• Mes chats

    Evelyne Dress

    • Glyphe
    • 26 Janvier 2021

    Le meilleur ami du chat, c'est l'écrivain, on le sait. Evelyne Dress n'échappe pas à la tradition et nous dévoile quelques anecdotes savoureuses sur ses rencontres félines. Ces êtres silencieux, tantôt émouvants et sages, ­tantôt profonds et rebelles, m'ont aidée à panser mes blessures secrètes. Ils méritaient bien que je leur consacre quelques lignes. - Préface de Laetitia Barlerin.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Évelyne Dress est une actrice incontournable du cinéma français, du théâtre et de la télévision. Elle est aussi écrivaine??: Mes chats est son sixième ouvrage, après Pas d'amour sans amour, adapté du film qu'elle a réalisé, Les Chemins de  Garwolin, Les Tournesols de Jérusalem...

  • Les chemins de Garwolin

    Evelyne Dress

    • Glyphe
    • 10 Octobre 2016

    Un voyage dans le passé qui bouleverse le présent... Après le décès de son père, Sylvia Gutmanster se lance à vélo dans un pèlerinage à travers la Pologne, sur les traces d'une enfance qu'elle veut ranimer. Mais ce qui est demeuré invisible doit peut-être le rester. Pour elle, le passé revient et se mêle au présent. Les personnages d'autrefois, réels ou mythiques, lui répondent comme dans un jeu de miroir. Au terme de ce voyage, la voix intérieure, qui hante Sylvia depuis toujours, trouvera-t-elle enfin la paix ? Découvrez dès à présent le dernier roman d'Evelyne Dress et laissez-vous emporter dans le flot des souvenirs ! EXTRAIT Parce que j'avais voulu croire que mon père serait toujours à mes côtés, je ne l'avais jamais questionné sur sa vie. Maintenant qu'il m'avait quittée, je m'apercevais que je ne savais presque rien de lui, à part qu'il était né à Garwolin, district de Lublin, à une soixantaine de kilomètres de Varsovie. À la rédaction du journal, tout le monde m'avait prévenue : « Si tu veux retrouver ta parenté, tu ferais mieux de demander de l'aide à un généalogiste. » Je l'avais fait. Je m'étais adressée à l'un des plus réputés de la capitale, mais la mairie de Garwolin lui ayant répondu qu'elle n'avait trouvé aucune trace de la famille Gutmanster dans son district, il avait renoncé. Son manque de combativité m'avait forcée à partir moi-même à l'assaut de ma généalogie et, du même coup, à abandonner mon poste, avec le risque qu'un autre s'en empare. La télévision est un milieu impitoyable. À PROPOS DE L'AUTEUR Evelyne Dress est actrice : Et la Tendresse ? Bordel !, réalisatrice : Pas d'Amour sans Amour, écrivain : Pas d'Amour sans Amour, La Maison de Petichet, Les tournesols de Jérusalem (Prix des libraires de Normandie), Le Rendez-vous de Rangoon. C'est sur les planches qu'elle a débuté sa carrière, avant d'enchaîner les rôles au cinéma et de se lancer dans l'écriture et la réalisation. Pour Les Chemins de Garwolin, son cinquième roman, elle est partie du postulat qu'on ne sait rien de la vie de nos parents et qu'en disparaissant ils nous laissent démunis. Au lieu d'inventer une histoire à son héroïne, Evelyne Dress a choisi de lui donner la sienne et celle de ses ascendants.

