• L'échelle de Jacob

    Gustave Thibon

    • Fayard
    • 1 Juin 1975

    Sous ce titre, l'auteur a rassemblé les éléments de deux volumes, Le Pain de chaque jour et L'Echelle de Jacob, qui sont aujourd'hui introuvables. Mais il a encore approfondi son analyse, pour tenir compte des événements qui se sont produits ces dernières années. Ce n'est pas que les ouvrages de Gustave Thibon dépendent des circonstances, mais ce penseur réaliste recherche les faits pour en discerner le sens. Et le sens n'est pas pour lui simple objet de connaissance, c'est la flèche qui indique la direction à suivre.
    Pour réaliser une telle oeuvre, il faut être à la fois témoin du temps et de l'éternité, témoin au départ, grâce à l'observation et à l'expérience, témoin de l'arrivée par la foi et, peut-être, par une certaine expérience de la grâce, qui fait déjà vivre l'éternité dans le temps.
    Et le lecteur parcourt cet itinéraire avec le témoin, à travers les étapes de la pauvreté, de l'amour, de la douleur, en dépit des obstacles du péché et du mensonge, entre ciel et terre, jusqu'à la délivrance. Tous les aspects opposés et complémentaires de la vie sont ici évoqués, le mirage et l'oasis, la solitude et la communion, l'épreuve et l'amour, etc. L'auteur entraîne son lecteur dans un dialogue passionné, il le provoque à la réflexion, le renvoie à sa propre expérience, le révèle à lui-même, en même temps qu'il lui fait percevoir sa relation avec l'univers et Dieu.
    L'oeuvre de Gustave Thibon a valu à son auteur, en 1964, le grand prix de littérature de l'Académie française. Ecrivain indépendant de toute école et de toute coterie, il est à la fois l'enfant et le chantre de la terre et du ciel. On goûte en le lisant la saveur du pain de campagne et celle des plus hautes vérités, cette savoureuse compréhension des choses, que les anciens appelaient la Sagesse.

  • Ce que Dieu a uni

    Gustave Thibon

    • Fayard
    • 1 Juin 1973

    La création, dans sa diversité infinie, forme un ensemble harmonieux dont toutes les parties sont liées entre elles et vivent les unes par les autres. De l'atome à l'ange, de la cohésion des molécules à la communion des saints, rien n'existe seul ni pour soi. Dieu n'a créé qu'en unissant. Le drame de l'homme c'est de séparer. Il se coupe de Dieu par l'irreligion, il se coupe de ses frères par l'indifférence, la haine et la guerre, il se coupe enfin de son âme par la poursuite des biens apparents et caducs. La métaphysique de la séparation est la métaphysique même du péché, mais comme l'homme ne peut pas vivre sans un simulacre d'unité, ces parties de lui-même, disjointes et tuées par le péché, se rejoignent, en tant que mortes, non plus comme les organes d'un même corps, mais comme les grains de sable du même désert. Il n'est pas d'autre moyen de salut que le retour à l'unité dans la diversité. Gustave Thibon a toujours essayé de montrer les voies de ce retour sur le plan religieux et social et aujourd'hui il tente de placer dans le même éclairement les problèmes de l'amour humain.

  • Gustave Thibon a donné d'innombrables conférences durant près d'un demi-siècle. S'adressant au grand public, il avait ce don de faire partager à tous non pas les mêmes vérités à la même profondeur, mais les mêmes vérités à des étages divers, des "lieux communs" jusqu'à "la porte infranchissable" afin que chacun pût à son niveau en être éclairé et nourri car "l'évidence la plus commune, si elle pénètre le fond de l'âme, se transforme en révélation inépuisable".
    Ses paroles nous donnent le courage de suivre son ultime recommandation : "Je ne veux pas vous amener à penser dans le même sens que moi, mais à penser vous-mêmes, dans votre sens propre." Les conférences inédites d'un grand penseur chrétien qui pose sur notre époque un regard d'une exceptionnelle lucidité.

  • " Cet ouvrage laisse volontairement dans l'ombre plusieurs aspects de la pensée nietzschéenne. Nous avons essayé de nous concentrer autour du problème essentiel : le duel d'un homme avec Dieu, et de répondre en chrétien à celui qui voulut être l'Antéchrist... " Gustave Thibon - Pâques 1948

  • Le voile et le masque

    Gustave Thibon

    • Fayard
    • 11 Septembre 1985

    " Au rebours de toutes les apparences contraires, je crois en Dieu et je crois que Dieu est Amour. Et j'essaie de dire ce Dieu-amour à travers et à cause de tout ce qui, en moi et autour de moi, contredit l'amour : l'impitoyable déroulement de la nécessité mêlée aux jeux ténébreux du hasard, le mal toujours renaissant sous de nouveaux visages et de nouveaux masques, la mort qui fait de tous nos chemins des impasses.

    " Je suis l'Esprit qui dit toujours non ", ricane le démon faustien. Au pôle opposé, l'esprit qui extrait un oui de tous les non, le néant et le mal n'étant que l'ombre portée de l'être et du bien.

    Tout se résume dans la phrase de Nietzsche citée en exergue: " Quand le scepticisme s'allie au désir naît le mysticisme. " Le désir du vrai trahi par l'illusion, le désir du bien meurtri par le mal n'ont pas d'autre issue que l'envol vers une transcendance à l'image de leur voeu. C'est dans cette dimension divine qu'a lieu la rencontre nuptiale entre la lucidité qui fait les sceptiques et l'amour qui veut des croyants. Car " la lucidité est le pire des aveuglements si l'on ne voit rien au-delà de ce qu'on voit " : le visible amputé de l'invisible n'est plus que le masque du néant.

