• Avec les pontificats de Jean-Paul II et Benoît XVI, l'Église serait-elle, comme une vieille dame, atteinte d'ostéoporose ? Telle est en effet le diagnostic implacable que fait Hans Küng. Extérieurement, l'Église catholique est affectée par une crise sans

  • Comment un théologien catholique peut-il, ose-t-il, défendre l'idée d'une « aide à mourir », appelée aussi « suicide assisté » ou « accompagné », ou encore « euthanasie » ?Précisément au nom de sa foi ! « Justement parce que je crois en une vie éternelle, j'ai le droit, le moment venu, de décider quand et comment je vais mourir. » C'est comme croyant que Hans Küng défend une fin de vie digne de l'homme, de son humanité. « Un Dieu qui interdirait à l'homme de mettre fin à sa vie quand la vie lui fait porter durablement des fardeaux insupportables ne serait pas un Dieu amical à l'homme. »Hans Küng parle pour lui-même et ne veut rien imposer à personne. Mais avec beaucoup de délicatesse et de nuances, il revendique, pour ceux qui n'en peuvent plus de vivre, le droit de partir quand ils l'ont souhaité, en toute clarté et lucidité.Ce livre est aussi un parcours simple et éclairant sur le « changement de paradigme » où nous sommes engagés aujourd'hui dans notre compréhension de la vie et de la mort humaines.Hans Küng, né en 1928, est un théologien catholique mondialement connu pour ses prises de position contestataires et courageuses dans une Église qu'il n'a jamais quittée.Traduit de l'allemand par Jean-Louis Schlegel

  • « J'écris pour des hommes qui sont en recherche. Ceux qui ne savent que faire avec la foi traditionnelle de provenance romaine ou protestante. Ceux qui pourtant ne sont pas non plus satisfaits de leur incroyance ou de leurs doutes. Ceux qui ne se contentent pas d'une "spiritualité de bien-être" ou ne demandent pas une "béquille existentielle" à court terme. J'écris aussi pour tous ceux qui vivent leur foi, mais veulent pouvoir en rendre compte. Ceux qui ne se bornent pas à "croire", mais désirent "savoir" et donc attendent une conception de la foi fondée d'un point de vue philosophique, théologique, exégétique et historique, avec des conséquences pratiques. »Prenant pour thème central la « vie », le « vivre », Küng en déploie les diverses facettes : confiance dans la vie, joie de vivre, chemin de vie, sens de la vie, raisons de vivre, souffrance de vivre, art de vivre... Un livre inhabituel de Hans Küng : livre de sagesse, de spiritualité, de sérénité, de foi, de récapitulation - d'un contestataire dans l'Église parvenu à la « neuvième décennie » de sa vie.Hans Küng est un théologien catholique rebelle, connu et lu dans le monde entier. Auteur de nombreux livres, il a toujours lutté avec une constance inflexible pour « l'ouverture » de l'Église catholique et pour le dialogue et la paix entre les religions.

  • Dans ce petit livre, Hans Küng commente et explique les affirmations du " Symbole des Apôtres ", le Credo qui est récité par les chrétiens depuis plus d'un millénaire et demi et qui résume leur foi. Avec sa liberté habituelle, il critique les images et les représentations désuètes qui entourent si souvent ces vieilles formulations. Avec le souci pédagogique qu'on lui connaît, il tente de dire comment et pourquoi elles gardent un sens aujourd'hui, ou ce qui, en elles, demeure actuel et ce qu'il est secondaire de retenir. Avec conviction et audace, il propose des interprétations neuves. Ce livre s'attaque ainsi aux questions simples que tout un chacun peut se poser : que veut dire, un " Dieu Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre " ? Que peut signifier la " naissance virginale " de Jésus, ou la foi en lui comme " Fils " de Dieu ? Quel est le sens de sa croix, de sa mort et de sa résurrection ? Pourquoi dit-on qu'il est " descendu aux enfers " ? Qu'est-ce que la " communion des saints " ? Que signifie la " résurrection des morts " et la " vie éternelle " ? Et encore : pourquoi l'Église est-elle dite " une, sainte, catholique, apostolique " ? Quelle est l'originalité de la foi chrétienne par rapport aux autres religions ? Ce livre, fruit de quarante années de travail théologique, est une remarquable actualisation du Credo pour l'homme moderne.

