• À l'heure où tant de couples divorcent, et où la quête de plaisir exerce une si grande fascination, peut-on encore croire en un amour épanouissant et durable ? Peut-on encore croire au mariage ? Il est étonnant de constater qu'aimer et être aimé en vérité, de tout son coeur et de tout son corps, demeure une aspiration profondément ancrée chez la plupart des jeunes, même s'ils n'osent pas toujours y croire. C'est d'abord à eux, mais aussi à tous ceux qui les entourent, que François de Muizon s'adresse dans cet ouvrage.L'intuition que le don de soi est un chemin d'accomplissement et de bonheur ne saurait être une simple utopie, une option à la carte. Inscrit comme un secret au plus intime de nos corps d'hommes et de femmes, ce don nous met en contact avec le mystère même de Dieu.

  • Nasser Sabeur débarque à Marseille en 1974 avec 340 F en poche. Il est aujourd'hui à la tête d'une grande chaîne de magasins, vend des baskets aux Chinois, fait fabriquer ses produits en Extrême-Orient. Un autre regard sur l'immigration algérienne.

  • "Lorsque j'ai appris que les évêques nommaient, chaque année, de nouveaux exorcistes pour répondre à la demande croissante des gens (croyants ou non-croyants) qui se croient envoûtés ou victimes de malédictions, j'ai voulu en savoir plus sur ce phénomène déroutant. Mais ce que j'ignorais alors, c'est que je commençais une véritable enquête qui allait durer plus de deux ans... Passé l'étonnement et la curiosité initiale, mon but fut d'aider les personnes qui sont réellement en difficulté et d'offrir des réponses à tous ceux qui s'interrogent. Existe-t-il des énergies perverses qui troublent, dit-on, la vie des hommes, des entités obscures et mystérieuses qui répondent, pendant les exorcismes, aux questions du prêtre, en empruntant la voix des possédés ? L'Eglise se méfie, à juste titre, des phénomènes de contagion ou d'hystérie collective. Les « chasseurs de diable » sont considérés avec circonspection, voire avec ironie. Les victimes des mauvais esprits relèveraient-elles de la psychiatrie ? Certaines manifestations extraordinaires sont-elles explicables, aussi, par la parapsychologie ? Des prêtres et des psychiatres pensent qu'il existe autre chose, une puissance maléfique extérieure à l'homme et qui cherche à lui nuire de bien des manières. L'ombre de Satan surgit. J'ai rouvert cet antique dossier en retrouvant les expériences cruelles des mystiques qui ont « affronté Satan » dans le passé. Et surtout, j'ai été très frappé, en les comparant aux témoignages des exorcistes pratiquant aujourd'hui les mêmes rituels qu'il y a deux mille ans, de constater que rien n'a changé, que l'histoire se répète. J'ai rencontré aussi des néo-exorcistes qui portent un regard plus « psychologisant » sur les forces du Mal, des psychiatres qui ont assisté à de vraies crises de possession et qui ont osé m'en parler, en bravant l'interdit, car ces choses sont gardées secrètes le plus souvent. Enfin, j'ai découvert des « croisés » d'un nouveau type, qui pensent que les « forces des ténèbres » ont envahi la Terre, que la fin du monde approche et qu'il est temps d'organiser la résistance. Le débat est ouvert : à chacun de se faire une opinion."

