• Cet ouvrage consacré à l'ethnologue, sociologue, psychothérapeute, épistémologue anglo-américain Gregory Bateson (1902-1980) constitue une introduction à son oeuvre humaniste, scientifique et clinique et aux modèles relationnels qu'il a mis au point dans les années 1950, à Palo Alto (Etats-Unis). Ceux-ci ont eu une grande influence sur des modes de soins psychiques dans le traitement des troubles relationnels, affectifs et mentaux, utilisant l'appui des proches familiaux. Un vaste mouvement conceptuel et soignant a trouvé là ses bases théoriques. Jean-Claude Benoit est psychiatre, ancien chef de service en psychiatrie publique, ancien directeur d'enseignement clinique, président d'honneur de l'Institut d'étude des systèmes familiaux, à Versailles. Il anime depuis sa création la collection " Relations ".

  • Penser la schizophrénie se heurte à l'impensable, face à ce qui apparait d'abord comme des provocations mais aussi un déraillement d'un être en croissance, cet être proche devenant présent et absent, attachant et déroutant. Les paradoxes s'accumulent et le désarroi gagne la famille qui voit ses ressources affectives s'épuiser. Grâce à ses équipes soignantes spécialisées, la psychiatrie publique, dite de secteur , assure des soins hospitaliers et ambulatoires aux patients dans leur environnement proche. L'implication des familles dans les soins s'avère positive et préventive, en particulier grâce à l'appui des techniques groupales dites systémiques, quand le collectif soignant est formé à ces pratiques. Dans cet ouvrage ancré dans la clinique, l'auteur présente ce type de soins, les progrès ainsi obtenus et l'originalité de la démarche. Jean-Claude Benoit est psychiatre, ancien chef de service en psychiatrie publique, ancien directeur d'enseignement clinique, président d'honneur de l'Institut d'étude des systèmes familiaux, à Versailles.

  • Nouvelle édition entièrement revue et corrigée La famille de tout malade mental peut jouer un rôle crucial dans l'aide aux soins face à la souffrance et aux troubles comportementaux qui se manifestent particulièrement à chaque période d'angoisse accrue ou d'agitation, et à chaque moment d'hospitalisation imposée. Rechercher et utiliser cette aide familiale exigent, une formation appropriée des intervenants, médecins, psychologues, travailleurs sociaux, et du personnel infirmier qui partage directement la souffrance du malade. En effet, il s'agit pour ces professionnels de maintenir une nécessaire loyauté psychique à l'égard du malade tout en conduisant des rencontres évolutives avec ses proches et lui-même. Ce livre transmet l'expérience d'un psychiatre engagé dans l'évolution des thérapies familiales. Il donne les éléments théoriques de ce mode de travail et les récits cliniques positifs recueillis dans sa propre équipe comme dans les nombreuses séances de formation qu'il a conduites. Psychiatre, Jean-Claude Benoit a eu une carrière de praticien hospitalier.

  • Notre société diffuse à un niveau mondial le modèle d'un bonheur matériel qui créé quelques difficultés mentales chez certains d'entre nous. Des produits nouveaux viennent nous obséder tous chaque jour. Dans le même temps des scissions s'installent dans nos esprits, nos coeurs; Les relations avec nos proches s'exaspèrent, deviennent cahotiques. Notre société semble conduire l'être humain vers une situation pathologique, schizophrénique.

  • L'anthropologue anglo-américain Gregory Bateson (1904-1980) a créé de façon décisive une vision différente des sciences humaines, adaptée à notre époque de grande mutations. Ce livre rend compte de l'apport de sa pensée dans le domaine de la clinique et de la psychothérapie. L'auteur décrit la découverte batesonienne dans l'approche familiale directe des psychoses. Il intercale des chapitres personnels illustrant ces faits positifs par des observations cliniques récentes auprès de patients vus avec leurs proches et leurs soignants référents.


  • Une nouvelle édition enrichie et actualisée pour apprendre, pour comprendre et pour aider à mieux soigner.

    Parmi les connaissances de base essentielles à la pratique médicale, la physiologie occupe une place de premier plan. Un ouvrage, moderne et actualisé, consacré au fonctionnement des organes et à la physiologie de l'organisme est indispensable aux médecins (non seulement l'étudiant mais aussi le médecin confirmé).

    Mais au-delà de la connaissance physiologique, il faut comprendre le passage du normal au pathologique. La physiopathologie est la clef de voûte d'une médecine de qualité fondée sur la logique de restitution du fonctionnement des mécanismes physiologiques.

    L'ambition de cet ouvrage est de permettre de mieux appréhender les conséquences des modifications physiologiques.

