• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'étendue de l'Inde est comparable à celle de l'Europe. Il en est de même de sa diversité et de ses contradictions. Mais la complexité de l'Inde n'a pas empêché qu'elle soit considérée, depuis une haute antiquité, comme une entité culturelle, dont l'unification politique ne s'est réalisée, historiquement, qu'une seule fois : dans l'Inde anglaise. Jacques Dupuis, historien, géographe et anthropologue de terrain, a tenté d'expliquer les civilisations et les sociétés indiennes dans leur évolution, depuis la préhistoire jusqu'au XXe siècle. Son propos n'est pas de faire ou refaire l'histoire. Il montre que, si l'Inde est un pays de mystique et de traditions philosophiques, elle est aussi un grand pays moderne qui tient une place de premier plan sur la scène internationale. L'originalité de ce petit ouvrage est que les traits de civilisation et de société y sont constamment présentés comme éclairés, nourris par le passé. C'est l'indianité vivante qui apparaît ici, dans son ensemble, pour la première fois.

  • Pour la doctrine chrétienne, Jésus-Christ, centre du monde et de l'histoire, est le Sauveur de toute l'humanité. Dès lors la grave question se pose de la place laissée aux autres traditions religieuses.
    C'est là un problème qui ne date pas d'aujourd'hui. Il s'est posé dès les temps apostoliques, et au cours des siècles les réponses ont divergé. Aujourd'hui la question rejaillit de façon plus pressante. La prise en compte du pluralisme religieux et le brassage des cultures y sont pour beaucoup.

    Cet ouvrage situe le propos dans le large éventail des positions du débat théologique actuel. Ce faisant, il cherche la voie étroite qui permette de concilier les exigences de l'enseignement chrétien et la signification positive des autres religions. Et des questions brûlantes jaillissent, parmi lesquelles celles-ci: Ces religions mènent-elles leurs adhérents au salut véritable? Leurs livres sacrés contiennent-ils une vraie Parole de Dieu? Quel sens donner au dialogue interreligieux ouvert par le dernier concile? Si Jésus-Christ est la plénitude de la Révélation, dans quelle mesure un tel dialogue peut-il enrichir la foi des chrétiens?

    La démarche de ce livre n'est pas seulement déductive, c'est-à-dire basée sur des principes théologiques a priori. Elle s'appuie sur la rencontre vivante d'une autre tradition religieuse, l'hindouisme, qui pose au christianisme des défis surprenants. À la faveur de ces pas inductifs, l'auteur suggère une théologie chrétienne des religions qui, pour son propre bien, embrasse davantage la différence des contextes culturels en vue d'une meilleure compréhension de l'universalité.

  • Aimé... c'est un prénom qui devrait porter chance, voyez plutôt. Persécuté social, marginal de l'esprit, écorché de naissance, Aimé cède à la terrible tentation qui le taraude. Éventreur par conviction, il étripe sans remords... jusqu'au jour où d'autres bouchers fous se mettront à l'ouvrage, sous l'oeil perfide d'un Dieu pervers.

  • Il voit des Viets partout. Jusque sous ses fenêtres. Pignol est un déchiré du vécu. Il prend sa vessie pour une lanterne. Se persuade que sa gamine mongolienne a été tuée par un certain Jésus. Du coup, il est colère et il venge. Sans se douter qu'il va déclencher une gigue pitoyable et saignante, ce jour, dans le village dont il est le maire. Entraînant dans sa folie le ciel tout entier, déserté par un Dieu féroce qui ronfle pépère.

empty