• Née en 1912, Eva Braun grandit dans une Allemagne devenue exsangue après la Grande Guerre. En 1929, elle trouve un emploi auprès d'Heinrich Hoffmann, photographe officiel du Parti national-socialiste. Timide et introvertie, elle est alors présentée au chef du parti, un petit homme d'une politesse irréprochable qui la courtise bientôt : Adolf Hitler. Ensemble, ils vont au cinéma, à l'opéra et mangent dans les meilleurs restaurants. La belle attend impatiemment chaque rendez-vous tandis que lui est totalement dévoué à la politique.
    Au moment où Hitler se lance en campagne électorale, Eva devient sa maîtresse. Débute alors un conte dans lequel l'héroïne tombe sous le charme d'un monstre.

  • Munich, 1935. Eva Braun a maintenant une place dans la vie du Führer. Une petite place, car le terrible projet d'Hitler lui laisse peu de loisirs.
    Toutefois, cela ne change rien à l'admiration sans bornes d'Eva pour le maître de l'Allemagne. Le régime nazi en a fait une privilégiée ; maison dans un quartier huppé, voyages et luxe font maintenant partie de son quotidien. Il lui reste aussi ses amis, sa mère et ses soeurs. Et cette union fantasmée : sur pellicule, dans les albums photo, elle et Adolf prennent la pose avec les enfants des autres comme s'il s'agissait de leur propre famille. Mais si sa cage est dorée, les barreaux en sont épais et la serrure, incrochetable.

  • Montréal, 1884: la plus grande ville du Canada. À peine descendue du train, Félicité mesure tous les dangers de la métropole. Heureusement, un bon ange veille sur elle, incarné en Phébée, une jolie blonde. Avec elle, l'institutrice déchue fait la connaissance d'une faune humaine bigarrée, de lieux plus ou moins licites et de plaisirs jusque-là inconnus. Tirée de l'isolement subi dans une école reculée, Félicité commence une nouvelle existence. Elle découvre d'abord une maison où des locataires vivent dans la promiscuité et puis une manufacture où des centaines de femmes tentent péniblement de s'arracher à la misère. Mais Montréal, c'est aussi les parcs et surtout le carnaval, où les garçons abordent les jeunes filles et où la morale se relâche un peu. Or, là encore, des hommes en soutane veillent, assistés des plus curieux auxiliaires, prêts à fustiger le péché où qu'il se trouve. D'autres fardeaux se font omniprésents: la pauvreté et l'effroyable saleté de la ville pèsent sur chacun. Dans l'univers de Félicité, la vie demeure d'une infinie fragilité.

  • L'Allemagne n'a pas encore rendu les armes, et voilà qu'une autre menace plane à l'horizon, celle-là plus menaçante encore que la guerre, car elle ne connaît ni frontières ni océans. Venue d'Asie, cette grippe sévère que la tradition appellera «espagnole» touche bientôt l'Europe de l'Ouest, les États-Unis et le Canada. Des millions de personnes, le plus souvent jeunes, sont atteintes. À travers le monde, la maladie fait en quelques mois deux fois plus de victimes que la Grande Guerre.À Québec, les autorités municipales sont particulièrement lentes à réagir pour limiter la contagion. Cela suffira-t-il à préserver les membres des deux familles Picard? Thalie, qui a entrepris ses études de médecine à McGill, revient à Québec pour aider à soigner les malades de la grippe. Cette dure épreuve confirmera-t-elle sa vocation? Toujours aussi frivole, Édouard se désole de la disparition de Clémentine. Cherchera-t-il à la retrouver ou se contentera-t-il de la remplacer par une autre maîtresse? Qui sait, un événement dramatique en fera-t-il peut-être un homme?Sans nouvelles de Mathieu depuis des mois, Marie et Françoise désespèrent de le voir revenir du grand carnage. Est-il encore vivant et, si oui, dans quelle condition? Quant à Élisabeth, elle demeure l'incarnation de la parfaite épouse. Mais sa vie sera bouleversée par la révélation d'un grand mystère, qui nous renvoie au tout début de cette saga...

