• En route pour le pouvoir ! Le présent ouvrage s'intéresse à la période au cours de laquelle Napoléon Bonaparte s'est affirmé parmi les principaux protagonistes de la Révolution pour,
    in fine, s'emparer du pouvoir. Le point de départ est l'apparition sur la scène d'un jeune officier d'artillerie à l'occasion de la prise de Toulon aux Anglais en 1793 ; le point d'arrivée la victoire de Marengo, le 14 juin 1800, qui consolide la position de celui qui a été nommé Premier Consul l'année précédente. Il sera Consul à vie en 1802, empereur des Français en 1804.
    Contrairement à l'habitude, l'accent est mis sur le caractère collectif de cette aventure singulière, laquelle n'est pas l'histoire d'un seul. Elle mobilise en effet une foule d'acteurs, incarnant eux-mêmes plusieurs groupes directement intéressés à la mise en place du nouveau régime. Au fil des pages, on découvre ou redécouvre les figures de ceux qui ont accompagné Bonaparte dans sa quête. Des tout premiers compagnons d'armes (Junot, Marmont) à ceux qui se sont illustrés lors des campagnes d'Italie ou d'Egypte (Murat, Davout, Lannes), les soldats sont bien sûr parmi les principaux personnages. Mais entrent aussi rapidement en scène les politiques (Cambacérès, Talleyrand, Roederer), les scientifiques (ceux de la campagne d'Egypte et de l'Institut comme Berthollet ou Monge), les commerçants et les financiers (Périer, Perrégaux), sans oublier le clan Bonaparte ou encore les femmes, au premier rang desquelles la future impératrice Joséphine, sans oublier Madame Mère. Plus d'autres, provenant des milieux les plus divers. On peut penser que sans eux, Napoléon, n'aurait pas pu parvenir à une telle réussite et que, sans lui, aucun de ces personnages n'aurait eu un destin si exceptionnel. C'est la synergie unissant tant de brillantes personnalités - parmi lesquelles celle du futur Empereur est bien entendu la plus sidérante - qui forme la matière de ce livre.

  • L'histoire des deux régimes qui ont enfanté la France moderne et modelé toute l'Europe.
    Dans le prolongement de la Révolution, l'époque napoléonienne accouche littéralement de la France moderne et la projette sur le continent. Autour des fameuses " masses de granit ", les créations institutionnelles se multiplient. Elles accompagnent la mise en place d'un régime autoritaire qui satisfait la plupart des attentes et constitue paradoxalement une étape décisive dans l'avènement de l'État de droit en France. L'oeuvre de pacification intérieure a comme corollaire la guerre extérieure, et les victoires militaires créent les conditions pour qu'émerge un type inédit d'administration de l'Europe. Napoléon pense et construit au fil de ses succès un système continental dominé par la Grande Nation, sans chercher toutefois à imposer aveuglément un modèle uniforme. Au contraire, même s'il ne renonce pas à l'idéal modernisateur des Lumières, il se comporte vis-à-vis de ses conquêtes de façon très empirique. Chacune d'entre elles est traitée différemment selon son importance géopolitique, son éloignement du centre et son ancienneté. C'est la difficulté à stabiliser ce système complexe ainsi que la force des sentiments libéraux et nationaux qu'il a malgré lui déchaînés qui expliqueront son échec final, prélude à l'abaissement durable de la France dans l'ordre international. Une synthèse dense et bien rythmée renouvelant la vision de cette période grâce à la prise en compte de l'historiographie récente, française et étrangère.

  • L'originalité de ce numéro consiste à réunir des articles passant en revue des aspects aussi divers que l'histoire de l'élaboration du Dictionnaire de l'Académie française, les dictionnaires régionaux et créoles, le reflet des réformes orthographiques dans les dictionnaires actuels, les dictionnaires bilingues, le traitement métalexicographique des emprunts, le marquage du parler enfantin, l'iconographie dictionnairique, la synonymie dans les dictionnaires anciens, etc.

  • Al Capone, célèbre gangster d'origine italienne, on connaît... La prohibition, les histoires d'armes, de crimes et de violence, on connaît aussi... Mais connaissons-nous réellement Al Capone ? Quel homme se cache derrière le visage de "Scarface" ? Pétri d'humour noir, Al est une pièce de théâtre qui retrace plusieurs fragments de la vie du gangster et se concentre sur l'élaboration et l'éxecution du célèbre massacre de la Saint-Valentin.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Paru en 1967 dans la collection Économie et Socialisme, ce livre est l'une des premières études faites par un économiste africain de la génération de l'Indépendance. Les circonstances, l'évolution politique de l'Afrique, ont fait qu'il n'a pas été suivi, dans la même direction, d'autres travaux, d'autres auteurs. C'est pourquoi cette étude scientifique des perspectives de croissance accélérée, où Afana s'efforçait de définir les conditions d'un développement efficace, reste d'une importance et d'une originalité qui, dix ans après, justifient largement une réédition, que le présentateur, Pierre-Philippe Rey, a allégée des données trop datées. Son utilité est plus importante que jamais pour les économistes, les hommes et militants politiques, sociologues ou historiens, même non africains, que l'auteur voulait atteindre.