  • Pas d'amour sans amour

    Evelyne Dress

    • Glyphe
    • 29 Novembre 2018

    La vie d'une femme émancipée dans les années 90.
    Eva, célibataire de quarante ans, n'a pas fait l'amour depuis trois ans. Elle est belle, dynamique, branchée, mais les hommes se montrent quelquefois si décevants... Réactiver ne va pas être facile, car, pour elle, «Pas d'amour sans amour». Une comédie de moeurs drôle et décontractée, clin d'oeil aux années quatre-vingt-dix.
    Découvrez sans plus attendre l'histoire d'une femme libérée et conteporaine, en quête d'une vie sentimentale épanouie.
    EXTRAIT
    Quand j'étais petite, comme la marâtre de Blanche-Neige, je demandais aux vitrines des magasins qui bordaient le chemin de mon école de me dire si j'étais la plus belle. Mais elles ne me renvoyaient que l'image d'une mioche la plus moche du monde.
    /> Cela tenait à un visage très menu dont les traits étaient trop affirmés, une bouche trop gourmande, des yeux trop grands, un nez trop rond, et le menton en galoche. N'arrangeait rien, la façon dont j'étais habillée, qui ne correspondait pas à mon âge, ni à mes formes. J'étais plutôt rachitique et mon père, tailleur sur mesure, qui avait souffert des privations de la guerre, désespéré de me voir si maigre, me confectionnait d'élégants tailleurs trop étoffés, dans l'espoir qu'à force de manger j'arriverais à les remplir. J'avais tout du client de Fernand Raynaud qui doit se tenir de travers pour que son costume tombe comme il faut.
    Légère et court vêtue, je marche à grands pas en regardant défiler mon reflet dans les vitres ; pour l'heure, je ne suis pas mécontente de moi. J'appartiens à cette race de femmes au visage ingrat qui rajeunissent en vieillissant et dont les traits, en prenant de l'âge, reflètent la beauté du caractère. Rassurée par l'effet que je me fais, je tourne la tête et je fends la foule de Montparnasse.
    Je dois resplendir comme une orchidée, les phéromones en plus, car les hommes me regardent d'une manière inhabituelle. Ou, peut-être, est-ce moi qui prends conscience de leur existence soudainement.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Evelyne Dress est actrice (Et la Tendresse?? Bordel?!), écrivain(Les Tournesols de Jérusalem, Le Rendez-vous de Rangoon, Les Chemins de Garwolin, La Maison de Petichet) et réalisatrice (Pas d'Amour sans amour). Pas d'Amour sans amour est librement adapté de son film. « Lorsque j'écrivais le scénario de Pas d'amour sans amour, je me sentais frustrée de ne pouvoir parler de la génération qui a lutté pour son indépendance sexuelle, sociale, intellectuelle. Je suis heureuse de pouvoir avec le roman entrer dans le vif du sujet.»

  • Les tournesols de jerusalem

    Evelyne Dress

    • Glyphe
    • 10 Octobre 2016

    Un récit qui allie tolérance, amour et spiritualité. 1897 - Ana Oïzerman a vingt ans lorsqu'elle rencontre Lucien Dupuis. Convaincus d'être les deux moitiés d'une même âme, les jeunes gens se marient en dépit de leurs différences sociales et religieuses?: Ana est la fille d'un violoniste juif mondialement connu?; Lucien, le fils d'un riche négociant en vin bordelais, catholique. Commence alors, pour le couple éperdument amoureux, une existence insouciante, pimentée d'une sensuelle connivence. Mais leur bonheur est brutalement remis en question... Ce roman, qui a reçu le Prix des libraires de Normandie, ne vous laissera pas indifférent ! EXTRAIT Nous étions si heureux, Lucien et moi, que nous voulions rester unis, unifiés, joints, mêlés, enchevêtrés, sans laisser à personne le pouvoir de nous diviser. Aucun torrent n'aurait pu éteindre notre flamme. Notre union parfaite, tout ensemble charnelle et spirituelle, était si égoïste que nous ne désirions pas nous perpétuer, nous donner un prolongement ; nous n'aspirions pas à avoir un enfant né de notre amour. Nous voulions que notre histoire commence et s'arrête avec nous. À PROPOS DE L'AUTEUR Evelyne Dress est actrice : Et la Tendresse ? Bordel !, réalisatrice : Pas d'Amour sans Amour, écrivain : Pas d'Amour sans Amour, La Maison de Petichet, Les tournesols de Jérusalem, Le Rendez-vous de Rangoon et Les Chemins de Garwolin. C'est sur les planches qu'elle a débuté sa carrière, avant d'enchaîner les rôles au cinéma et de se lancer dans l'écriture et la réalisation. Comme Ana, Evelyne Dress est née un 1er août dans un train. Comme son héroïne, elle a été transportée chez les religieuses dès sa naissance...