    Son originalité est de faire le lien entre la physiologie et les situations pathologiques impliquant les grandes fonctions de l'organisme. Ainsi, prévaut l'idée que la connaissance de la physiopathologie peut aider à prévenir la dégradation de la fonction d'organe et les conséquences qui en découlent pour le patient.

    Cette nouvelle édition a été corrigée et actualisée dans cette optique. De nombreuses informations permettent ainsi de passer du normal à la maladie comme le fait au quotidien le praticien au chevet de son patient. Les auteurs de chaque chapitre sont des référents pour traiter leur section. Cet ouvrage s'inscrit dans une démarche complète : qualité de la pédagogie, information pointue et optimisation de la pratique médicale.

    Un effort particulier a été fait pour que tout soit clairement illustré.

    Utile à tous les spécialistes ou internes de spécialités cardiologues, pneumologues, neurologues, hépato-gastroentérologues, immunologistes, hématologistes, néphrologues, etc.), au médecin interniste ou généraliste, ce traité s'avérera essentiel à la pratique de l'anesthésie-réanimation, de la médecine d'urgence, de soins intensifs spécialisés ou de la réanimation médicale.

  • Le génogramme est un outil qui permet de représenter graphiquement une famille dans son histoire. Il crée une forme contenante qui rassemble les souvenirs épars, les histoires partielles, les liens de toute nature. Son maniement technique est simple et il peut enrichir considérablement le travail clinique. Il se travaille en famille et individuellement. Cet ouvrage présente la multiplicité de son utilisation, incitant le lecteur à construire son approche personnelle.
    Anne-Marie Garnier est pédopsychiatre (Vincennes), Francesca Mosca est psychologue clinicienne.

  • La Lorraine est une terre de passage. Les routes qui la sillonnent du nord au sud et d'est en ouest nous enseignent l'histoire. La Meurthe-et-Moselle est particulièrement intéressante par sa variété toponymique. Qui n'a jamais entendu parler de Nancy, Toul, Pont-à-Mousson, Lunéville, Longwy ou Villerupt ? Tous ces noms évoquent l'histoire, l'art ou l'industrie ; ils ont permis de porter jusqu'à l'autre bout du monde la renommée de la Meurthe-et-Moselle. Ces noms anciens ont évoqué pour nos ancêtres, qui ont baptisé ces localités, autre chose que les connotations que nous leur attribuons, relativement récentes par rapport à l'âge de ces lieux. Mais tous les noms de lieux, villages, lieux-dits, montagnes, rivières et étangs ne sont pas aussi aisés à interpréter. Ce livre tente donc de leur donner un sens et cherche des réponses à partir des attestations anciennes en proposant le plus souvent différentes hypothèses. Au-delà de la recherche étymologique, l'ouvrage se présente aussi comme une promenade passionnante au milieu des hommes qui ont nommé ces lieux à différentes époques à travers leurs activités, leurs croyances, les paysages, les coutumes. La deuxième partie aborde un aspect historique que la toponymie met en lumière : les différentes époques de peuplement avec leurs habitudes de langage, de l'antiquité à l'époque moderne. C'est tout un pan particulièrement fragile du patrimoine lorrain (et meurthois) que ce livre met en valeur, en espérant apporter aux habitants comme aux touristes une meilleure connaissance de ce patrimoine omniprésent et pourtant si méconnu.
    Michèle BENOIT, docteur en langue et littérature française, a publié plusieurs ouvrages sur l'histoire de la Lorraine et de la Bretagne et, en collaboration avec Cl. Michel, des ouvrages de dialectologie et de toponymie.
    Claude MICHEL, docteur en linguistique, dialectologue, chercheur à l'Institut Pierre Gardette a écrit de nombreux ouvrages et articles abordant la dialectologie, les régionalismes du français et la toponymie, à propos de la Lorraine et du franco-provençal.

  • Le premier ouvrage qui aborde la question du regard sur l'enfant et l'enfance à travers la diversité des supports culturels destinés aux enfants eux-mêmes ou aux adultes éducateurs, membres de la famille ou professionnels. L'enfance et ses représentations sont aujourd'hui au coeur d'injonctions paradoxales ou sont porteuses d'utopies contradictoires. Cet ouvrage s'attache à explorer la diversité de ces « figures » de l'enfant et de l'enfance qui guident et accompagnent familles et professionnels dans leurs fonctions éducatives.

  • - Pourquoi fait-il plus froid au sommet d'une montagne?
    - Qu'est-ce qui cause les vagues de la mer?
    - À quoi servent les couleurs vives des fleurs?
    - Que font les vers de terre l'hiver?
    - Quel est le fruit le plus populaire au monde?
    Découvre tout ceci et bien d'autres choses encore en compagnie du sympathique duo du magazine Les Explorateurs.

