• « Chez Tanty » est un tableau de genre qui sur un mode plaisant, met sous nos yeux une tranche de la vie d'un ouvrier maçon de Côte d'Ivoire, Konogoli. L'action se passe dans un « maquis », sorte de bar-restaurant, où, pour quelques sous, on peut boire, manger et même monter à l'étage en compagnie d'une jolie fille. C'est pour l'ouvrier, à la fois un refuge (tant qu'il a de l'argent, il y est à l'abri de tous ses problèmes sociaux, professionnels) et le lieu du cynisme absolu (quand la solde est dépensée il est jeté dehors sans aucun ménagement). Kitia Toure a montré avec une vivacité truculente et une bonne humeur communicative, comment ce lieu de plaisir peut devenir l'épicentre de la vie sociale, familiale et même sentimentale de cet ouvrier. En filigrane à cette tranche de vie, apparaissent les problèmes de l'Afrique d'aujourd'hui : omnipotence de l'argent, exploitation éhontée des démunis par les nantis, misère généralisée, prostitution juvénile, corruption de la police ; mais tout cela sur un mode badin, qui n'enlève rien à l'acuité de la critique.

  • « Le baobab est lisse, mais son fruit est rugueux » « La jeune pousse est semblable à l'arbre qui la couvre » La tradition sait bien la diversité et l'ambivalence des relations entre générations. Elle l'exprime en de multiples formules dont les apparentes contradictions soulignent les imparables surprises de la vie. « L'arbre et le fruit » est le titre volontairement neutre de ce recueil de nouvelles. En effet, si en chacune est mise en relief la relation d'un père à son ou ses fils, et plus largement, des sociétés d'hier aux nouvelles générations, cette relation présente des facettes multiples d'un récit à l'autre comme à l'intérieur de chacun : il est des arbres royaux, il en est de rabougris, il en est de pourris ; certains fruits paraissent éclatants et prometteurs, d'autres sont desséchés et stériles, d'autres se révèlent amers et véreux. Kitia Touré est jeune. De la jeunesse, il sait les questions et les refus, les essais et les échecs. Comme il a entendu aussi les sentences et les silences des anciens. Il dit les uns et les autres, sans fard, dans ces études de moeurs que sont : la visite présidentielle, le village et le ministre, au cercle des jeunes, la lettre du fils, à la capitale, du blanc au noir.

  • CHEZ TANTY est un tableau de genre qui sur un mode plaisant, met sous nos yeux une tranche de la vie d'un ouvrier maçon de Côte d'Ivoire, KONOGOLI. L'action se passe dans un « maquis », sorte de bar-restaurant, où pour quelques sous on peut boire, manger et même monter à l'étage en compagnie d'une jolie fille. C'est pour l'ouvrier, à la fois un refuge (tant qu'il a de l'argent, il y est à l'abri de tous ses problèmes sociaux, professionnels) et le lieu du cynisme absolu (quand la solde est dépensée il est jeté dehors sans aucun ménagement). Kitia TOURE a montré avec une vivacité truculente et une bonne humeur communicative, comment ce lieu de plaisir peut devenir l'épicentre de la vie sociale, familiale et même sentimentale de cet ouvrier. En filigrane à cette tranche de vie, apparaissent les problèmes de l'Afrique d'aujourd'hui omnipotence de l'argent, exploitation éhontée des démunis par les nantis, misère généralisée, prostitution juvénile, corruption de la police ; mais tout cela sur un mode badin, qui n'enlève rien à l'acuité de la critique.

empty