  • Les alliances de classes ont été étudiées par les marxistes, au moins en Europe, exclusivement au niveau politique. Leur fondement économique, dans les rapports de production, n'a pas été abordé depuis Marx. Les deux textes de ce volume : « Sur l'articulation des modes de production » et « Matérialisme historique et luttes de classes », veulent combler cette lacune du marxisme (pour le premier) et en chercher les raisons (pour le second). Pourquoi une alliance entre classes et couches exploitées de modes de production différents doit-elle être une alliance définitive ? Pourquoi l'extension d'une alliance tactique entre une classe exploitée et une classe (ou une couche) exploiteuse au niveau stratégique se retourne-t-elle toujours contre la classe exploitée ? Quelles sont, au sein d'une classe exploitée, les couches qui sont naturellement porteuses de l'intérêt commun de classe ? C'est à tous ces problèmes que ce livre tente d'apporter une première réponse. Dans un monde où le prolétariat n'est jamais seul (même dans les métropoles) pour construire le socialisme et où il est, la plupart du temps, très minoritaire (dans les pays dominés), une analyse des alliances de classes, fondée sur la structure même des formations sociales et sur la lutte des classes qui révèle cette structure et non sur l'idéologie de telle ou telle organisation parlant au nom des exploités, est une arme pour les combats à venir.

  • Avant de passer à la relation des faits que J'aurai à constater, et pour que le lecteur puisse mieux en apprécier la nature, je crois convenable de présenter quelques antécédents des deux hommes qui remplirent, chacun à sa manière, les rôles principaux de ce drame déplorable, savoir : Didier, le chef de la conspiration, et le général Donnadieu, qui fut chargé principalement de la réprimer.La principale notice qui ait été publiée sur ce personnage, et qu'ont reproduite d'autres organes de la presse, fut consignée pour la première fois dans l'ouvrage intitulé Mémoires de Peuchet, attribué faussement à l'ancien archiviste de la police, et qui, dans le fait, ne dut le jour qu'à une spéculation de librairie, jointe aux inspirations de l'esprit de parti le plus extrême.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • L'accueil existe désormais presque partout : c'est l'entrée à l'hôpital, c'est une unité de triage ou bien c'est le lieu dévolu à l'arrivée administrative du patient. Au-delà de cette hétérogénéité, de cette banalisation, nous avons voulu (re)trouver l'accueil comme démarche de soins bien particulière, en partie propre à la psychiatrie, et dans laquelle les infirmiers sont en première ligne en même temps que tous les intervenants sont concernés : médecins, psychologues, assistants sociaux.

    L'accueil est donné ici comme une intervention soignante à part entière, utile à proposer dans toutes les phases du traitement. Et pour donner force et concrétude à cette proposition, les auteurs sont allés sur le terrain et ont donné la parole à des infirmiers, infirmières, à des équipes, à celles et ceux qui sont en première ligne dans ce travail d'accueil.

    Nous sommes allés à Bondy, en Seine-Saint-Denis. C'est un des berceaux de l'accueil en France : dans les années 1980, Guy Bâillon et d'autres avec lui transforment la conception même du soin en psychiatrie.

    Nous sommes allés à Malévoz, en Suisse, où l'institution psychiatrique accueille le patient et sa famille dans un hôpital qui vit en osmose avec l'environnement urbain. Là aussi, des équipes multidisciplinaires, et en particulier les infirmiers, ouvrent de nouvelles voies, pensent le soin, sans se laisser démotiver par le contexte tendu ou les restrictions imposées.

    La démarche "accueil" peut être le moment où se redécouvre la liberté perdue.

  • Cet ouvrage, qui, au départ, est le produit d'un travail pratique sur le « terrain », débouche sur une critique extrêmement poussée et originale de la pensée économique bourgeoise, même sous ses formes les plus récentes. Pour l'auteur, cette démarche est une nécessité pour tous. L'idéologie bourgeoise domine tout notre paysage intellectuel. Ceux qui croient y échapper, sans s'être donné pour première tâche de la critiquer et de lutter contre elle, ne font que la reproduire et la renforcer à leur insu. L'ouvrage, en étudiant le système lignager, propose une analyse minutieuse du procès d'articulation entre système lignager et système capitaliste, considérés comme modes d'exploitation. La problématique employée prend le contre-pied de la problématique de l'économie vulgaire et de la transposition de cette problématique par Sartre.

empty