  • This book is open access under a CC BY 4.0 license.
    This book investigates why, despite more and more resources devoted to safety training, expectations are not entirely met, particularly in the industrial sectors that have already achieved a high safety level. It not only reflects the most precious viewpoints of experts from different disciplines, different countries, with experiences in various industrial fields at the cutting edge of theories and practices in terms of safety, professionalization and their relationships. It also consolidates the positioning of the Foundation for an Industrial Safety Culture, highlighting what is currently considered at stake in terms of safety training, taking into account the system of constraints the different stakeholders are submitted to. It reports some success stories as well as elements which could explain the observed plateau in terms of outcome. It identifies some levers for evolution for at-risk industry and outlines a possible research agenda to go further with experimental solutions.

  • The objective of this book is to help at-risk organizations to decipher the "safety cloud", and to position themselves in terms of operational decisions and improvement strategies in safety, considering the path already travelled, their context, objectives and constraints. What link can be established between safety culture and safety models in order to increase safety within companies carrying out dangerous activities? First, while the term "safety culture" is widely shared among the academic and industrial world, it leads to various interpretations and therefore different positioning when it comes to assess, improve or change it. Many safety theories, concepts, and models coexist today, being more or less appealing and/or directly useful to the industry. How, and based on which criteria, to choose from the available options? These are some of the questions addressed in this book, which benefits from the expertise of its worldwide famous authors in several industrial sectors.    

  • This open access book addresses several questions regarding the implementation of human and organisational factors (HOF) so that recent improvements in industrial safety can be built upon. It addresses sources of frustration in senior management with high expectations of operational recommendations and disquiet on the part of HOF specialists struggling to have an impact on high-level decision making. The brief explores these issues with an emphasis on examples and lessons learned based on the experience of its authors, who come from different academic disciplines and various industrial sectors such as oil and gas, energy and transportation. It then offers some ways forward for a better consideration of HOF in hazardous companies with a view of promoting safety and facing challenges in a rapidly changing world.

  • Les préoccupations patrimoniales ne visent pas à cristalliser les legs du passé ou à figer l'identité, mais permettent plutôt de souligner le dynamisme de notre héritage collectif, nourri entre autres par l'apport des diverses communautés culturelles. Leur contribution demeure toutefois méconnue et c'est pourquoi la revue Continuité y consacre son numéro hivernal. Si nous avons intérêt à découvrir l'apport des immigrants à notre patrimoine, eux-mêmes ont à gagner à s'intéresser à celui de leur société d'accueil. Robinson Ngametche (en couverture), concepteur du parcours « Découvrir ma cité », est du nombre de ceux qui travaillent à familiariser les nouveaux arrivants au patrimoine québécois. Aussi au sommaire, l'évolution du style des maisons curiales québécoises, la restauration de l'oeuvre d'art public L'homme d'Alexander Calder, les églises protestantes ou « mitaines » recyclées de Québec, et un aperçu des travaux de la Table de concertation en patrimoine de la danse initiée par le Regroupement québécois de la danse.

  • Monstre d'acier ou de béton, le pont, silhouette massive, occupe le paysage urbain et se fond au décor jusqu'à parfois s'y faire oublier. Voici treize nouvelles où toujours il se dresse, à la fois lien et tremplin, entre le bien et le mal, l'admiration et les désillusions. Alors que certains sautent dans le vide pour noyer leur mal-être, d'autres voient le mythique saut de l'ange comme une renaissance. Entre un futur proche où l'on coupe les ponts et une dynastie familiale sur le déclin émergent des problèmes de jeu, des couples en péril, mais aussi la grandeur de l'enfance et des retrouvailles inattendues.

    Charmée par la beauté brute des oeuvres composant la série « Ponts », de l'artiste montréalais James Kennedy, Chrystine Brouillet a invité douze créateurs à livrer un texte inspiré d'une pièce unique, chacune reproduite au début de la nouvelle s'y rattachant. Avec la participation de Marie-Eve Bourassa, Claudine Bourbonnais, Benoît Bouthillette, Chrystine Brouillet, R. J. Ellory, Claude A. Garneau, David Goudreault, François Lévesque, Tristan Malavoy, Martin Michaud, Ariane Moffatt, Marie-Ève Sévigny et Johanne Seymour

  • Le train est-il une « machine à souvenirs » et un « lieu de rencontres inattendues » ? Au cinéma, comme dans la littérature, le train joue souvent le rôle de décor actif, il paraît « donner vie » aux personnages en créant des ambiances. Quelles sont les images et les réflexions qui viennent à l'esprit des voyageurs pendant le temps du trajet ? Comment le territoire est-il appréhendé dans l'imaginaire collectif? Chacun a « ses » histoires avec le train comme si le rythme ferroviaire des déplacements ou des voyages plus lointains forgeait des bribes de récit de la vie. Quant à la vision du train qui entre en gare, quant à la fumée que la machine à vapeur lançait vers le ciel, pareilles images ne quittent pas notre mémoire... Le train sera toujours un mythe.
    Amplitudes propose une rencontre entre des points de vue personnels et des analyses d'experts autour de l'intensité des phénomènes qui se vivent sur les territoires dans la vie quotidienne.

