• Les soixante-douze heures qui scellèrent le sort de la Suisse.Devant la colère d'Hitler après la découverte à la Charité-sur-Loire le16 juin 1940 d'un pacte militaire secret signé par la France et le généralGuisan, commandant de l'armée suisse, les stratèges de la Wehrmachtont élaboré, sous le nom de code «Tannenbaum», un plan complet pourl'invasion de la Confédération.Le 25 juillet 1940, devant les menaces de plus en plus précises que lesarmées allemandes font peser à la frontière nord, le général Guisandécide de rassembler tous les officiers supérieurs pour en appelerouvertement à la résistance et au courage. Le temps presse car, derrièreles discours ambigus du président Pilet-Golaz, le général a bien perçules manoeuvres troubles des partisans de la collaboration et de lasoumission.Mais à 13h45, dans le ciel du lac des Quatre-Cantons, un groupementde chasseurs-bombardiers frappés de l'emblème nazi, ouvre le feu etsème la mort.Trois officiers déterminés parviennent à échapper au massacre et jurentde ne jamais se rendre. Ils devront affronter un ennemi féroce et destraîtres omniprésents. Mais ils rappelleront que la liberté se paye biensouvent au prix du courage d'un petit nombre

  • Dans ce récit dense et pudique d´une exhumation, Jean-François Amblard ausculte la mémoire des Républicains Espagnols en s´attachant aux pas d´un fils parti à la recherche de son père fusillé en 1946 et jeté dans l´une des fosses communes de Franco.


    Ce récit romancé nourri d´une documentation historique rigoureuse conduira le lecteur de l´Ardèche à l´Espagne, puis de façon surprenante à la Crète, où l´auteur, s´appuyant sur les travaux d´historiens anglais, dévoile l´Odyssée crétoise méconnue des Républicains espagnols sous l´uniforme britannique.

empty