  • Québec, 1962. Aglaé approche de l'âge adulte. Deux scénarios s'offrent à elle : terminer son cours classique pour faire plaisir à sa mère ou travailler à la radio - un rêve qu'elle caresse depuis qu'elle est enfant. En même temps, elle réalise que ses ambitions professionnelles ne plaisent pas à tous les hommes. Heureusement, certains ne s'effraient pas de son désir d'autonomie! De son côté, Édouard a vent des projets d'Aglaé et tente de l'aider. Mais Thalie veille sur sa fille et ne voit pas d'un bon oeil cette présence envahissante.

    Aussi, Édouard doit faire le deuil d'Élisabeth, qu'il a toujours considérée comme sa mère. Béatrice sera une oreille attentive; au passage, elle en apprendra un peu plus sur Eugénie, cette mère qui ne l'a jamais aimée. Et Thalie, après une vie d'efforts, aspire à la retraite pour mieux profiter des années qui lui restent avec son mari.

    Dans le dernier volet de cette trilogie, la Révolution tranquille marque le début d'une ère de liberté et d'optimisme au Québec. Les Picard seront au premier plan de ce changement de mentalité.

  • Décembre 1922. Xavier Blain revient à Montréal afin de retrouver son emploi régulier. En plus d'Odile Payant, les Turgeon déménagent aussi dans la grande ville. Tous s'établissent à proximité du parc La Fontaine. Pour Odile, c'est l'occasion de gagner une autonomie jusque-là impossible: elle habite une maison de chambres et se fait des amies. De plus, son nouveau travail lui donne l'occasion de rencontrer deux jeunes hommes, dont l'un paraît tout disposé à lui faire la cour. Elle en vient à apprécier Polydore et à s'éloigner de son protecteur.

    Xavier en profite pour mettre un peu d'ordre dans ses sentiments... Dévoiler le fort penchant qu'il éprouve pour Sophie, la femme de son meilleur ami, risquerait de bouleverser bien des existences. Incidemment, tous les Turgeon se mettent à la tâche pour lui dénicher une épouse!

  • Premier tome d'une nouvelle saga romanesque, Faubourg Saint-Roch se déroule dans le quartier du même nom, dans la ville de Québec, à la fin du XIXe siècle. Jean-Pierre Charland met en scène de manière saisissante la vie quotidienne d'une époque marquée par la rigidité morale du clergé et la disparité des niveaux de vie entre bourgeois et petites gens.En 1896, une couventine est recrutée pour servir de gouvernante aux deux enfants de Thomas Picard, commerçant en vue de Québec, qui est rapidement séduit par cette jeune personne. Malgré sa maladie, la femme de Picard multiplie les subterfuges et traquenards pour éloigner de son toit celle qu'elle juge, à juste titre, la nouvelle flamme de son mari. À force de messes basses, elle convainc sa fille Eugénie d'aller en pension chez les ursulines, et Picard ne voit pas comment il pourra justifier encore très longtemps la présence de la gouvernante sous son toit...Avec sa parfaite maîtrise de l'histoire et son talent à créer des personnages attachants, Charland nous offre une oeuvre prenante, un roman de moeurs bruissant de secrets de famille, dont on tourne les pages avec frénésie.

  • Xavier Blain a quitté Douceville en 1901 après avoir essuyé un cruel refus à sa demande en mariage. La jeune fille qui l'a éconduit, Clarisse, désirait plutôt épouser un prétendant à l'avenir plus prometteur. Ce sera un mauvais choix : après une vie médiocre, à son décès, celui-ci la laissera dans la misère.

    Quand Xavier revient en 1922 dans sa ville natale, son amour de jeunesse s'empresse de lui proposer de reprendre leur relation là où elle s'était arrêtée. Après tout, d'aussi forts sentiments ne peuvent se tarir, malgré le passage du temps. C'est du moins ce que pense Clarisse.

    Cependant, c'est à Odile, la fille de Clarisse, que s'intéresse Xavier. Une inclinaison qui s'alimente à la tendresse, au désir et, pourquoi pas, au fantasme de vengeance...

  • Xavier s'adapte facilement à sa nouvelle vie conjugale. Élodie se révèle une épouse aimante et sa fille Camille s'accommode bien de ce beau-père inattendu. Dans ce contexte propice, le banquier se lance tardivement dans l'aventure de la paternité en concevant un charmant bambin avec sa douce moitié.