  • Cet ouvrage propose une réflexion élargie sur cette place et ces fonctions nouvelles des grands-parents. Le point de vue de la psychologie y a été privilégié, mais d'autres disciplines, plus ou moins proches, apportent également leur angle de vision.

  • La Lorraine est une terre de passage. Les routes qui la sillonnent du nord au sud et d'est en ouest nous enseignent l'histoire. La Moselle est particulièrement intéressante par sa variété toponymique. Du Saulnois au Bitcherland, le voyageur s'aperçoit qu'il traverse une frontière linguistique. De Château-Salins, au nom d'origine romane, on arrive à Morhange, à la finale caractéristique des villages de la zone de transition (suffixe -ange, issu du germanique -ingen) pour aller vers Sarreguemines, terme purement germanique qui indique que nous sommes « au confluent de la Sarre (et de la Blies) ». Mais tous les noms de lieux, villages, lieux-dits, montagnes, rivières et étangs ne sont pas aussi aisés à interpréter. Ce livre tente donc de leur donner un sens et cherche des réponses à partir des attestations anciennes en proposant le plus souvent différentes hypothèses.
    Au-delà de la recherche étymologique, l'ouvrage se présente aussi comme une promenade passionnante au milieu des hommes qui ont nommé ces lieux à différentes époques à travers leurs activités, leurs croyances, les paysages, les coutumes. La deuxième partie aborde un aspect historique que la toponymie met en lumière : les différentes époques de peuplement avec leurs habitudes de langage, de l'antiquité à l'époque moderne. C'est tout un pan particulièrement fragile du patrimoine lorrain (et mosellan) que ce livre met en valeur, en espérant apporter aux habitants comme aux touristes une meilleure connaissance de ce patrimoine omniprésent et pourtant si méconnu.
    Michèle BENOIT, docteur en langue et littérature française, a publié plusieurs ouvrages sur l'histoire de la Lorraine et de la Bretagne et, en collaboration avec Cl. Michel, des ouvrages de dialectologie et de toponymie.
    Claude MICHEL, docteur en linguistique, dialectologue, chercheur à l'Institut Pierre Gardette a écrit de nombreux ouvrages et articles abordant la dialectologie, les régionalismes du français et la toponymie, à propos de la Lorraine et du franco-provençal.

  • La Lorraine est une terre de passage. Les routes qui la sillonnent du nord au sud et d'est en ouest nous enseignent l'histoire. La Meuse est particulièrement intéressante par sa variété toponymique. Dans le département de la Meuse certains noms de lieux sont plus évocateurs que d'autres : Bar-le-Duc, Douaumont, Varennes-en-Argonne ou Verdun, ont un passé lourd d'histoire. D'autres, plus discrets, comme les Islettes, ou plus curieux comme Venise, Azannes-et-Soumazannes nous intriguent. Mais tous en appellent à notre curiosité et nous aimerions savoir ce qu'ils cachent. Mais tous les noms de lieux, villages, lieux-dits, montagnes, rivières et étangs ne sont pas aussi aisés à interpréter. Ce livre tente donc de leur donner un sens et cherche des réponses à partir des attestations anciennes en proposant le plus souvent différentes hypothèses.
    Au-delà de la recherche étymologique, l'ouvrage se présente aussi comme une promenade passionnante au milieu des hommes qui ont nommé ces lieux à différentes époques à travers leurs activités, leurs croyances, les paysages, les coutumes. La deuxième partie aborde un aspect historique que la toponymie met en lumière : les différentes époques de peuplement avec leurs habitudes de langage, de l'antiquité à l'époque moderne. C'est tout un pan particulièrement fragile du patrimoine lorrain (et meusien) que ce livre met en valeur, en espérant apporter aux habitants comme aux touristes une meilleure connaissance de ce patrimoine omniprésent et pourtant si méconnu.
    Michèle BENOIT, docteur en langue et littérature française, a publié plusieurs ouvrages sur l'histoire de la Lorraine et de la Bretagne et, en collaboration avec Cl. Michel, des ouvrages de dialectologie et de toponymie.
    Claude MICHEL, docteur en linguistique, dialectologue, chercheur à l'Institut Pierre Gardette a écrit de nombreux ouvrages et articles abordant la dialectologie, les régionalismes du français et la toponymie, à propos de la Lorraine et du franco-provençal.

empty