  • Trente ans après sa mort, Marthe Robin reste un mystère et soulève d´immenses questions. Car tout chez la célèbre mystique défie les lois de la nature et du simple bon sens : paralysée, stigmatisée, malvoyante, elle a vécu près de cinquante ans sans manger ni quitter son lit, souffrant la Passion chaque semaine.Des témoins dignes de confiance ? amis, prêtres ou médecins ? attestent la réalité deces événements. Mais certains éléments de sa vie ont été tenus secrets. Or la stigmatisée de Châteauneuf-de-Galaure est un personnage infiniment plus complexe que l´image transmise jusqu´ici par son entourage.L´enquête approfondie de François de Muizon permet d´approcher au plus près sa « vraie vie » et d´éclairer notamment les circonstances de sa mort : paralysée, elle fut pourtant retrouvée au pied de son lit. Et plusieurs témoins ont enfin accepté de parler en livrant des informations primordiales.La femme qui apparaît alors, débarrassée d´une grille de lecture religieuse réductrice et parcellaire, est plus fascinante, plus émouvante, tout simplement plus humaine, tout en gardant cette dimensionmystérieuse qui en fait un personnage unique dans l´histoire religieuse. Elle nous engage à une plongée dans l´avenir en proposant des réponses aux grands défis du XXIesiècle.François de Muizon, ancien maître de conférence en sciences de l´information et de la communication, a été consulté comme expert par Mgr di Falco-Léandri dans le cadre de la reconnaissance en 2008 des apparitions de Notre-Dame du Laus. Il est l´auteur de plusieurs ouvrages de spiritualité sur les ermites, les apparitions, l´exorcisme, dontEnquête sur la piété des foules(Perrin),Dans le secret des ermites d´aujourd´hui(Nouvelle Cité) etUn nouveau regard sur les apparitions(Éd. de l´Emmanuel).

  • La messagère des volontés divines.
    Le 4 mai 2008, Mgr Jean-Michel Di Falco-Léandri, évêque de Gap et d'Embrun, reconnaît le caractère surnaturel des apparitions de Notre-Dame du Laus (1664-1718). L'acte est rare au sein de l'Église catholique (5 reconnaissances officielles d'apparitions depuis 1900 dans le monde) et souligne d'autant plus l'extraordinaire vie de Benoîte Rencurel. La mission de cette femme, laïque, illettrée, pauvre, vivant de rien et qui fut pendant un demi-siècle la messagère des volontés divines est édifiante à plus d'un titre. Sa vie est une des plus merveilleuses, au sens littéral du mot, qu'un être humain puisse vivre : pendant plus de 50 ans, Benoîte Rencurel a vécu avec la Vierge Marie, qui est venue régulièrement lui rendre visite, et avec un Ange, qui fut son compagnon de route. Les éléments contenus dans les Manuscrits du Laus et le dossier de béatification fournissent des fondements solides pour rendre compte de ces phénomènes extraordinaires et de leur contexte historique. Le Laus est devenu un lieu où viennent volontiers les personnes qui se sont tellement éloignées de Dieu qu'elles ne savent plus comment le retrouver.
    Découvrez la vie merveilleuse de Benoîte Rencurel a vécu avec la Vierge Marie, qui est venue régulièrement lui rendre visite, et avec un Ange, qui fut son compagnon de route.
    EXTRAIT
    L'Ange ou d'autres Anges disent le chapelet avec elle : ils commencent le « Je vous salue Marie... » et Benoîte répond : « Sainte Marie, Mère de Dieu... ». Ils adorent ensemble le saint sacrement, chantent les litanies de la Passion... L' Ange est parfois présent durant la messe auprès d'elle. Il arrive qu'il soit à ses côtés dans la vie de tous les jours, accourant pour l'aider ou la protéger. Il lui dit, par exemple, où retrouver des clés qu'elle a « perdues ». Il lui retire des objets dont elle n'a pas besoin ou au contraire lui fait des cadeaux, comme ce magnifique collier que Benoîte transformera en chapelet. Il la console lorsqu'elle est épuisée par ses ascèses. Leur intimité est telle qu'apparaissant un jour dans sa chambre à son réveil alors qu'elle n'est pas encore habillée, elle s'écrie : « Bon Ange, attendez s'il vous plaît que je me sois habillée ! "
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    François de Muizon, ancien maître de conférences en sciences de l'information et de la communication, étudie les phénomènes religieux depuis de longues années. Son sens du récit est fondé sur une véritable recherche et une réelle sensibilité spirituelle. Il a publié notamment Dans le secret des ermites d'aujourd'hui (Nouvelle Cité).

empty