    Il en va tout autrement pour Odile. D'abord, Polydore l'a attirée dans le mariage en lui cachant sa vraie nature. Il veut bien jouer son rôle d'époux, pourvu que ça ne soit pas trop souvent... De plus, le couple Brissette est tenu de partager son petit appartement avec les deux belles-mères. Aigrie, Odile décide alors de régler ses comptes avec l'auteure de ses jours. À la vie horrible que Clarisse lui a fait connaître, elle répondra par une vengeance implacable.

    Désormais, la jeune femme espère enfin goûter au bonheur. Y arrivera-t-elle?

  • En ce début d'été 1906, Eugène Dolan, enquêteur au poste de police numéro 1 de Montréal, est destiné à une carrière prometteuse. En effet, il jouit d'un franc succès puisqu'il a su mener avec brio l'enquête conduisant à l'arrestation du meurtrier du riche entrepreneur Archibald McDougall. Il y a aussi Éléonore McDougall. La jeune héritière est follement amoureuse de lui. Mais Eugène, malgré une attirance partagée, ressent un profond malaise face à leur différence de rang social.

    Profitant de toutes les occasions pour se rapprocher de l'élu de son coeur, Éléonore lui demande de les suivre, elle et son amie Rosée, lors de séances de spiritisme. Éléonore désire communiquer avec son père assassiné, et Rosée, avec son fils décédé l'année précédente. Entre les visites chez le nébuleux médium Narcisse Brochard, les sorties au théâtre et les rendez-vous intimes, les amoureux apprennent à se connaître et à s'apprivoiser. Tout se déroule pour le mieux jusqu'à ce qu'un suicide vienne les secouer... Mais en est-ce bien un ou serait-ce plutôt un autre meurtre? Une fois de plus, Dolan devra démêler le vrai du faux.

  • Derrière de hauts murs de pierre, des prêtres voient à la formation d'adolescents âgés de douze à vingt ans. Quel curieux endroit pour trouver, un jour au petit matin, le corps d'un homme d'Église affreusement mutilé. Ce mystère permettra cependant d'en élucider un autre : pourquoi, quelques années plus tôt, le maître de l'archevêché de Montréal a-t-il placé au service de police un jeune homme devenu indésirable au Grand Séminaire?

    Eugène Dolan a l'occasion de renouer avec l'institution d'enseignement où il a mis les pieds à douze ans comme élève. Revenir en ces lieux le ramène à une période trouble de sa vie, quand, habité par le désir de se faire prêtre, il s'abandonnait à une piété malsaine et se laissait manipuler par un directeur de conscience à l'esprit tordu. Outre la recherche d'un meurtrier, c'est l'occasion pour Dolan de s'affranchir d'un passé douloureux et d'approfondir sa relation avec son épouse Éléonore.

  • Pour les membres de la famille Picard, la fin de 1945 marque les retrouvailles. Thalie rentre d'Angleterre en compagnie de sa fille Aglaé, une enfant née hors mariage. Elle retrouve sa mère Marie, esseulée depuis le décès de son époux. La veuve s'imagine déjà vivant avec sa fille et sa petite-fille, mais à quarante-cinq ans, Thalie entend conserver farouchement son indépendance. De son côté, Thomas, grièvement blessé lors du raid de Dieppe, a été rapatrié. Le retour à la vie civile lui est ardu. Heureusement, Béatrice Dupire est revenue des États-Unis... Elle et Thomas s'étaient beaucoup appréciés avant le départ de ce dernier à la guerre. L'affection de la belle psychologue suffira-t-elle pour permettre à l'ex-soldat de se reconstruire, après la souffrance et l'omniprésence de la mort ? Et Thalie, s'ouvrira-t-elle de nouveau à l'amour ? Aussi, qu'est devenue la famille de Flavie et Mathieu ? Dans ce premier tome, nous redécouvrons avec plaisir les Picard et leur entourage !

  • Dans le Québec de la Belle Époque, en 1907, la population fait l'expérience d'une prospérité nouvelle et l'avenir paraît radieux malgré l'effondrement du pont de Québec. Toutes les attentions se portent sur les grandes fêtes prévues pour le tricentenaire

  • Vallée du Richelieu, hiver 1905. Aldée, une adolescente maigrichonne, a le coeur brisé quand elle doit quitter la ferme paternelle et abandonner son ambition de devenir institutrice. Hélas, pour éviter la famine, son père a besoin du salaire qu'elle obtiendra en se mettant au service de bourgeois de la ville.