    Ou, pour reprendre la distinction chère à Jean Guitton, l'homme qui va jusqu'au bout de la lucidité n'a plus le choix qu'entre le choc mortel contre l'absurde et l'éblouissement devant le mystère, qu'entre le désespoir, nu ou fardé de mirages, et l'espérance surnaturelle qui plane au-dessus de l'égarement des contraires parce que sa source n'est pas dans le temps où tout se sépare, mais dans l'éternel où tout s'unit. " Gustave Thibon

  • L'illusion feconde

    Gustave Thibon

    • Fayard
    • 20 Septembre 1995

    L'illusion féconde. Titre paradoxal sous la plume d'un homme qui n'a jamais cessé de dénoncer la stérilité de l'illusion.

    Mais qu'est-ce qu'une illusion ? Existe-t-il en ce monde un seul bien, depuis les objets matériels jusqu'aux choses de l'âme et de l'esprit, que notre désir et notre attente ne colorent pas des prestiges de l'imaginaire ?

    "L'illusion, disait Claudel, est le pressentiment de ce qui est à travers ce qui n'est pas." Et là réside sa fécondité, à condition de traverser ce qui n'est pas pour rejoindre ce qui est. Les inévitables désillusions de la vie terrestre agissent comme une meule qui, suivant la trempe de l'âme, émousse ce pressentiment jusqu'au néant ou l'aiguise jusqu'à l'éternel. D'où le devoir de purifier l'espérance jusqu'à l'attente de ce Bien suprême en qui notre âme prostituée aux idoles retrouve son innocence première et, selon le mot du poète, "descend, réveillée, l'autre côté du rêve".

  • La vie intérieure fut l'objet essentiel de la méditation de Gustave Thibon, mais sa réflexion s'étend naturellement des choses de l'esprit aux choses de la vie et du monde. Une jonction s'opère spontané-ment dans cette âme, cette intelligence privilégiée, dit Gabriel Marcel, entre l'expérience immédiate et la spéculation la plus haute, voire la vie mystique elle-même. Dans une personnalité aussi forte, aussi cohérente que celle-ci, on peut affirmer sans hésiter que tout se tient, tous les thèmes se croisent et s'entrecroisent, et tendent à se fondre les uns dans les autres à mesure qu'on approche d'un certain foyer central, d'une intuition unique et peut être informulable... "".

  • Diagnostics

    Gustave Thibon

    • Fayard
    • 11 Septembre 1985

    " Le maux diagnostiqués dans ce livre juste avant la Seconde Guerre mondiale n'ont rien perdu de leur virulence. Les progrès vertigineux, imprévisibles il y a 50 ans, de l'informatique et de la biologie (la machine tenant lieu de pensée, les greffes d'organes, les manipulations génétiques, etc.) amplifient aujourd'hui cette menace de dénaturation (le mot allemand Verwesung serait plus expressif) des sources profondes de l'existence.

    Faut-il condamner en bloc tous ces progrès? Nous assistons à une révolution sans précédent dans l'histoire, et l'absence de références dans le passé rend incertaine toute prévision de l'avenir. " La tragédie de l'homme moderne, a-t- on écrit, est de mettre sa fin dans le perfectionnement des moyens ". Or les moyens coupés de la fin se retournent contre leur auteur. Et l'unique problème se pose ainsi: l'homme, investi de pouvoirs démesurés sur la nature et sur lui- même, saura-t-il dominer et sélectionner ces moyens en vue de sa fin ou succombera-t-il sous leur puissance désorbitée? Sera-t-il le vainqueur ou la victime de ses conquêtes?

    La révolution technique appelle, exige une révolution spirituelle - celle-ci ne pouvant être, selon l'expression de Simone Weil, que " le retour à un ordre éternel momentanément perturbé ". Un ordre fondé à la base sur le respect de la nature et de ses limites et au sommet sur le retour à Dieu, seul dispensateur d'un infini qui nous attend dans l'éternité et que nous cherchons pour notre ruine sur la terre et dans le temps. " Gustave Thibon

  • À quatre-vingt-neuf ans, le plus discret des philosophes, l'homme qui nous a donné Simone Weil, disait Mauriac, l'auteur de L'échelle de Jacob et de La crise moderne de l'amour, déroule enfin le fil de sa mémoire. Comme un scaphandrier qui ramène au jour l'épave d'un bateau sombré, Gustave Thibon ressuscite, intacts, le petit Ardéchois à l'école buissonnière, l'étudiant ouvert aux quatre langues, l'homme, proche de Vichy, qui recueillit, pendant l'Occupation, une jeune universitaire juive et rebelle du nom de Simone Weil, et l'auteur de vingt livres essentiels, constamment traduits et réédités. Au-delà de la chronologie, entre les vignes et les pierres sèches du mas de Libian à Saint-Marcel-d'Ardèche, il reprend les questions qui résument sa vie : Dieu, l'amour, la morale, le déracinement, le sens de l'aventure humaine. Loin des statues que l'on bâtit pour soi, ces Mémoires révèlent un chrétien, que la vieillesse décape de ses certitudes. Au bord du mystère de la mort, Thibon s'avoue, tel qu'en lui-même, l'existence l'a blessé et transformé. Au soir de ma vie est le livre d'un vieil homme qui n'a plus rien à attendre des illusions du monde, et dont le coeur bat comme celui d'un enfant.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • CARACTÈRE

    Gustave Thibon

    OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

empty