• Tu sais, mon vieux Jean-Pierre is inspired by the work of archaeologist Jean-Pierre Chrestien (1949-2008), who worked hand-in-glove with a generation of researchers in helping to unearth unexpected and always interesting aspects of New France.

    Contributions focus first upon the door to New France in the Gulf of St. Lawrence, Newfoundland and Acadia. A second set of essays move further up the St. Lawrence and into the heartland of the continent. 

    The final section examines aspects of Canadian culture: popular art, religion and communication. The essays share a curiosity for material culture, a careful regard for detail and nuance that forms the grain of New France studies, and sensitivity to the overall context that is part and parcel of how history
    proceeds on the local or regional scale. 

    Happily we can now dispense with old-fashioned and facile generalizations about the allegedly absent bourgeoisie, the purportedly deficient commercial ethic of the habitants and the so-called underlying military character of the colony and get down the business of understanding real people and their possessions in context.

  • The interpretation of Exodus 4:24-26 is very controversial. Scholars have treated this text from various viewpoints on the basis of divergent methods or approaches. Two fundamental problems cause uncertainty about the origin and meaning of this text. One problem has to do with the nature of Exod 4:24-26. Another problem is the identity of the persons mentioned in Exod 4:24-26. This book arranges forty-two documented interpretations under each approach or approaches, presenting the view of each scholar proposing his/her interpretation of Exodus 4:24-26 in chronological order. The author presents his own view in the concluding chapter, essentially adopting a redactional, canonical, narrative, rhetorical methodology.

  • Y a-t-il excès de commémorations d'événements historiques? À cette question Cap-aux-Diamants répond : « Il y aura trop de commémorations le jour où les jeunes sauront d'avance ce que les lieux historiques recèlent, ce que les plaques historiques racontent, et ce dont les témoins se souviennent ». Ainsi, « 1914 : une année mémorable » se consacre à la commémoration de la Première Grande Guerre, mais fait aussi écho à des événements méconnus (le naufrage du Montmagny). La revue souligne d'autres anniversaires marquants tels que la première parution de Maria Chapdelaine et la mort prématurée de son auteur Louis Hémon, la colonisation en Abitibi et le centenaire de la ville d'Amos, ainsi que Félix Leclerc qui aurait eu cent ans cette année.

  • Il y a 375 ans débarquaient à Québec les premières religieuses de la Nouvelle-France, six femmes qui allaient former un jour les deux plus importantes communautés religieuses de la colonie : les Augustines et les Ursulines. Vingt-cinq ans plus tard, la première paroisse au nord du Mexique était fondée. Soulignant ces anniversaires à sa manière, Cap-aux-Diamants offre à ses lecteurs un regard inédit sur la vie religieuse en Nouvelle-France. Tout d'abord, une série d'articles s'intéresse aux nécessités d'adaptation des institutions européennes en contexte colonial, notamment le rôle de « seigneuresses » des Augustines. Puis, quelques textes s'attardent aux croyances et pratiques religieuses du dix-septième et dix-huitième siècles, dévoilant sous un jour nouveau les mentalités de la société coloniale de l'époque.
    />

empty