• En neuf chapitres, un tableau et une analyse de ce qui se passe à Beyrouth depuis cinq ans : le premier otage français au Liban, le Djihad islamique, les origines du Hezbollah, etc.

  • Le 3 novembre 1992, les États-Unis se réveillaient avec un président de quarante-six ans, nommé Bill Clinton. Presque un inconnu. Pourtant, le gamin pauvre, orphelin de père, né à Hope (Espoir) au fin fond de l'Arkansas, savait, lui, depuis ce jour de 1963 où il avait serré la main de John Kennedy, qu'il s'emparerait du pouvoir suprême. De la naissance à la victoire, la biographie de Gilles Delafon raconte l'histoire de cet homme, de son ambition constante, de son ascension fulgurante. Donné dix fois mort politiquement, Clinton a triomphé de la décomposition des démocrates, de l'acharnement des républicains et de l'apathie de l'électorat. Il incarne une génération pressée d'arriver aux affaires, celles des baby-boomers qui n'ont pas connu la Seconde Guerre mondiale, mais ont traversé le Viêt-nam et le Watergate et dont les héros dans les sixties s'appelaient Martin Luther King et Elvis Presley. Une génération qui veut combattre la crise économique, affronter les grands problèmes des tensions raciales, de l'écologie et du Sida, qui veut restaurer la solidarité. Une génération qui veut encore croire au rêve américain. Qui est Bill Clinton ? L'homme de cette nouvelle Amérique ? A la veille du troisième millénaire, cette question conditionne notre futur.

  • Des banlieues proches de l'explosion aux gangs des ghettos, des milices défiant la police aux lobbyistes sans scrupule, Gilles Delafon a parcouru l'Amérique de la fracture. Quotidiennement, les États-Unis découvrent les images d'une violence généralisée, dont les armes sont le vecteur et le symbole. Au nom de la liberté, deux cent millions de fusils et de révolvers tuent, chaque année, plus de trente-huit mille personnes. Un arsenal vertigineux, au coeur du débat essentiel sur la mission de l'État et l'éclatement des liens sociaux. Alors que leur culture de la violence se mondialise, les Américains se divisent sur leur héritage politique et leurs mythes fondateurs. La démocratie peut-elle être prisonnière de la dictature des armes ? Cette enquête passionnante, où alternent le récit et l'analyse, montre qu'il s'agit là, désormais, d'une question cruciale.

  • L'alliance entre la France et les États-Unis, la plus ancienne du monde occidental, a été constamment marquée, pour le meilleur et pour le pire, par les relations personnelles existant entre leurs leaders Washington et Lafayette, Roosevelt et de Gaulle, Reagan et Mitterrand. "Dear Jacques, Cher Bill" décrit, pour la première fois, les rapports existant entre deux présidents en exercice. S'appuyant sur plus d'une centaine d'interviews, réalisées des deux côtés de l'Atlantique, et sur de nombreux documents confidentiels, les auteurs font pénétrer le lecteur au coeur de la Maison Blanche et de l'Élysée. On assiste aux conversations téléphoniques entre Jacques Chirac et Bill Clinton, à propos de la Bosnie ou de l'Irak, aux rencontres entre les deux chefs d'État, unis par une véritable complicité : l'un et l'autre sont des hommes blessés, mais aussi des poids lourds de la politique, qui sont parvenus à plusieurs reprises à se remettre de leurs échecs. Document exceptionnel, empli de révélations sur tous les grands dossiers diplomatiques traités conjointement par Paris et Washington, entre 1995 et 1999, ce livre est un témoignage irremplaçable sur le fonctionnement et les rouages du pouvoir au sommet de l'État.

empty