• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le village de St Jean s'éveille. Plus d'électricité. Plus de téléphone. Ses habitants sont coupés du monde. L'angoisse les prend, ils s'interrogent : que se passe-t-il ? Qui les menace ? Pourquoi cette attente et ce silence ? Qui sont "LES CAMPAGNOLS" ? Journaliste, étranger au village, le narrateur rapporte les incroyables événements dont il est le témoin, et bientôt l'acteur. Il finit par comprendre les mobiles des envahisseurs... "LES CAMPAGNOLS" de Janine Oriano est un étonnant suspense, une fable sur les âges de la vie. Le roman du conflit des générations. C'est aussi un avertissement : une histoire qui peut nous arriver.

  • Une jeune femme perd à jamais l'espoir d'être mère. Elle ne peut se résigner à cette impossibilité et peu à peu le besoin d'avoir un enfant s'empare d'elle comme une sorte de folie. Et un jour, cédant à sa hantise, elle enlève un petit garçon dans un square. A tous, à la bonne, aux amies qui viennent la voir, à son mari quand il rentrera de voyage, elle dira que cet enfant est le fils d'une domestique, qu'elle a eue autrefois et qui vient de mourir à l'hôpital. Le petit garçon a trois ans et parle à peine. Pourtant, pour plus de sûreté, elle le parque dans une chambre et veille jalousement à ce que personne ne l'approche. Commence alors une vie infernale qui va trouver dans le sang et dans la folie sa fatale conclusion. Ce drame de la maternité impossible a inspiré à Janine Oriano ce beau roman intense et troublant que toutes les femmes - même les mères - voudront avoir lu.

  • Une jeune femme perd à jamais l'espoir d'être mère. Elle ne peut se résigner à cette impossibilité et peu à peu le besoin d'avoir un enfant s'empare d'elle comme une sorte de folie. Et un jour, cédant à sa hantise, elle enlève un petit garçon dans un square. A tous, à la bonne, aux amies qui viennent la voir, à son mari quand il rentrera de voyage, elle dira que cet enfant est le fils d'une domestique, qu'elle a eue autrefois et qui vient de mourir à l'hôpital. Le petit garçon a trois ans et parle à peine. Pourtant, pour plus de sûreté, elle le parque dans une chambre et veille jalousement à ce que personne ne l'approche. Commence alors une vie infernale qui va trouver dans le sang et dans la folie sa fatale conclusion. Ce drame de la maternité impossible a inspiré à Janine Oriano ce beau roman intense et troublant que toutes les femmes - même les mères - voudront avoir lu.

  • Le village de St Jean s'éveille. Plus d'électricité. Plus de téléphone. Ses habitants sont coupés du monde. L'angoisse les prend, ils s'interrogent : que se passe-t-il ? Qui les menace ? Pourquoi cette attente et ce silence ? Qui sont "LES CAMPAGNOLS" ? Journaliste, étranger au village, le narrateur rapporte les incroyables événements dont il est le témoin, et bientôt l'acteur. Il finit par comprendre les mobiles des envahisseurs... "LES CAMPAGNOLS" de Janine Oriano est un étonnant suspense, une fable sur les âges de la vie. Le roman du conflit des générations. C'est aussi un avertissement : une histoire qui peut nous arriver.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Frédéric Moure est un homme heureux: un " battant ".

    Tout commence à Venise, au festival du film publicitaire où il s'est rendu pour présenter une production de sa maison. Voici que dans le film d'un concurrent allemand, Helmut Steiner, film admirable et angoissant, Frédéric croit reconnaître une poterie grecque dont on lui avait assuré, lorsqu'il l'avait achetée, qu'il s'agissait d'une pièce unique. La ressemblance est si frappante qu'une même fêlure, au même endroit que sur le sien, se retrouve sur le vase du film. Lorsque Frédéric, intrigué, veut interroger le metteur en scène, celui-ci a disparu.

    De retour à Paris, Frédéric se rend chez un expert qui, émerveillé par sa poterie, lui confirme qu'à sa connaissance il n'en existe aucune autre semblable.

    Pressé par sa femme qui prend cette histoire très au sérieux, Frédéric se rend à Francfort pour rencontrer Helmut Steiner et revoir le film. Tandis qu'il le visionne sur une table de montage, il y voit, brièvement, apparaître son propre visage.

    C'est un visage vieilli, ravagé par l'angoisse. Comme si quelqu'un avait pris une photo de lui... plus tard ! Son visage d'avenir.

    Intuition du futur ? Hallucination ? Machination d'Helmut Steiner, jaloux de son succès ? Frédéric ne peut plus échapper à ce visage dont il a retracé les traits sur l'image agrandie du film. Comment est-il venu là ? Un mot insupportable fait son chemin en lui: le destin. Son destin n'est-il pas inscrit dans ce film ? Et quel drame l'attend pour qu'une angoisse aussi profonde imprègne ses traits ? Frédéric n'aura plus qu'un but: échapper à cette ressemblance finale.

    Mais n'est-ce pas en voulant échapper à son destin que l'on prend le plus court chemin qui y conduit ?

    Ce roman, au suspense haletant, nous concerne tous. Qui d'entre nous n'a été, un jour ou l'autre, frappé de ce qu'on appelle une " prémonition " ? Qui ne s'est interrogé sur ces domaines encore mal explorés qu'on appelle " chance ", " hasard ", " intuition " : domaines de l'extra-sensoriel auxquels s'intéresse de plus en plus la science ?

    Rien ne prédisposait Frédéric Moure à cette terrible rencontre avec son destin.
    Rien ne nous dit que cela ne pourrait nous arriver. Demain, peut-être...

    Sous le nom de Janine BOISSARD, Janine ORIANO a publié chez le même éditeur la série L'esprit de famille, Une femme neuve et, récemment, Rendez-vous avec mon fils.

  • Une rouquine n'arrive jamais seule. Avec Claudia, c'était aller au-devant de sérieux emmerdements. Et ça, Macaire aurait pu s'en douter. Ancien « privé » présentement loufiat à l'enseigne du « Veuf hilare », il circule dans le grand monde sur les pas de Claudia, baise la main des dames, distribue aussi quelques coups de latte et manque de peu finir comme pâtée pour chien. Au bistrot, comme dans la vie, c'est le coup de feu permanent. Et tout ça pour une fille qui n'a aucun esprit de famille.

empty