La première est un doux personnage de mon enfance, la seconde est l'épouse de Lucien mon père. Leurs vies ont croisé celles de Suzanne ma mère et de Louise ma grand-mère paternelle. Ce récit, en partie autobiographique, associe souvenirs et fiction pour mettre en scène les destinées entrecoupées, principalement des décennies 1930 à 1960 à Paris et en Normandie, de ces quatre femmes qui ont singulièrement marqué mon enfance. Elles ont en commun d'avoir été courageuses, indépendantes, d'avoir aimé Lucien, chacune depuis sa place et d'avoir dû se débrouiller avec la vie et s'arranger avec la mort.
    Grâce à un évènement inopiné dans ma vie d'adulte à Paris en 1995, j'ai retrouvé Olga dont les confidences au crépuscule de sa vie m'ont dévoilé l'autre version de l'histoire familiale.

empty