    Heureusement, la famille du docteur Turgeon se montre bienveillante à l'égard de la nouvelle domestique et Graziella, la vieille cuisinière, la prend sous son aile en se promettant de la remplumer. Lorsque le beau Félix Pinsonneault, un camarade de collège du fils de la maison, se met à lui faire une cour assidue, la jolie servante entrevoit un avenir meilleur... Parviendra-t-elle à mesurer le danger incarné par l'arrogant garçon et à éviter la déchéance destinée à une fille perdue?

    Dans ce roman, Jean-Pierre Charland nous plonge dans l'univers de la petite bourgeoisie québécoise au début du XXe siècle.

  • Vallée du Richelieu, printemps 1906. Alors que l'arrivée des beaux jours égaie la petite communauté de Douceville, les mauvaises langues se délient dans des lettres anonymes adressées à l'archevéché. Elles dénoncent le curé Grégoire, qui héberge au presbytère sa nièce Sophie, une jeune fille de dix-sept ans belle à faire damner un saint.

    QUAND LA TYRANNIE DES SENS TENAILLE LE CLERGÉ...

    Les grenouilles de bénitier ne sont pas les seules à scruter les allées et venues de Sophie. Une mystérieuse étrangère, qui ne cache pas avoir bien connu le curé dans le passé, observe ouvertement l'adolescente depuis le parc en face du presbytère... Pendant qu'à l'intérieur, le vicaire Chicoine est l'objet de cruelles pulsions qu'il tente vainement de réfréner.

    Monsieur le curé détiendrait-il un secret bien gardé?

    Dans ce roman, Jean-Pierre Charland nous emporte dans un monde où la prière ne chasse pas la chair.

  • Une fresque historique; une décennie, de 1919 à 1929; une famille, les Picard.

    De la fin de la grippe espagnole à l'historique crise boursière, le Québec est traversé par un vent de modernité. C'est dans ce contexte que nous retrouvons les personnages rendus familiers par les Portes de Québec, Mathieu, Édouard, Françoise, Marie, Thalie, Thomas, Élisabeth, Raymond, Eugénie, Paul, Fernand et Marie, principalement à Québec et à Montréal. Si leurs destins s'entrecroisent, chacun d'entre eux vivra bonheurs et malheurs. Ainsi, l'évolution de Mathieu sera fortement marquée par son expérience militaire traumatisante et son implication dans l'affaire Aurore; Thalie s'élèvera contre les contraintes sociales et religieuses que l'époque impose et deviendra médecin; Fernand, souffrant de son amour malheureux avec Eugénie, malsaine et au coeur de pierre, connaîtra une renaissance inespérée.

    Des personnages attachants, un cadre historique passionnant, une tension dramatique qui tient en haleine... Les Folles années : une grandiose saga comme seul Jean-Pierre Charland peut nous offrir.

  • 1928-1929. Le Québec connaît une prospérité sans précédent. On la croit sans fin, et pourtant... Les héritiers Picard vivent de nombreux bouleversements. Édouard constate qu'une épouse ne peut subir tous les affronts et il doit faire l'apprentissage de la vie en solitaire. Thalie, qui a pu asseoir sa carrière, est charmée par un homme aux occupations équivoques rencontré dans des circonstances spectaculaires. Mathieu réussit à donner une impulsion nouvelle à ses affaires, mais se trouve du coup dans une position vulnérable. Eugénie fait, quant à elle, face au plus grand chaos. La maladie la ronge et elle doit se rendre à l'évidence: le bilan de sa vie ne peut lui apporter la sérénité. Pour ajouter à son désarroi, un enfant né hors des liens du mariage refait surface. Au tournant de la vingtaine, ce jeune homme se montre déterminé à connaître ses origines et entend déployer toutes les ruses pour parvenir à ses fins. Le temps étant compté, des retrouvailles entre la mère et le fils sont-elles possibles?

