• Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Clorinde est chargée par l'agence de détective Pornibus de photographier une épouse volage ayant abandonné le domicile conjugal. Son enquête la mène au Purgatoire, là où des masochistes se font emprisonner pour y subir des sévices complexes. En chemin, Clorinde croise une faune de personnages pittoresques : voyou proxénète, homme d'affaires vicieux, diseuse de bonne aventure... La dernière bande dessinée de Georges Pichard, restée inédite en album.



  • Pichard illustre pour notre plus grand plaisir un des « buts de l'être humain », conscient qu'il s'agit d'éclairer un véritable catéchisme des actes d'amour et de rituels à la gloire de notre corps.
    Les Kama Soutra ou comme le voudrait une traduction plus littérale « Aphorismes sur l'amour » sont en fait un traité des règles de l'amour écrit en sanscrit vers le premier ou le deuxième siècle de notre ère par Mallinaga Vatsyayana. En dépit de son indéniable contenu érotique, c'est un ouvrage qui participe de l'art et de la philosophie religieuse de l'Inde.
    Voici donc ce texte mythique illustré par Georges Pichard, dessinateur entre autres de Paulette (avec Georges Wolinski), Blanche Épiphanie, Marie-Gabrielle de Saint-Eutrope ou La Comtesse rouge.
    Roman graphique, 320 pages, 48 planches en noir et blanc et couverture de Georges Pichard.


  • L'oeuvre de Sacher Masoch adaptée par J.-M. Lo Duca et superbement dessinée par le père de « Paulette »

    Consoeur ès atrocités de Gilles de Rais, la comtesse Bàthory se livrait en sa forteresse des Carpates au XVIIe siècle à des jeux férocement pervers. Elle fit torturer et mettre à mort plus de 600 jouvencelles afin de se tremper dans leur sang, pensant avoir trouvé dans ces bains criminels, le secret de l'éternelle jeunesse.
    Cette bande dessinée, mise en images par Pichard, entremêle inextricablement l'érotisme le plus plaisamment torride et l'horreur la plus implacablement terrifiante.
    Un simple dessin de Georges Pichard devrait suffire à le présenter. Chacun connaît son baroque devenu un liberty somptueux, son goût de la chair généreuse, radieuse et élégante, sa sensualité faite d'une turgescente ingénue, ses fantasmes cruels ou Giotto l'a précédé avec une troublante identité.
    Les femmes de Pichard ne s'estompent jamais dans la fragilité éthérée, mais elles n'ont pas non plus la dureté scintillante et impénétrable des matières plastiques d'avant-garde. Elles pèsent, elles s'épanouissent, elles souffrent, elles pleurent, elles rient. Bref elles existent, en regardant les autres héroïnes de BD on constate que ce n'est pas si fréquent et on comprend alors toute la magie de l'oeuvre de Pichard.
    Collection Vertiges Bulles.
    Bande dessinée numérique, 54 pages, 44 planches en noir et blanc et couverture en couleurs de Georges Pichard.

  • L'oeuvre de Sacher Masoch adaptée par J.-M. Lo Duca et superbement dessinée par le père de « Paulette ».
    Consoeur ès atrocités de Gilles de Rais, la comtesse Bàthory se livrait en sa forteresse des Carpates au XVIIe siècle à des jeux férocement pervers. Elle fit torturer et mettre à mort plus de 600 jouvencelles afin de se tremper dans leur sang, pensant avoir trouvé dans ces bains criminels, le secret de l'éternelle jeunesse.
    Cette bande dessinée, mise en images par Pichard, entremêle inextricablement l'érotisme le plus plaisamment torride et l'horreur la plus implacablement terrifiante.
    Un simple dessin de Georges Pichard devrait suffire à le présenter. Chacun connaît son baroque devenu un liberty somptueux, son goût de la chair généreuse, radieuse et élégante, sa sensualité faite d'une turgescente ingénue, ses fantasmes cruels ou Giotto l'a précédé avec une troublante identité.
    Les femmes de Pichard ne s'estompent jamais dans la fragilité éthérée, mais elles n'ont pas non plus la dureté scintillante et impénétrable des matières plastiques d'avant-garde. Elles pèsent, elles s'épanouissent, elles souffrent, elles pleurent, elles rient. Bref elles existent, en regardant les autres héroïnes de BD on constate que ce n'est pas si fréquent et on comprend alors toute la magie de l'oeuvre de Pichard.
    Collection Vertiges Bulles.
    Bande dessinée numérique, 54 pages, 44 planches en noir et blanc et couverture en couleurs de Georges Pichard.

  • Quelque part au long de la Cinquième avenue une enfant frêle, dont la tenue trop modeste détone en ce haut lieu de l´élégance new-yorkaise, trottine à pas menus et apeurés. C´est Blanche Épiphanie, la petite fleur de France qui fuit, tel un oiseau craintif, le redoutable banquier Adolphus, qu´elle vient d´entrevoir dans le grand hôtel où le détective Nick Carter l´avait attirée...