  • Le rendez vous de rangoon

    Evelyne Dress

    • Glyphe
    • 10 Octobre 2016

    Quand une jeune femme décide sur un coup de tête de recommencer sa vie ailleurs... Thérèse est animatrice à la télé. À trente-trois ans, lasse des faux-semblants, des préjugés et de la superficialité de la vie parisienne, elle décide de tout plaquer et prend un billet pour le bout du monde. Le bout du monde, pour elle, c'est la Birmanie. Roman d'amour, de fantasme, de mystère, de politique, de bouddhisme et d'introspection, Le Rendez-vous de Rangoon est aussi une mise en perspective de la vie parisienne, au bout de laquelle Thérèse conclut?: «?J'aimerais rester dans ce pays où la seule ambition est la survie.?» Ce roman captivant de l'actrice française Evelyne Dress nous offre une belle occasion de s'évader ! EXTRAIT L'air est déjà lourd malgré la climatisation, mon lit dévasté comme après une nuit de tendre guerre : le couvre-lit froissé pend jusqu'à terre, les oreillers écrasés sont fatigués. De quel fantôme ai-je bien pu être en manque ? Seul Bouddha le sait. Impossible de me souvenir de rien depuis mon départ de chez les Masset jusqu'à mon retour à l'hôtel. Dans la voiture, je me suis écroulée sur l'épaule de Mr B. - ça, je m'en souviens -, à cause de la fatigue de ma première journée à Rangoon, à moins que ce ne soit à cause du cheerot, une sorte de gros cigare qui m'a fait tourner la tête, ou du thé birman servi pendant le repas, épais, sucré et amer qui se mangeait plus qu'il ne se buvait... En tout cas, après six heures d'un sommeil vide, « dépourvu de mes cauchemars récurrents », dirait ma psy, je suis pâteuse, ensuquée, paumée. Je suis venue à Rangoon pour me reconstituer, c'est raté. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE À travers ses errances, ses rencontres, ses fantasmes, on part à la découverte de ce pays, on vit une histoire d'amour irraisonnée pour un inconnu, un amour inconditionnel pour un enfant, un cheminement intérieur vers une quête de soi-même. - Laure, Babelio À PROPOS DE L'AUTEUR Evelyne Dress est actrice : Et la Tendresse ? Bordel !, réalisatrice : Pas d'Amour sans Amour, écrivain : Pas d'Amour sans Amour, La Maison de Petichet, Les tournesols de Jérusalem (Prix des libraires de Normandie), Le Rendez-vous de Rangoon et Les Chemins de Garwolin. C'est sur les planches qu'elle a débuté sa carrière, avant d'enchaîner les rôles au cinéma et de se lancer dans l'écriture et la réalisation. Le Rendez-vous de Rangoon est son quatrième roman.

  • La maison de Petichet

    Evelyne Dress

    • Glyphe
    • 11 Octobre 2017

    Nostalgie de l'enfance et souvenirs des premiers émois amoureux
    Deux soeurs, Alma et Jessica - rivales mais inséparables, éprises de vérité mais capables de tous les mensonges -, sont unies au point d'aimer le même homme, Jacques.
    D'été en été dans la maison familiale, on rit, on pleure, on chante, on crie, on se jette tout à la figure, objets, insultes, «?csardas?», les remords valant mieux que les regrets.
    «?Comme Alma, la narratrice, ma grand-mère hongroise avait une maison à Petichet, un hameau à 30?km de Grenoble. Nous nous y retrouvions chaque été pour des vacances en famille. J'étais toute petite et amoureuse du jeune homme du bout du chemin... L'autobiographie s'arrête là.?» Evelyne Dress
    Un roman familial plein de vie, d'optimisme lucide.
    EXTRAIT
    J'ai toujours été amoureuse de Jacques.
    Il était le fils unique d'un médecin de Grenoble, et, comme nous, il passait ses vacances d'été à Petichet. Il habitait la grande maison bourgeoise qui se dressait au bout du chemin.
    J'avais à peine dix ans ; Jacques, dix-sept.
    Chaque matin, je me précipitais à la ferme voisine avec mon pot au lait, dans l'espoir de le rencontrer. Jacques venait, lui aussi, chercher le lait encore tiède de la Boucharde, la plus vieille des vaches de Madame Gontrier, mais celle qui donnait le plus de lait aussi. Ma soeur Jessica ne voulait boire que de ce lait-là.
    Si Jacques tardait à paraître, je trouvais mille prétextes pour rester aux abords de la ferme. Je m'asseyais sur le banc de pierre adossé au mur de l'étable, à l'ombre d'un immense tilleul en fleurs, et je bavardais avec la fermière.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Evelyne Dress a ce talent très particulier et savoureux de rendre ses personnages vivants, attachants et uniques pour construire une trame narrative touffue et abondante, à l'image des bons et mauvais moments que nous réserve la vie. J'ai adoré ce roman qui ne se lâche plus une fois la première page lue. - Alissash, France Net Infos
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Evelyne Dress est actrice : Et la Tendresse ? Bordel !, réalisatrice : Pas d'Amour sans Amour, écrivain : Pas d'Amour sans Amour, La Maison de Petichet, Les Tournesols de Jérusalem (Prix des libraires de Normandie), Le Rendez-vous de Rangoon.
    Pour Les Chemins de Garwolin, son cinquième roman, elle est partie du postulat qu'on ne sait rien de la vie de nos parents et qu'en disparaissant ils nous laissent démunis.

empty