  • Avant tout, ce livre répond à une question simple : que peut encore dire un croyant de la Création et d'un Dieu créateur maintenant qu'on sait que la Terre a 13,7 milliards d'années, que la Vie en a près de 5 milliards et que les premiers hommes sont apparus il y a environ 2 millions d'années ? Ces questions font depuis longtemps difficulté aux croyants, mais elles connaissent aujourd'hui un regain d'actualité avec le succès des créationnistes, ces « fondamentalistes » qui récusent le travail des paléontologues comme celui des astrophysiciens et préfèrent s'en tenir littéralement au récit de la création du monde et de l'homme dans la Bible. Par ailleurs, les découvertes de la génétique et des sciences cognitives ne sont pas en reste pour troubler les croyants.Ces difficultés sont ici abordées de front. Mais encore faut-il savoir de quoi on parle. Chaque découverte, théorie, problème scientifique fait l'objet d'une présentation claire, honnête, lucide, pertinente. Les aspects historiques ne sont pas absents. L'auteur est sévère pour l'attitude de l'Eglise et des croyants dans le passé, et encore aujourd'hui. Mais sa volonté d'ouverture ne fait pas taire ses désaccords avec des interlocuteurs scientifiques, en particulier quand ils franchissent sans réflexion les limites de leur domaine.En fin de compte, c'est tout le conflit, jamais vraiment dépassé, entre foi et science, qui est revisité dans ce livre intelligent et pédagogique.

  • Avec cette somme sans équivalent sur le judaïsme, Hans Küng inaugure son diagnostic de la situation religieuse en cette fin de siècle (suivront le christianisme et l'islam).Malgré le petit nombre des juifs, où se reflètent toutes les forces et toutes les contradictions religieuses de notre fin de millénaire. Il fallait donc commencer par lui. Hans Küng le raconte et l'ausculte dans ses multiples dimensions, depuis son passé biblique jusqu'à son actualité en Israël et dans la diaspora, en passant par les longs et souvent douloureux siècles chrétiens.Tout au long de sa recherche, Hans Küng essaie de repérer ce qui demeure, les lignes de force, ce qui est substance de la foi. Il s'interroge sur les contradictions que le judaïsme porte en lui ou qu'il a rencontrées hors de lui et sur la manière dont il les a toujours résolues. Il évalue les chances et les défis du judaïsme actuel, après ces menaces terribles pour son existence que furent l'assimilation douce puis le génocide, sans précédent dans les temps modernes. Il ne craint pas d'évoquer les questions politiques posées par l'existence de l'État d'Israël. La franchise avec laquelle il évoque les aspects qui le heurtent, voire ceux où il juge le judaïsme infidèle à lui-même, n'a d'égale que sa sévérité envers l'antijudaïsme des chrétiens et plus encore des Églises au cours de l'histoire même la plus récente.Telles sont les questions que soulève ce grand livre, constamment soutenu par une énorme information historique et politique, rédigé avec la clarté pédagogique légendaire de l'auteur.

  • "Pas de survie sans éthos planétaire. Pas de paix mondiale sans paix religieuse sans dialogue entre les religions." Ce sont les premières phrases de ce livre, et elles annoncent le "programme" dont il traite. Pas de survie sans éthos planétaire : mais comment fonder une telle éthique ? La raison n'est-elle pas suffisante pour cela ? Quel peut être l'apport des religions, et particulièrement du christianisme, pour fonder des valeurs universelles, admises par tous ? Pas de paix mondiale sans paix religieuse. Les défaillances des religions au cours de l'histoire sont bien connues. Elles ont besoin d'une critique, et plus encore d'une autocritique, qui prendrait pour critère ce qui est vraiment humain ou le plus grand bien de l'humanité. Pas de paix religieuse sans dialogue entre les religions : comment les religions peuvent-elles dialoguer en vérité ? Que peuvent-elles affirmer en commun tout en demeurant fermes dans leur vérité propre ? Ce sont quelques-unes des questions posées par Hans Küng dans ce livre. Elles justifient l'urgence de la réflexion sur les conditions d'une éthique universelle. Traduit de l'allemand par Joseph Feisthauer.