  • La suite de la réédition de la série-culte de Lob et Pichard
    De 1967 à 1985, le scénariste Jacques Lob et le dessinateur Georges Pichard s'associèrent pour raconter les tribulations d'une héroïne qui marqua les esprits : Blanche Épiphanie. À l'origine, les auteurs voulurent parodier la forme du roman populaire qui fit florès à la fin du XIXe siècle. La pauvre et naïve Blanche évoluait ainsi dans un monde injuste en butte aux sollicitations de vilains personnages, tels que l'ignoble et lubrique banquier Adolphus. Huit aventures virent le jour, certaines publiées en albums chez différents éditeurs, d'autres -; trois d'entre-elles -; seulement connues des lecteurs de France-Soir.
    Avec ce volume 3, regroupant les cinquième et sixième aventures de Blanche Épiphanie, notre héroïne conclut son escapade en Amérique du Nord, traversant les États-Unis d'est en ouest pour atteindre San Francisco à la veille du séisme d'avril 1906, qui fit d'innombrables victimes. Notre " pauvre enfant " est désormais une jeune femme enceinte, qui a perdu la mémoire et suit avec un amour aussi naïf qu'innocent son magicien napolitain, Giuseppe Balzamore, dans son laborieux périple... L'homme est toujours aussi manipulateur : il se produit dans d'infâmes saloons du Far West de la Belle Époque, devient joueur de poker, vivote dans une roulotte de pacotille et séduit une autre femme, Zéna, entraîneuse professionnelle de son état.
    Mais cette homérique saga ne serait plus la même sans les personnages qui poursuivent assidûment l'orpheline parisienne. Sans trop dévoiler l'intrigue, nous pouvons cependant vous dire que l'ignoble Adolphus a été contraint de regagner la France et que Moréna, sa compagne lascive, l'a abandonné pour un richissime Américain. Quant à notre super héros typiquement franchouillard en collant et en vélocipède, l'ineffable Défendar, eh bien sachez qu'il devient tout simplement dans ce cycle états-unien le Black Rider, c'est-à-dire l'équivalent d'un Zorro local.
    Ajoutons pour conclure que, à l'instar des volumes précédents, ce livre offre un dossier final qui éclaire l'époque de sa publication et met en lumière la série comme les auteurs.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Le roman de Diderot, au XVIIe siècle, fut saisi par la justice. L'adaptation cinématographique qu'en fit Jacques Rivette, en 1966, fut interdite d'exploitation. Mais la plus scandaleuse version de La Religieuse est cette nouvelle bande dessinée de Georges Pichard qui s'attarde tout particulièrement sur les perversions sadiques ayant cours dans les couvents. Gare aux flagellatrices en cornettes

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Mais quelle est donc cette beauté frèle et émouvante, pauvrement vêtue qui trottine d´un pas vif dans les beaux quartiers ? C´est Blanche Épiphanie, une enfant de 17 ans, orpheline de naissance qui va livrer les chèques du banquier Adolphus pour un salaire de misère...


    Les tribulations de Blanche Épiphanie figurent parmi les aventures les plus rocambolesques du panthéon de la bande dessinée adulte. Au départ porteuse de chèques, la jeune et gironde Blanche parcourt le monde malgré elle tout en essayant de protéger sa vertu. Harcelée par l´ignoble banquier Adolphus et pléthore d´autres vilains personnages, jalousée par Morena, sauvée par le vélocipédiste Défendar, un héros masqué et capé mais d´une incommensurable maladresse, on la retrouve dans l´Afrique et l´Amérique de la Belle Époque. Les références au roman populaire et au film à épisodes sont légion. Blanche Épiphanie a longtemps détonné les lecteurs de France-Soir et a même été chantée par Henri Salvador.


    Pour la première fois, cette oeuvre créée par deux maîtres incontestés du neuvième art est présentée sous la forme d´une intégrale en quatre volumes. Vous lirez des épisodes inédits en albums et découvrirez, dans le cadre de dossiers explicatifs, l´histoire de sa publication à travers des documents exceptionnels.


    « Blanche Épiphanie, la petite porteuse de chèques poursuivie par la concupiscence de l´ignoble banquier Adolphus, préservera-t-elle sa virginité ? Défendar, le vélocipédiste masqué, arrivera-t-il à temps ? Tapis dans leur chaumière, Louis Feuillade, le cinéaste de films à épisodes comme Fantômas, Georges Ohnet, le feuilletoniste (Le Maître de forges) et moi tremblons en attendant la suite, de peur ou de plaisir. » Régine Deforges

  • 1592 - Alors que je m'apprête à tirer les courtines, un chevaucheur de Sa très gracieuse Majesté Henri IV m'apporte un pli. Le roi requiert ma présence auprès de lui pour affaire me concernant : mon père vient de mourir, apprendrai-je bientôt. Voulant à toute force savoir d'où vient le coup, j'entreprends devant le roi de me remémorer chacune des missions auxquelles depuis près de trente ans, il nous a été donné - mon père, certains de nos gens et moi-même - de participer. En tant que membres de la diplomatie secrète de la couronne, employés à des missions et pour des cas où les officiels plénipotentiaires ne sauraient suffire, nous nous retrouvons - souvent malgré nous - au coeur même de notre histoire : celles des guerres de religion. 1563 - En route pour la ville d'Orléans où je dois faire mon droit, j'assiste au meurtre de notre plus grand capitaine : François de Lorraine, duc de Guise. On découvre sur lui un document chiffré. Un complot ? Sans doute, mais lequel ? La reine mère Catherine de Médicis nous demande en sous main et dans le plus grand secret de mener enquête... Je me nomme Charles d'Anglerays, chevalier de la Roche. La rose de Nérac est le premier volet de mes mémoires. Bonne et agréable lecture...

  • Voici présenté l'album des anciennes cartes et des premiers plans d'une province stratégique, à la fois maritime et frontalière, la Provence.

empty