• Présenter le théâtre d'une période donnée implique non seulement de caractériser les genres et les oeuvres, de situer la carrière des auteurs, mais aussi de les replacer dans leur contexte historique, politique, sociologique et matériel. Littérature publique, le théâtre ne peut évidemment exister sans lieux, sans acteurs, sans spectateurs... Cet ouvrage expose et étudie toutes ces composantes, en faisant débuter le théâtre du l9e siècle avec la Révolution française et en suivant son évolution jusqu'à la si mal nommée Belle Epoque. Il s'attache à détailler son image en rétablissant quelque équilibre entre les genres consacrés par l'histoire littéraire et ceux qu'elle marginalise, alors qu'en raffolait le public de ces années déjà si lointaines, mais bien vivantes encore pour notre incertaine modernité. Il adopte une double perspective historique et générique, résume et analyse de nombreuses pièces, raconte des anecdotes significatives. Rassemblant des informations dispersées dans une abondante bibliographie et un index biographique des auteurs de théâtre, il se veut un usuel pratique en même temps qu'une incitation à repenser ce qui fût l'une des activités sociales majeures du 19e siècle.

  • La contre-révolution

    Gérard Gengembre

    • Imago
    • 1 Février 1989

    Bouleversement sans précédent de la tradition politique, sociale et religieuse, la Révolution française a d'emblée suscité de vives réactions intellectuelles. Thèse du complot, profanation sacrilège, symptôme de décadence, châtiment de la Providence, diverses théories cherchèrent à décrypter le sens de la rupture, véritable Chute dans les remous d'une Histoire désespérante. Burke, Rivarol, Maistre, Bonald, Lamennais, Ballanche et bien d'autres se battirent pour justifier un monde brutalement condamné. Vaincue, la Contre-Révolution n'en sera pas moins, à bien des égards, à l'origine du romantisme. Et tout au long du XIXe siècle, par sa critique de la modernité et du capitalisme naissant, elle conservera une profonde influence sur la littérature et les mentalités de l'époque. Aujourd'hui, penser la Contre-Révolution, c'est aussi la suivre dans ses métamorphoses et ses résurgences, et éclairer, sous un jour nouveau, certains aspects de notre histoire politique.

  • Sommaire de l'ouvrage
    Chapitre 1 - Définitions et problèmes. Le réalisme
    Chapitre 2 - Définitions et problèmes. Le naturalisme
    Chapitre 3 - Les étapes du réalisme
    Chapitre 4 - Les étapes du naturalisme
    Chapitre 5 - Les réalismes au XIXe siècle. Des origines à Stendhal
    Chapitre 6 - Les réalismes au XIXe siècle. De Balzac à Courbet
    Chapitre 7 - Les réalismes au XIXe siècle. La bataille réaliste en littérature
    Chapitre 8 - Les réalismes au XIXe siècle. L'école réaliste
    Chapitre 9 - Le cas Flaubert
    Chapitre 10 - Zola et le naturalisme
    Chapitre 11 - Poétique du naturalisme zolien : éthique et idéologique
    Chapitre 12 - Le naturalisme et les genres. La fiction
    Chapitre 13 - Le naturalisme et les genres. Le théâtre et la poésie
    Chapitre 14 - Thématiques privilégiées du réalisme et du naturalisme
    Chapitre 15 - Technique et esthétisme de l'écriture réaliste
    Chapitre 16 - Le réalisme, une écriture de la socialité
    Chapitre 17 - Annexe : les textes théoriques et critiques fondateurs au XIXe siècle

  • Sommaire de l'ouvrage
    Chap. 1 Du contexte au texte : l'histoire littéraire
    Chap. 2 Du contexte au texte : la critique sociologique marxiste
    Chap. 3 Auteur et texte : la critique psychanalytique
    Chap. 4 Auteur et texte : la critique thématique
    Chap. 5 Le texte comme objet : du formalisme au structuralisme
    Chap. 6 Le texte comme objet : structuralisme et narratologie
    Chap. 7 Le texte comme objet : poétique et stylistique
    Chap. 8 Le texte comme objet : la sémiotique
    Chap. 9 Le texte ouvert : l'intertexte
    Chap. 10 Le texte ouvert : la critique génétique
    Chap. 11 Le texte comme réalité sociale : la sociocritique
    Chap. 12 Le texte comme communication : réception et lecture
    Chap. 13 Le texte comme communication : la pragmatique

empty