  • Hans Kung describes the history of the Roman Catholic Church from its origins in St Paul?s Rome, through the disputes of the medieval era to the modern world. He examines the historic tension in the Church between pluralism and exclusivity; how the role of the Pope has changed; the motivations of the great reforming pontiffs; the evolving functions of the bishops and cardinals; the church?s enthusiasm for missionary activity; the origins of the Marian cult; and how the shock waves of the Reformation and Counter-Reformation can still be felt today. The book concludes with a searching assessment of how the Catholic faith confronts the immense challenges ? from science, from the empowerment of women, from those seeking reform of the Church?s strictures against abortion and contraception ? in the new millennium.

    ?The sweep is vast and the tale told with pace and passion? Financial Times

  • Does God exist? The question implies another: Who is God? This book is meant to give an answer to both questions and to give reasons for this answer. Does God exist? Yes or no? Many are at a loss between belief and unbelief; they are undecided, skeptical. They are doubtful about their belief, but they are also doubtful about their doubting. There are still others who are proud of their doubting. Yet there remains a longing for certainty. Certainty? Whether Christians or Jews, believers in God or atheists, the discussion today runs right across old denominations and new ideologies--but the longing for certainty is unquenched. Does God exist? We are putting all our cards on the table here. The answer will be "Yes, God exists," As human beings in the twentieth century, we certainly can reasonably believe in God--even more so in the Christian God--and perhaps even more easily today than a few decades or centuries ago. For, after so many crises, it is surprising how much has been clarified and how many difficulties in regard to belief in God have melted into the Light that no darkness has overcome.

  • Dieu existe-t-il ? L'éternelle question est posée de façon nouvelle à chaque époque ; elle est posée aujourd'hui de façon radicalement neuve par les hommes de chair et de sang, de doute et de lutte, qui représentent les divers courants de la modernité. Dieu existe-t-il ? Augustin et Thomas d'Aquin ont leur mot à dire. Mais on ne peut plus servir l'homme contemporain de l'astrophysique en lui imposant des réponses médiévales. Dans ce livre, Hans Küng s'emploie d'abord à préciser la question de savoir qui est Dieu pour les modernes, de Pascal, Descartes et Spinoza à Wittgenstein, Heidegger et Bloch en passant par Kant, Hegel, Marx, Freud et tous ceux qui ont posé la question de façon originale et pressante. Ce n'est qu'ensuite que Hans Küng propose une réponse à la question Dieu existe-t-il ? Réponse sans équivoque et qu'il s'emploie ensuite à justifier, mais non à vouloir figer de façon définitive. Les deux livres de Hans Küng : Etre chrétien et Dieu existe-t-il ? se complètent donc

  • Oser un bilan de 2000 ans de christianisme, il fallait le faire. hans Küng a relevé le gant, et c'est une gageure réussie. Son livre est d'abord une somme passionnante d'informations historiques, culturelles, théologiques, en particulier sur les "trois christianismes" qui se sont constitués au cours du temps : l'orthodoxie (ou le modèle "hellénistique"), le catholicisme (ou le modèle "romain"), le protestantisme (ou le modèle "réformateur"). Avec son habituelle clarté, Küng rappelle dans le détail les traits qui forment le "socle", la structure de ces formes chrétiennes majeures (et de beaucoup d'autres, moins importantes). Mais il se refuse à être un historien, un sociologue ou un théologien neutre. La mesure de tout christianisme en tout temps demeure l'Evangile. Aucune tradition, aucune Eglise chrétienne ne saurait échapper à un jugement à partir de ce critère. "Ce n'est pas le passé comme tel qui m'intéresse ici, mais comprendre comment et pourquoi le christianisme est devenu ce qu'il est aujourd'hui - en considérant ce qu'il pourrait être."
    Pour comprendre et juger de façon nuancée et équitable vingt siècles de christianisme, pour entrevoir ce qu'il sera demain, il faut lire ce livre sans équivalent.

empty