• Tu seras une bonne fille Nouv.

    « Le monde se réduisait à nous deux, ma mère et moi, jusqu'à ce que je devienne une fille américaine. C'est alors qu'elle a commencé à me parler de la Bonne Fille - un sarcasme, un avertissement, un mauvais présage. La Bonne Fille vivait en Iran. Elle ne répondait pas, elle ne parlait pas tout court. Elle était un modèle de politesse et de décence. Elle ne sortait pas toute seule dans la rue. Elle se tenait aux côtés de sa mère et buvait ses paroles. Quand un homme la regardait, elle baissait les yeux. »
    Jasmin n'a que trois ans quand elle arrive aux États-Unis. De ses origines iraniennes, elle ne sait rien. Des années plus tard, à la mort de son père, Jasmin aide sa mère à déménager. Parmi de vieux documents, elle tombe sur la photo d'une femme en tenue de mariée. Elle reconnaît distinctement sa mère. À ses côtés, un homme qu'elle n'a jamais vu.
    Refusant d'abord de lui révéler le mystère de ses origines familiales, Lili envoie finalement à sa fille une série de cassettes : de déchirantes confessions sur l'histoire qui fut la sienne avant son exil. Son mariage à l'âge de treize ans, les abus dont elle a été victime, et la fille qu'elle a été contrainte d'abandonner pour avoir une chance d'échapper à l'enfer.
    « Une histoire inoubliable. » Bookpage
    « Un hommage à l'incroyable résilience des femmes iraniennes. » MS Magazine
    « Avec ce livre, Darznik signe un poignant hommage à la vie et aux combats de sa mère. » Booklist
    « Un récit édifiant, qui en dit long sur place des femmes dans la société iranienne, sur ce qu'elles endurent, mais aussi sur leur incroyable capacité à résister. » Kirkus

  • L'oiseau captif

    Jasmin Darznik

    Forough Farrokhzad a grandi à Téhéran dans les années 1930, au sein d'une famille de sept enfants. Dans la maison règne une discipline de fer, et les enfants n'appellent pas leur père "papa", mais "Colonel". Très tôt, Forough manifeste un vif intérêt pour la poésie persane et dévore les recueils que ses frères étudient, eux qui ont la chance d'aller à l'école. À l'âge de seize ans, Forough épouse son amour de jeunesse, Parviz, sur décision de son père qui tient à éviter un scandale. Mais alors que beaucoup de jeunes filles n'ont pas la chance de choisir leur mari, Forough ne tarde pas à déchanter : l'homme qu'elle a épousé n'est pas exactement celui qu'elle imaginait.
    Alors elle se remet à écrire et entre ses vers se devine quelqu'un qui ne fait pas semblant de vivre. Une femme, une vraie. Et même une poétesse. Une qui, sans même s'en rendre compte, va révolutionner la scène littéraire iranienne en écrivant sur le sentiment amoureux, le désir et l'amour charnel, des thèmes traditionnels de la poésie persane, mais qui, venant d'une femme, vont provoquer un séisme sans précédent dans la société iranienne et vaudront à Forough Farrokhzad une réputation sulfureuse.

    Le portrait émouvant d'une femme qui n'a reculé devant rien pour chanter la beauté du désir féminin.

  • 'With this one word, Lili had finally understood many things: that no matter what she promised or sacrificed or gave, she would always be 'broken' to her daughter.' When Jasmin Darznik finds a photo among her father's possessions shortly after his death, she recognises the child in the veil and bride's clothes as her mother, Lili, but the groom is unfamiliar.



    Who had her mother married all those years before? A few months later Lili sends Jasmin ten cassette tapes which reveal the secret history of their family: the true story of the abusive man she married, and the daughter she was forced to leave behind.



    This is an unforgettable story of secrets, betrayal and exile, and of an unshakeable mother-daughter bond.

  • A spellbinding debut novel about the trailblazing Iranian poet Forugh Farrokhzad, who defied society’s expectations to find her voice and her destiny
    “Remember the flight, for the bird is mortal.”
    All through her childhood in Tehran, Forugh Farrokhzad is told that Persian daughters should be quiet and modest. She is taught only to obey, but she always finds ways to rebel--gossiping with her sister among the fragrant roses of her mother’s walled garden, venturing to the forbidden rooftop to roughhouse with her three brothers, writing poems to impress her strict, disapproving father, and sneaking out to flirt with a teenage paramour over café glacé. During the summer of 1950, Forugh’s passion for poetry takes flight--and tradition seeks to clip her wings.
    Forced into a suffocating marriage, Forugh runs away and falls into an affair that fuels her desire to write and to achieve freedom and independence. Forugh’s poems are considered both scandalous and brilliant; she is heralded by some as a national treasure, vilified by others as a demon influenced by the West. She perseveres, finding love with a notorious filmmaker and living by her own rules--at enormous cost. But the power of her writing only grows stronger amid the upheaval of the Iranian revolution.
    Inspired by Forugh Farrokhzad’s verse, letters, films, and interviews--and including original translations of her poems--this haunting novel uses the lens of fiction to capture the tenacity, spirit, and conflicting desires of a brave woman who represents the birth of feminism in Iran--and who continues to inspire generations of women around the world.
    Praise for Song of a Captive Bird
    “If poetry is emotion rendered incendiary, then Forugh Farrokhzad was made of fire. . . . Song of a Captive Bird is an unsparing account of the necessity and consequences of speaking out.”--BookPage
    “Sometimes, simply choosing whom to love is a political act.”--Vogue (“February’s Best Books”)
    “With rich empathy and gorgeous prose, Jasmin Darznik breathes life into one of Iran’s most iconic women, and the result is a beautiful novel that is as compelling as it is necessary.”--Bret Anthony Johnston, author of Remember Me Like This
    “A thrilling and provocative portrait of a powerful woman set against a sweeping panorama of Iranian history.”--Kirkus Reviews

empty