  • Mathieu, l'enfant trop sage, celui qui a toujours fait ce que l'on attendait de lui à l'école, à l'armée, dans son cabinet puis à la tête du grand magasin, se découvre une âme délinquante. Pour une fois, avant que l'âge ne le rattrape, il a envie d'agir sans placer les attentes des autres au-dessus de ses propres désirs. D'autant plus qu'Odette, une jolie employée, se montre très intéressée par lui. De son côté, Flavie a laissé son emploi chez PICARD pour retourner à la maison. Mais après avoir travaillé pendant vingt ans, ce nouveau quotidien routinier ne la satisfait pas. De plus, elle sent bien que Mathieu la délaisse.

    En parallèle de ce drame domestique qui couve, Thalie se marie pour la première fois et sa fille Aglaé lui avoue qu'elle aimerait étudier le théâtre... Passer sa vie à soigner des gens malades, comme sa mère, très peu pour elle!

    Dans le deuxième volet de cette trilogie, les membres de la famille Picard découvriront chacun à leur façon que, à trop vouloir éviter le mal, on empêche parfois le bien.

  • 1937. Depuis sa rupture, Précile Caron est devenue l'objet d'un véritable harcèlement de la part de son ancien fiancé, Edmond. Celui-ci espionne tous ses faits et gestes, la soupçonnant d'impureté avec les hommes habitant sa pension. Avec ses médisances, il écorche même la réputation de la jeune femme. Heureusement, certains de ses locataires se montrent de parfaits chevaliers servants. D'ailleurs, son nouveau pensionnaire est particulièrement aimable envers elle.

    Pour Constance, le statut de mère célibataire est toujours aussi délicat. Désireuse de ne pas se retrouver au ban de la société, elle a construit de forts remparts autour d'elle. Louis, plus épris que jamais, lui offre son amitié en espérant que leur relation se transforme en union amoureuse. Il faut dire que la jalousie de Constance envers les autres femmes tournant autour de lui encourage le jeune courtisan à persévérer dans cette voie...

  • 1937. Comme toute la province de Québec et le reste du monde, Montréal se relève encore de la Grande Dépression. Cédulie Caron, une veuve, et sa fille Précile dirigent une petite pension de famille du Quartier latin. Toujours célibataire à trente ans, Précile est fiancée depuis sept ans à Edmond, lequel est incapable de fonder une famille, la charge de ses vieux parents l'en empêchant. Cédulie suggère fortement à sa fille de rompre afin de se donner une chance de faire sa vie avec un autre homme, mais Précile s'y refuse obstinément. Au contraire, elle entend même précipiter les événements.

    Louis Bujold pose ses valises à la Pension Caron après avoir perdu l'emploi qu'il occupait à Ottawa. Son nouveau travail à La Sauvegarde, une société d'assurance-vie, lui permet de faire la connaissance de Constance Nault. Il tombe immédiatement sous son charme, mais la jeune femme se montre insensible au sien. Cependant, Louis n'est pas du genre à se laisser décourager.

  • Mathieu, l'enfant trop sage, celui qui a toujours fait ce que l'on attendait de lui à l'école, à l'armée, dans son cabinet puis à la tête du grand magasin, se découvre une âme délinquante. Pour une fois, avant que l'âge ne le rattrape, il a envie d'agir sans placer les attentes des autres au-dessus de ses propres désirs. D'autant plus qu'Odette, une jolie employée, se montre très intéressée par lui. De son côté, Flavie a laissé son emploi chez PICARD pour retourner à la maison. Mais après avoir travaillé pendant vingt ans, ce nouveau quotidien routinier ne la satisfait pas. De plus, elle sent bien que Mathieu la délaisse.

    En parallèle de ce drame domestique qui couve, Thalie se marie pour la première fois et sa fille Aglaé lui avoue qu'elle aimerait étudier le théâtre... Passer sa vie à soigner des gens malades, comme sa mère, très peu pour elle!

    Dans le deuxième volet de cette trilogie, les membres de la famille Picard découvriront chacun à leur façon que, à trop vouloir éviter le mal, on empêche parfois le bien.

  • Toute la série Sur les berges du Richelieu dans un coffret !

    Sur les berges du Richelieu T1 - La tentation d'Aldée
    Sur les berges du Richelieu T2 - La faute de monsieur le curé
    Sur les berges du Richelieu T3 - Amour contrariées

empty