• L'Europe n'est pas un rêve dépassé au bilan décevant. Non, elle n'est pas déclassée par le glissement des pouvoirs vers une Asie toute-puissante. Elle reste la plus grande aventure pacifique et démocratique de l'Histoire. Réussir à faire cohabiter plus de 500 millions d'individus divisés par d'innombrables contentieux, avec 27 nationalités différentes et parlant plus d'une vingtaine de langues, et ce depuis soixante ans, n'est pas une réussite négligeable. Mais comment cela est-il possible ?

    C'est que les membres de l'UE persévèrent dans le dialogue, malgré les contentieux, les désaccords et les tensions, grâce à ce que Dominique Wolton nomme l'« incommunication ». Et c'est bien là que réside toute sa force, et son avenir.

    Directeur de recherche au CNRS en sciences de la communication, fervent défenseur de la démocratie, Dominique Wolton est l'un des plus grands spécialistes français des médias, de l'espace public et de la communication publique. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages remarqués, notamment Communiquer, c'est vivre (entretiens avec Arnaud Benedetti, Le Cherche-midi, 2016) et Politique et société, rencontres avec le Pape François (L'Observatoire, 2017).

  • Peuple, populaire, populisme : trois termes au coeur de multiples tensions. Tantôt les politiques se réclament du « peuple » pour légitimer leur action, tantôt les « élites » disqualifient les productions et les usages « populaires ». Quant au populisme, il est unanimement dénoncé. De Rousseau à Le Pen, le peuple est à la fois au coeur du débat politique, et méprisé. Les formes populaires de la culture sont aussi stigmatisées puis célébrées. Cet ouvrage est donc indispensable pour définir clairement des termes très marqués idéologiquement, tout en gardant une grande variété de points de vue.

  • Les journalistes font-ils le jeu des terroristes ? Que des bombes éclatent à Paris, qu'un Boeing soit détourné sur Beyrouth, et la presse est montrée du doigt. La recherche du sensationnel et la surenchère que se livrent les media feraient des journalistes des pousse-au-crime, des complices objectifs plutôt que des témoins impartiaux. Dans leur livre fouillé et nuancé, deux sociologues, Michel Wieviorka et Dominique Wolton, passent cette thèse au crible et s'interrogent sur la nature cachée du terrorisme. Leur conclusion, fruit de mois de recherches et de confrontations avec des journalistes, n'absout pas ceux-ci de tous les péchés. Elle montre néanmoins les dangers d'une éventuelle censure. Museler la presse, ce serait miner la démocratie et faire le jeu des terroristes, à coup sûr cette fois.

  • Entre droite et gauche, traditionalistes et modernistes, la bataille fait rage autour de la libération sexuelle. Pour ses détracteurs, elle signifie licence et anarchie. Or, en réalité, un nouvel encadrement scientifico-social se substitue aux anciennes régulations morales et religieuses. Ce nouvel ordre repose sur quatre pouvoirs : médecins, travailleurs sociaux, formateurs et laboratoires pharmaceutiques. Il tend à une « orthopédisation générale » infiniment plus contraignante que l'ordre ancien. La solution n'est pas dans une illusoire privatisation de la sexualité, car on n'échappe pas à sa socialisation. Mais la contestation lucide de cette extension du contrôle social peut en limiter les ravages et s'articuler sur les autres luttes.

  • Le terme « sociétés de la connaissance » est apparu dans les années 1990. Il caractérise une période où chaque pays, à son rythme, voit le savoir, l'information et la communication prendre une place centrale. Parler des fractures et des évolutions et non de révolution, c'est souligner la force des changements sociaux en cours, des rapports de force et des inégalités qui en découlent. Ce livre envisage le rôle des interactions entre technologies de la communication et mondialisation du savoir. À ce titre, il met en garde contre toute vision trop idéaliste d'une société de la connaissance et propose au lecteur un panorama de la richesse et des enjeux de ce mouvement en marche.

  • LE 1ER LIVRE DU PAPE FRANÇOIS SUR SA VISION DE LA POLITIQUE ET DE LA SOCIÉTÉ

    Pendant un an, le pape François a accordé douze entretiens à l'intellectuel français Dominique Wolton. Fruit de ces rencontres humaines et chaleureuses, ce dialogue exceptionnel et inédit aborde en toute liberté les grands sujets de notre temps et de l'existence humaine : la paix et la guerre, la politique et les religions, la mondialisation et la diversité culturelle, les fondamentalismes et la laïcité, l'Europe et les migrants, l'écologie, les inégalités dans le monde, l'oecuménisme et le dialogue interreligieux, l'individu, la famille, l'altérité, le temps, la confiance et la joie.

    Sans conformisme ni langue de bois, ce livre illustre la vision du pape pour l'Église et la société : abattre les murs et construire des ponts.

  • Un essai décapant sur les jeux de pouvoir. Intellectuel original, Dominique Wolton popularise à la fin des années 1980 la pensée de Raymond Aron dans une époque encore dominée par la figure sartrienne et les grands maitres à penser de la gauche. Chercheur anticonformiste, il fait entrer la communication comme objet d'études au sein du très sérieux et académique CNRS. À contre-courant des critiques sur les médias de masse, il réévalue le rôle de la télévision. Sociologue des grands mouvements d'émancipation nés autour de 68, il n'hésite pas à se confronter au religieux dans des entretiens avec Monseigneur Lustiger qui connaitront un grand succès de librairie. Au moment de la montée en puissance des chaines tout-info et d'Internet, il est l'un des tout premiers à porter un regard critique, singulièrement incisif, sur ces deux innovations qui à l'époque fascinent médias, décideurs et intellectuels. Cet art du contre-pied, Dominique Wolton le pratique avec une constance jamais démentie et une jubilation certaine depuis son entrée dans le champ intellectuel et médiatique. Tout à la fois chercheur, vulgarisateur, commentateur et conseiller des princes, il démonte les conformismes, interroge le prêt-à-penser, moque les postures et décrit dans une langue qui est tout sauf de bois les travers de la petite scène médiatique à laquelle s'adonnent intellectuels et politiques. Ici expérience humaine et analyse ne cessent de se croiser et de s'interpeller pour offrir le tableau souvent saisissant de quarante années de vie publique à la croisée des univers de la pensée, de l'action et de l'information dans un monde en désordre que la comédie humaine ne parvient plus à saisir... À rebours des idées reçues, dans cet essai décapant sur les jeux de pouvoir, les relations ambivalentes des médias et du politique, le renoncement des intellectuels à leur rôle critique ainsi que quelques portraits étonnants de quelques unes des grandes figures de la République des lettres, de la presse, des élus et des sciences, Dominique Wolton, spécialiste internationalement reconnu des médias et de la communication, revient sur ses années d'apprentissage, son parcours, ses travaux et ses rencontres.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty