• J'ai commencé ici cette fugue du ciel J'aurai appris la mort cette note parfaite que les oiseaux atteignent en mourant un seul grillon nous remet sa peine son chagrin est immense Éblouissant, ce chant est célébration de soi, de l'autre, dans le temps perdu et retrouvé. En revenant à ce rien et au silence qui ont précédé toute naissance afin d'entamer le dialogue avec l'espace, la vie et la mort, Violaine Forest nous apprend, dans une langue somptueuse, que le poème est plus sage que le poète.

empty